• C'est contagieux de donner?

    Il y a quelques jours, j’avais publié sur Facebook une phrase qui disait : « Quand on apprend peu à peu à donner et à se donner sans rien attendre, combien ce don devient tout à coup contagieux autour de nous ! » 

    Je remercie une de mes lectrices d’avoir réagi à cette phrase en disant simplement : « Pas sûr »

    Et à ma question d’essayer de comprendre pourquoi elle ne se sentait pas sûre, notre amie me répond : « Parce qu’il n’est pas donné à tout le monde la grâce de répandre le bien sur les autres. »

    Merci d’abord de cette occasion de dialoguer. J’aime toujours les critiques quand elles sont constructives et nous aident à mieux nous expliquer.

    Mais je voudrais ici qu’on arrive vraiment à se comprendre !

    Il est évident que tout ce que j’écris dans mon blog n’est pas sûr. Le bonheur n’est pas sûr, l’espoir n’est pas sûr, la foi n’est pas sûre, la force de donner n’est pas sûre, la santé n’est pas sûre... Rien n’est sûr dans notre vie. Mais si l’on s’arrête à cette constatation quel sens va prendre notre vie ?

    Je voudrais redire ici le sens de mon blog : lutter de tout notre cœur pour que la lumière recommence à briller au milieu des ténèbres, redonner de l’espoir à ceux qui l’ont perdu, nous aider à devenir chaque jour un peu plus positifs…

    Ce blog n’est pas un blog de statistiques. Car si l’on fait des statistiques, on va voir que les trois quarts des gens, sinon plus, ne sont pas heureux, que la vie est remplie de problèmes insolubles. Et nous savons tous tout cela. Mais, à un certain moment de ma vie, j’ai décidé d’aller à contre-courant, de ne plus me laisser abattre par tout ce négatif apparent et bien réel en même temps, mais qui nous empêche complètement de découvrir les immenses capacités positives qui se trouvent en chacun de nous.

    Moi, j’ai une mère qui a été malheureuse presque toute sa vie et qui, finalement, à 96 ans, est en train de trouver un peu de paix dans sa détresse (grâce à moi, il faut le dire, et c’est elle qui le dit), j’ai eu un brave père qui m’a éduqué en me disant que la vie est triste. Quand j’étais jeune, j’avais peur de la vie et des gens. Je me demandais souvent si je n’allais pas tomber un jour ou l’autre dans la tentation du suicide… Et voilà que je rencontre des gens qui m’acceptent tel que je suis, sans me juger et qui m’aident à sortir du tunnel… Et à partir de là toute ma vie a changé, j’ai senti en moi comme un immense appel à donner ma vie pour guérir cette humanité malade, comme moi-même j’avais pu être guéri.

    Alors, excusez-moi, je n’ai plus le temps de discuter si le mal qui est dans le monde est terrible à 20%, à 60% ou à 100%. Je sais comme tout le monde que ce mal existe, mais ce n’est pas en le regardant, pleins de peur, que nous allons changer la situation. Notre seul espoir, c’est de nous unir de tout notre cœur avec ceux qui croient à la lumière et ouvrir nos portes, nos fenêtres, nos esprits et nos cœurs à cette lumière. En sachant qu’une simple fente dans un mur peut laisser passer une lumière qui va illuminer toute notre pièce. La lumière ne veut pas dire que les problèmes sont tout de suite résolus comme par magie, non ! Mais cela veut dire que la vie trouve finalement un sens, que l’on peut être heureux même au milieu de la souffrance, car ce ne sont pas les circonstances externes qui donnent le bonheur ou le malheur, mais l’amour que nous réussissons à partager avec le plus de gens possible, et qui change l’atmosphère autour de nous.

    Tout cela est bien sûr à découvrir et à expliquer, pour soi-même et pour les autres, chaque jour avec une nouvelle profondeur, et c’est bien le but de notre blog. Et si je dis que le don peut devenir contagieux, ce n’est pas une belle théorie dans les nuages, c’est une expérience que je vis chaque jour depuis des années, et si des amis m’ont aidé à faire cette expérience profonde, malgré tout le négatif de mon enfance et de ma jeunesse, je ne vois pas pourquoi les autres ne pourraient pas en faire autant.

    Et, s’il vous plaît, ne me dîtes pas que certaines personnes n’ont pas reçu les mêmes grâces que les autres pour pouvoir se donner. Je ne le croirai jamais, car cela voudrait dire que ce Dieu que j’ai découvert tellement Amour, à un certain moment de ma vie, est en réalité, injuste, méchant, tyrannique… et cela je ne l’accepterai jamais. Oui, il y a des situations terribles, mais nous sommes justement là pour nous aider à les résoudre et nous n’avons pas de temps à perdre comme des spectateurs qui se plaignent de la vie et qui ne font rien pour la changer. Et si quelqu’un continue encore à se plaindre, je ne vais surtout pas me mettre à le juger et à me plaindre de lui à mon tour, non, je vais essayer de l’aimer encore plus, car je suis sûr que lui aussi, comme moi, pourra un jour parvenir à la lumière.

     


  • Commentaires

    1
    Hayatfallah@hotmail.
    Mercredi 8 Août à 14:08
    Merci Roland ! À cent pour cent d'accord !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :