• Au paradis de Khalil Gebran

    Dans notre rubrique « Des mots pour de bon », nous avons choisi au début du mois de mai des citations de Khalil Gebran. Je ne sais pas si vous avez pris le temps de les lire et de les relire comme moi. Je voudrais revenir sur quelques-unes de ces phrases admirables qui vous changent la vie, si on les prend au sérieux.

    Je sais bien que Khalil Gebran est tellement plus grand que ces quelques mots rassemblés ici et là, et qu’il n’est pas facile de condenser le génie et l’âme de ce grand Libanais en une pauvre page de blog. Mais je sens au fond de moi un immense devoir de reconnaissance, à travers Gebran, à tout ce que le Liban m’a donné depuis déjà plus de 46 ans.

     « L'Âme est la fille de l'Amour et de la Beauté. »

    Voilà trois mots-clés de notre poète, sur lesquels on pourrait passer des heures à se laisser bercer. Synthèse de Gebran, mais aussi synthèse du Liban tout entier. J’ai toujours été fasciné par l’âme ou l’Ame que j’ai trouvée au Liban et en chaque libanais et en même temps par l’amour et la beauté, qui ne manquent évidemment pas aux autres peuples, mais qui ont ici un attrait mystérieux qui vous enveloppe tout entier, qui vous entraine là où l’humanité et la divinité tendent à ne faire plus qu’un. Ame incarnée dans la beauté d’un amour profond qui vous marque pour toujours.

    « Vos enfants ne sont pas vos enfants : ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à la Vie. »

    Le Liban est d’abord une grande famille, où personne n’est indifférent à l’autre, où les liens sociaux sont tellement finement tissés dans tous les sens qu’ils risquent parfois de vous étouffer. C’est le problème de tout humain sur cette terre, qui détourne pour son propre égoïsme les plus beaux cadeaux que la vie lui a faite. Et c’est pour ne pas tomber dans ce piège que Gebran nous invite à élever nos relations à cet « appel de la Vie à la Vie ». C’est là que l’amour retrouve sa pureté originale qui vous libère au lieu de vous enchaîner. Leçon éternelle de vie et de Vie !

    « Hier n'est que le souvenir d'aujourd'hui, et demain est son rêve. »
    « La vie ne marche pas à reculons, ni ne s'attarde avec hier. »

    « La vie ne revient jamais en arrière ni ne s'attarde avec hier.

    « Qu'aujourd’hui étreigne le passé dans le souvenir, et le futur dans le désir. »
    « Le temps est comme l'amour : indivisible et sans repos. »

    Quelle sagesse dans ces quelques mots, quel amour pour le temps, quelle vision à la fois réaliste et positive, dynamique et optimiste ! Car le temps, la vie et l’amour n’y forment qu’un et l’homme n’y est donc plus divisé et déchiré entre des moments qu’il n’arrive plus à recoller, mais libéré par ce temps qui le porte en avant comme les vagues de la mer !

    « Que veut dire travailler avec amour ? C'est tisser une étoffe avec un fil tiré de votre cœur, comme si votre bien-aimé devait porter un jour cette étoffe.
    Travailler avec amour, c'est insuffler dans toutes les choses que vous fabriquez l'essence de votre esprit.
    Travailler avec amour, c'est semer le grain avec tendresse et récolter la moisson dans la joie.
    Travailler avec amour, c'est bâtir une maison avec affection comme si votre bien-aimé devait y résider.
    Aimer la vie par le labeur est devenir intime avec le plus profond secret de la vie. »

    Qu’il est beau cet amour qui est puisé au « plus profond secret de la vie » ! Car avant d’être recherché dans l’autre comme un trésor qui souvent nous échappe, l’amour est d’abord ce secret que chaque homme et chaque femme portent au fond d’eux-mêmes et qui donne une saveur extraordinaire à tous les gestes de la vie quotidienne !

    « Dans la tendresse de l'amitié qu'il y ait le rire et le partage des plaisirs, car dans la rosée de menues choses, le cœur trouve son matin et sa fraîcheur.
    Donnez à votre ami le meilleur de vous-même.
    Venez toujours voir votre ami avec des heures à faire vivre, car un ami est là pour remplir vos besoins, et non votre néant.
    En amitié, toutes les pensées, tous les désirs, toutes les attentes naissent et sont partagés sans mots.
    Quand votre ami est silencieux votre cœur ne cesse d'écouter son cœur.
    Un ami est le champ que vous semez avec amour et moissonnez avec reconnaissance.
    Votre ami est votre besoin qui a trouvé une réponse. »

    L’amitié est déjà le premier visage de l’amour partagé. L’amitié comme je l’ai trouvée au Liban est un trésor de « tendresse », de « fraîcheur » et de réciprocité, comme un miracle de la nature qui part justement d’une semence mais qui grandit dans des partages et des échanges qui font « vivre » du fond du « cœur ».

    « L'amour est ce jour si vaste que nulle plume ne saurait le décrire. »
    « L'amour c'est mon père, et l'amour c'est ma mère. »
    « Le premier baiser, c'est la première goutte bue dans la coupe remplie du nectar de la vie. »
    « Le premier regard, c'est la première note magique jouée sur la corde d'argent de notre cœur. »

    Oui, chez Khalil Gebran, l’amour ou l’Amour est présent partout avec toutes ses nuances, ses pièges et ses souffrances. C’est le cœur du trésor de la vie. Un amour libérateur et en même temps tellement incarné, par toutes les expressions qui font vibrer nos cœurs attentifs. Un rêve devenu réalité tout en restant un rêve : le comble du sens de l’humanité !

    Mais je voudrais finir ici mes brèves réflexions par une découverte extraordinaire que j’ai retrouvée chez Khalil Gebran. Notre ami est une des rares personnes qui ait compris que la joie et la souffrance ne sont pas contradictoires. Alors que la mentalité ordinaire nous fait croire qu’il faut s’échapper bien loin de la souffrance pour trouver la joie ou le bonheur, Khalil Gebran sait que la véritable joie fleurit là où la souffrance a abondé. Secret mystérieux dont seuls les génies et les saints ont sans doute compris la grandeur, et qui donne évidemment un sens extraordinaire à chaque moment de douleur et de joie sur cette terre. Car la souffrance n’est pas la fin de la joie, mais le vide qui prépare le jaillissement de cette joie, comme la mort est seulement une préparation à la résurrection :

    « Quand vous êtes joyeux, regardez profondément en votre cœur et vous trouverez que seul ce qui vous a rendu triste vous apporte la joie : Et quand vous êtes plein de tristesse, regardez de nouveau en votre cœur, et vous verrez qu'en vérité vous pleurez ce qui fut votre délice.
    Plus la tristesse évide l'intérieur de votre être, plus vous pouvez contenir de la joie.
    Le puits même d'où fusent vos rires fut souvent rempli de vos larmes. »
    « Plus profondément le chagrin creusera votre être, plus vous pourrez contenir de joie. »







     

     





  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :