• Contre les mauvais rêves

    Oui, jusqu’à la fin de notre vie, nous devrons nous battre pour que notre monde malade retrouve une vie plus positive : nous sommes justement dans notre rubrique « Batailles » !

    Ce qui m’a fait bondir cette fois-ci, c’est une phrase du philosophe Gustave Thibon, mort en 2001, à presque 100 ans, mais lisez vous-mêmes :

    « Faire rêver les hommes est souvent le moyen le plus sûr de les tenir endormis, précisément parce que le rêve leur donne l’illusion d’être éveillés »

    Notre écrivain constate malheureusement ce qui se passe bien des fois dans la relation entre le peuple et les hommes qui sont au pouvoir. La tentation est grande, pour conserver le pouvoir, de tromper son peuple avec de fausses illusions qui l’empêchent de voir la réalité en face et qui le laissent donc endormi, au lieu de veiller à la justice du bien commun. Car les gouvernants se préoccupent trop souvent de leurs intérêts personnels, au lieu de servir de tout leur cœur le peuple qui les a élus.

    Mais c’est ici que nous avons le droit, et même le devoir de nous révolter. La philosophie est-elle là simplement pour constater ce qui se passe sous nos yeux, comme une fatalité contre laquelle nous ne pouvons rien ? Ou bien ses constatations qui viennent souvent d’une expérience réelle, parfois douloureuse, sont-elles plutôt là pour nous faire sortir justement de notre sommeil ou de notre léthargie ?

    Ce n’est pas parce que de nombreux hommes au pouvoir confondent leur service avec leurs caprices que la politique doit forcément être repliée sur elle-même et oublier sa vocation première. Et cette vocation première est justement la plus noble qui soit : celle d’être le ciment qui permet aux innombrables pierres de la mosaïque de l’humanité de rester soudées les unes aux autres dans la plus grande harmonie possible.

    Notre raisonnement sera toujours le même. La politique du service et de l’accueil de l’autre n’est jamais impossible. Elle ne devient une utopie ou une illusion que si nous manquons de courage et de dignité. Mais on trouvera toujours des politiciens honnêtes et dévoués qui mettront le bien commun avant leur propre intérêt. Alors continuons à nous battre pour que ces politiciens de l’avenir soient connus, aidés, mis en lumière et personne ne pourra jamais nous empêcher de le faire.

    Il est des rêves qui endorment, mais il en est d’autres qui réveillent de la torpeur, comme celui de Martin Luther King qui rêvait d’un monde meilleur où les enfants blancs et noirs grandiraient ensemble comme des frères. Alors rêvons, mais rêvons juste et rêvons bien et l’humanité a encore de beaux jours devant elle. Cela dépend simplement de nous.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :