• Condamnés à vivre de travers? (Suite 1)

    Continuons notre révolte contre la vie bien triste de la plus grande partie des hommes et des femmes d’aujourd’hui, ces frères et ces sœurs en humanité qui n’arrêtent pas de se plaindre, alors qu’en changeant leur regard ils pourraient eux aussi trouver le bonheur.

    Repartons du sens de notre vie qui est au fond comme une vague de la mer qu’on ne peut jamais posséder, ni dominer, ni même prévoir, mais qui nous fait un bien immense quand on se laisse porter par elle et pénétrer par son eau bienfaisante.

    Notre ami disait qu’on ne peut pas vivre l’amour réciproque puisque la réciprocité de l’autre m’échappe. Ce serait comme dire que la vague de la mer ne peut pas me faire du bien, puisqu’elle n’obéit pas à mes ordres, ce serait bien ridicule. Nous avons déjà dit souvent dans ce blog que la réciprocité est justement le seul amour qu’on ne peut pas posséder ou dompter, car elle dépend totalement de la liberté de l’autre. Et alors ? Nous préférerions que l’autre soit notre esclave, qu’il nous aime comme nous voulons et quand nous voulons, qu’il soit une photocopie de nos caprices, que nous puissions toujours être sûrs de comment les choses vont se passer avec lui ? Quelle tristesse ce serait alors véritablement !

    Mais non, la beauté et la grandeur de la réciprocité sont justement dans le fait qu’elle est imprévisible, qu’elle nous surprendra toujours, puisque l’autre est tellement différent de nous, il a un autre caractère, d’autres talents, un autre rythme de vie, il me répond quand lui le sent, pas quand moi je l’attends, at avec ses qualités à lui qui me font du bien car elles m’enrichissent de tout ce qui manque encore à mon humanité limitée.

    La réciprocité, c’est l’assurance que chaque jour mon cœur va s’élargir, faire de nouvelles découvertes, mais ce ne sera évidemment jamais comme je l’avais imaginé auparavant. Et c’est là qu’est le grand malentendu : croire que cette réciprocité n’existe pas parce que je ne peux pas en être le maître, parce que je peux seulement me laisser faire par elle et la laisser pénétrer en moi. N’est-ce pas cela que nous attendons de l’amour et de l’amitié ? Nous laisser pénétrer de tout notre être, ou bien vouloir que cet amour et cette amitié soient comme un objet entre nos mains infantiles ?

    Je sais que beaucoup disent avoir fait l’expérience terrible d’avoir essayé d’aimer et d’avoir été beaucoup déçus. Eh bien, excusez-moi, mais je pense qu’ils ont mal regardé en face la réalité. L’amour en nous est comme l’eau de la mer. S’il y a l’eau, il y aura toujours des vagues, même si nous ne savons pas comment et où elles vont se déverser sur notre rivage. L’amour, l’amour vrai, engendre toujours l’amour, c’est une loi de la nature. L’amour désintéressé, qui veut d’abord le bien de l’autre est tellement contagieux qu’il entraîne l’autre à sa suite. C’est vrai que parfois une personne que nous avons tant aimée se détourne de nous ou même nous fait du mal : une sur dix, une sur cent ? Et cela nous empêche de voir toutes les autres qui sont tellement touchées par notre attitude qu’elles recherchent notre compagnie et se mettent à aimer à leur tour les gens qu’elles rencontrent ?

    C’est donc comme cela que nous pourrons vivre l’amour réciproque, ou plutôt le laisser vivre au milieu de nous, à condition que nous fassions bien sûr toute notre part. Si l’eau de notre amour se multiplie, tout ira bien, mais si elle venait à se dessécher, alors évidemment il n’y aurait plus de vagues pour nous porter, tout deviendrait vide et désespérant, mais ce serait bien de notre faute !


  • Commentaires

    1
    Hayatfallah@hotmail.
    Lundi 13 Août à 22:49
    C'est clair que c'est du vécu !?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :