• Accueillir les réfugiés?

    Aujourd’hui je voudrais réagir avec force contre cette vague d’égoïsme sordide qui envahit de plus en plus l’Europe quand il s’agit d’accueillir les réfugiés de tous bords et en particulier ceux qui se jettent à la mer, prêts à mourir plutôt que de rester dans l’enfer qu’ils vivent déjà !

    Je parle bien ici de l’Europe et non pas du Liban ou je vis, ou d’autres pays comme la Jordanie qui ont fait jusqu’à présent un effort héroïque pour soulager au moins un peu de la misère et de la détresse de toutes ces familles déplacées et souvent désespérées.

    Mais je ne vais pas écrire aujourd’hui un long article sur le sujet, je voudrais simplement vous traduire quelques passages d’un discours prononcé le 15 juillet par Mgr Lorefice, l’archevêque de Palerme en Sicile, qui a le courage de parler vraiment en toute clarté et vérité.

    « Nous devons savoir, dit-il, qu’au long des années, et surtout de ces trente dernières années, l’Afrique (qui est le continent le plus riche au monde), a été exploitée par l’occident, et dépouillée de ses matières premières. C’est nous qui les leur avons dérobées, ou plutôt ce sont les multinationales qui l’ont fait pour nous, sans payer un sou. Et nous avons soutenu des gouvernements bidons, afin qu’ils ne soient pas capables de défendre les droits des gens. Et les puissances occidentales maintiennent en outre en Afrique une condition de guerre perpétuelle qui rend encore plus facile cette exploitation et qui ouvre la porte à un commerce des armes florissant.

    Chers amis, c’est nous qui sommes les pilleurs de l’Afrique. C’est nous les voleurs qui, en affamant des millions de pauvres et en détruisant leur vie, les forçons à partir pour ne pas mourir : des enfants sans parents, des pères et mères sans enfants. Un exode historique est en train de s’abattre sur l’Europe, et l’Europe a décidé de ne plus donner de permis pour entrer légalement sur notre continent. Et alors cette armée de pauvres, qui ne peut pas arriver chez nous par avion, par bateau ou en train, essaye d’y parvenir sur ces barques de trafiquants d’hommes, après avoir vécu déjà deux années de voyage hallucinant dans le désert et de détention en Lybie. Chers citoyens, ce soir je dois crier la vérité : ce qu’on appelle des centres de triage ou de détention, ces centres que nos gouvernements poussent à créer et financent pour bloquer le flot des réfugiés, sont souvent de véritables camps de concentration. Et si, il y a soixante ans, on pouvait invoquer un manque d’information, aujourd’hui ce n’est plus possible.  Nous ne pouvons plus le faire, parce qu’il y a des preuves, de la chair martyrisée de ces gens, dans des documentaires filmés, dans des reportages faits par des journalistes courageux (alors que les journaux et les télévisions qui ont d’autres buts nous parlent des migrants sur les bateaux comme d’un chargement de marchandises ou de bananes !) Nous, nous savons et nous sommes responsables. Nous devons nous lever !... »


  • Commentaires

    1
    Hayatfallah@hotmail.
    Vendredi 27 Juillet à 12:04
    C'est vrai !finalement c'est un appel à être vraiment frères, notamment dans l'urgence... En attendant un plan valable pour mettre de "l'ordre"dans cette réalité douloureuse...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :