• A bas les étiquettes!

    Je ne sais pas combien de gens se rendent compte que ce qui fait le plus de mal à nos relations humaines de toutes sortes, ce sont les étiquettes que nous nous mettons les uns sur les autres à longueur de journée, comme points de repère pour savoir comment nous comporter avec chacun.

    Il est bien naturel de vouloir comprendre l’autre, sa personnalité, son caractère, ses qualités et ses défauts, pour savoir au moins comment l’aborder, quel type de relation nous pourrons construire avec lui. Mais le problème, c’est qu’on passe sans s’en rendre compte d’un premier regard de découverte à un désir d’analyse, à l’envie de définir l’autre et de le cerner. Et ce regard se fait souvent méfiant, comme si l’autre était déjà au départ un danger pour nous qu’il faut bien déchiffrer pour pouvoir l’affronter…

    On peut mettre ainsi sur l’autre des étiquettes positives comme des étiquettes négatives. On peut admirer l’autre ou en être jaloux, on peut mépriser l’autre ou essayer de l’éviter. Tout cela vient justement des étiquettes dans lesquelles nous l’avons peu à peu enfermé. Mais ce dont nous ne nous rendons pas compte, c’est qu’en enfermant l’autre dans ces espèces de caricatures que nous nous forgeons du matin au soir, nous nous enfermons nous-mêmes, comme dans des prisons réciproques que nous dressons entre nous et qui finalement nous paralysent. Et nous remplissons ainsi une grande partie de notre temps à faire des commérages plus ou moins superficiels sur les gens que nous connaissons et la vie nous semble bien vide.

    Le problème véritable ce ne sont pas les étiquettes en soi, mais le fait que notre société est de plus en plus une sorte de grand spectacle, où nous regardons les autres du fauteuil de notre personnalité, comme nous suivons les nouvelles à la télévision. Nous finissons par ne plus savoir interagir avec les autres, nous laisser toucher par eux, être prêts à ce que l’autre entre dans notre vie, notre esprit et notre cœur et vienne peut-être bouleverser l’équilibre fragile que nous nous étions faits jusque-là.

    Nous sommes à une époque où tout le monde cherche son indépendance. L’indépendance est bien sûr un pas en avant par rapport à la dépendance que nous subissons devant quelqu’un qui va jusqu’à nous dominer et nous écraser. Mais on oublie que l’indépendance n’est que la préparation à l’interdépendance entre des partenaires qui sont assez mûrs pour savoir ce qu’ils veulent, mais qui savent que la vie est avant tout don de soi à l’autre dans la réciprocité, si nous ne voulons pas faire de la société un véritable enfer où chacun a peur d’être envahi par les autres.

    Quand nous devenons capables de regarder l’autre de l’intérieur le plus possible, de l’intérieur de nous-mêmes à l’intérieur de lui-même, de cœur à cœur, et non pas du dehors en restant finalement prisonnier des apparences, les relations humaines deviennent une belle aventure tellement passionnante. Et qui dit aventure ne dit pas que tout est facile, mais que tout prend un sens tellement plus fort, car nous sommes nés pour créer des rapports, pour nous entrechoquer le plus positivement possible et non pas pour passer notre temps à nous observer les uns les autres de loin comme des étrangers.

     


  • Commentaires

    1
    hayat fallah
    Jeudi 26 Décembre 2019 à 22:00
    Créer des rapports est l'une des plus belles aventures de notre vie...belle pcq 'elle est pleines de surprises et de risques...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :