• Confiance à l'infini

    « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint. » (Mt 1,20)

    Déjà quatre petits verbes extraordinaires dans cette phrase, quatre verbes que l’on pourrait rester des heures à contempler, tellement ils nous ouvrent sur des horizons immenses ! « Ne crains pas. » « Prends Marie chez toi. » Cet enfant-Dieu « est engendré » comme n’importe quel homme ! Et tout « vient de l’Esprit Saint » : Dieu « est venu » parmi nous. Mais je m’arrêterai ici seulement sur le premier : « Ne crains pas. »

    Je ne sais pas si vous avez la même réaction que moi devant l’exhortation de l’ange. Cela frise l’héroïsme ou presque l’inconscience. L’ange demande à Joseph, tout simplement, de faire comme si la pire des catastrophes qu’il commençait à envisager, se séparer de Marie, courir au scandale, se faire mal à lui-même et à cette Marie qu’il aime de tout son cœur…, tout cela n’avait au fond aucune importance, comme si c’était seulement le fantasme d’un moment, un peu de brouillard qui serait tout de suite dissipé. Pas facile de se mettre à sa place et de comprendre un drame pareil !

    Nous sommes dès le début de l’Evangile de Matthieu dans un univers qui nous dépasse, qui va à la fois nous émerveiller, nous faire peur et nous emporter pour toujours dans une dimension qui va nous surprendre maintenant à chaque pas.

    Leçon de foi et de confiance à l’infini. Mais aussi leçon de simplicité, d’humilité. Joseph et Marie n’ont qu’à se laisser faire. Facile à dire ! Et pourtant c’est bien ce qu’ils feront, tout de suite, apparemment sans hésiter. Ils sont certainement pris par une grâce toute spéciale. Dieu y a mis tout son amour, il a dû être vraiment convaincant, sinon tout son projet risquait de mal finir.

    L’ange aussi est tout simple. Il ne fait pas de grand discours. Il ne perd pas son temps à juger Joseph ou à se fâcher contre lui parce qu’il a eu peur. Il sait bien quelle est la situation. Il lui dit seulement que Dieu sait tout, qu’il est là et que tout va bien se passer. Dieu est caché au cœur de cette tempête qui semblait prête à éclater.

    C’est la plus grande leçon de vie du début de notre Evangile. Que l’on ait peur d’un avenir menaçant, c’est bien normal. Mais Dieu nous demande à la fois de laisser le futur entre ses mains et de nous convaincre que le présent tel qu’il s’offre à nous est rempli de son amour et que tout se déroulera finalement pour notre bien. N’aie pas peur, Joseph, cette situation te semble invraisemblable, impossible, mais Dieu est là, caché derrière les apparences : c’est l’Esprit Saint qui a tout pris en main. Tout va bien se passer.

    Et quand on connaît à l’avance la suite de l’histoire, cela donne le vertige ! Tout va bien se passer, c’est vrai, mais à quel prix ? On dirait que pour Dieu le prix ne compte pas. Cela fait partie du contrat, de son contrat d’amour avec l’humanité. Alors vraiment, pourquoi ne nous laissons-nous pas faire à notre tour, sans nous juger les uns les autres quand nous sommes faibles, quand nous retombons dans l’angoisse ou la peur ?

    Il suffirait de nous encourager les uns les autres comme l’ange l’a fait avec Joseph. Mais il y faut beaucoup d’amour pour arriver à être vraiment convaincants. Cela vaut la peine d’essayer, déjà sur soi-même et puis sur ceux que nous aimons. Et nous verrons bien vite qu’en effet nous avons passé beaucoup d’épreuves dans notre vie, mais que nous sommes toujours en vie, debout, au moins spirituellement, et que la plupart de nos craintes se sont envolées et surtout que Dieu est toujours là, évident ou caché, mais tellement présent !

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Hayat Fallah
    Samedi 20 Janvier à 14:55
    C'est vrai !!!! Dieu est toujours là évident ou caché, mais bien là !Même et surtt qd nous sommes troublés ou accablés ...N'est-il pas Amour ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :