• Bataille avec le temps

    Nous passons le plus clair de notre vie à nous battre avec le temps. Le temps nous tourmente, nous excite, nous fatigue, nous effraie, nous attire, nous surprend, nous console parfois, nous désespère ou nous encourage, mais il ne nous laisse jamais indifférents. On pourrait penser trouver le bonheur le jour où nous aurions définitivement résolu notre bataille avec le temps, mais voilà le grand problème : avec le temps il n’y a justement jamais rien de définitif. La solution ou le problème de ce matin sont déjà dépassés par de nouvelles réalités qui viennent de s’imposer à nous et qui changent tout. Alors que faire, se résigner à vivre toute notre vie dans un provisoire angoissant où l’on n’est jamais sûr de rien ? Ce n’est pas facile de savoir s’en sortir.

    Et pourtant, je crois que chacun de nous a fait l’expérience, à certains moments privilégiés de la vie, de la beauté et de la bonté du temps. Le temps nous fait déjà dépasser la routine, car il change sans cesse. Il nous permet de relativiser nos problèmes ou même de les oublier parfois pour toujours. Le temps est aussi un grand maître, un grand pédagogue qui nous donne chaque jour de nouvelles leçons. Le temps nous apporte parfois de belles surprises complètement inattendues qui nous font respirer.

    Mais, à côté de cela, il y a bien sûr toutes les expériences négatives qui sont liées à ce temps qui ne nous donne jamais un seul instant de répit. Là où nous pensions finalement pouvoir nous installer sur de belles certitudes acquises après de longs efforts, voilà qu’il nous faut chaque matin tout recommencer de nouveau, comme si les conquêtes d’hier n’avaient déjà plus de sens. A chacun de penser ici à tous les malheurs de notre vie qui sont liés aux caprices du temps ou à notre mauvaise gestion de tout ce qui nous arrive, notre incapacité à savoir nous organiser, le sens d’être toujours en retard ou à cheval sur cinquante réalités qui s’entrecroisent et que nous ne parvenons pas à harmoniser…

    Toutes les grandes figures de l’humanité nous ont pourtant donné de belles indications. D’abord apprendre chaque jour à vivre « l’instant présent ». Puisque le passé est passé, pourquoi continuer à y « perdre son temps », en nous plaignant de ce qui ne pourra plus être changé, en regrettant les malheurs d’hier, oubliant par là même de regarder si cet instant présent a peut-être quelque nouveau message à nous donner dont nous pourrions bien profiter.

    Et c’est la même chose pour le futur qu’on « perd son temps » à imaginer, qui nous angoisse parce que nous avons peur qu’il s’y répète des problèmes passés qui nous ont traumatisés. Ce futur qui nous fait aussi rêver, dans le bon sens du terme, mais qui nous éloigne finalement de l’attention à ce que nous pourrions vivre « maintenant », avec tellement plus d’intensité.

    Mais parler d’instant présent, n’est pas tout. Encore faut-il savoir l’accueillir, comme on accueille un hôte qui vient nous visiter. L’accueillir de tout notre cœur, l’accepter d’abord tel qu’il est, sans vouloir tout de suite le changer, sans faire « à chaque instant » des comparaisons avec le passé ou avec le futur que nous avions imaginé et qui nous apportent finalement de continuelles déceptions.

    Le bonheur viendra le jour où nous accepterons chaque instant qui se présente à nous comme le plus beau des cadeaux. Une joie inattendue ? Prenons-la à bras le corps, remercions-la, goûtons-la de tout notre cœur et partageons-la avec le plus possible de nos compagnons de voyage sur cette terre. Profitons-en au maximum. Une nouvelle découverte surprenante ? Apprenons ou réapprenons à savoir nous émerveiller de tout ce que le temps invente pour nous chaque jour. De nouvelles épreuves qui pourraient nous accabler ? Ne pensons surtout pas : « Encore ce problème ou ce malheur ! Ce sera toujours la même chose ! » Car aucun moment d’épreuve ne ressemble vraiment au précédent. Et chaque instant nous apporte aussi l’énergie nouvelle qui nous a peut-être manqué hier.

    Ce qui est sûr c’est que notre relation avec le temps peut devenir chaque jour plus pacifique, moins traumatisante, si nous nous exerçons à prendre le temps comme il vient, à l’attendre de tout notre être, comme on attend une grosse vague au milieu de la mer, qui peut nous bousculer, mais qui peut aussi nous porter avec elle, si nous sommes capables de nous jeter, pleins de confiance, dans son eau bienfaisante, de jouer avec elle et de nous laisser aller où elle voudra. La bataille ne sera plus alors une guerre perdue d’avance, mais un jeu d’amour qui fera de notre vie un long voyage toujours plus passionnant. Rêve impossible ? A chacun d’essayer. Personne ne nous en empêche.


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Maha Farah
    Lundi 21 Novembre 2016 à 07:54
    Ce qui suppose une bonne dose de detachement! Mais je suis d'accord, le temps est aussi porteur de solutions. Il faut juste patienter!
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :