• De Marc à Matthieu 12 (2)

    [Pour nous préparer à la lecture du chapitre 12 de l’Evangile de Matthieu, nous reprenons quelques commentaires publiés dans ce blog en 2015]

    « Il dit à l’homme : ‘Etends ta main.’ Il l’étendit et sa main redevint normale. » (Marc 3,5) Article du 24 avril 2015 (cf Mt 12,13 : « Alors Jésus dit à l’homme : ‘Etends ta main’. L’homme l’étendit, et elle redevint normale et saine comme l’autre. »)

    Si on regarde cette phrase un peu vite, superficiellement, elle peut sembler toute simple, presque banale. Et pourtant, il s’agit bien d’un miracle qui se déroule sous nos yeux. Cet homme avait la main paralysée, Jésus est venu, il a eu pitié de lui et il l’a guéri. Mais d’abord, comme toujours, il a eu besoin de la participation active du malade : c’est bien le malade qui, en fin de compte, doit décider de croire que Jésus l’a guéri et d’étendre en conséquence cette main paralysée. Nous avons toujours ici ce rapport de réciprocité entre Dieu et l’homme qui collaborent ensemble, qui ont besoin l’un de l’autre pour le bien de l’humanité.

    Mais un autre aspect est frappant dans l’action de Jésus : sa parole est toujours en harmonie avec son action. Il suffit qu’il dise quelque chose pour que sa parole se réalise aussitôt, pour qu’elle porte du fruit. Jésus n’aurait pas fait cette proposition au malade devant tout le monde, s’il n’était pas sûr du résultat. En Jésus tout est un, son être, sa parole et son action. Cela paraît si simple qu’on oublie combien, pour chacun de nous, cette unité entre la parole et l’action est une conquête énorme de chaque jour. Nous reviendrons souvent là-dessus.

    Un dernier aspect : ce que Jésus demande ou ordonne au malade, comme à n’importe quel homme, est toujours pour son bien. C’est cela la « volonté de Dieu », il ne peut en avoir une autre. Mais sommes-nous capables d’être attentifs à chaque instant à cette voix qui nous interpelle et qui ne cesse de nous conseiller, de nous exhorter et de nous pousser à faire ce qui pourrait changer justement le sens de notre vie, faire que tout ce qui nous arrive, positif ou négatif (comme la maladie de l’homme paralysé) serve finalement à notre bien et au bien de ceux qui nous entourent ?

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :