• De Marc à Matthieu 28 (2)

    [Pour nous préparer à la lecture du chapitre 28 de l’Evangile de Matthieu, nous reprenons quelques commentaires publiés dans ce blog en 2017]

    Sortir pour toujours !

    « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. » (Mc 16, 15) (Cf. Mt 28,19 : « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples. »)

    Nous voilà à la conclusion de notre Evangile. Si nous voulons continuer à vivre avec le Christ, il ne s’agit surtout pas de s’enfermer entre nous, de nous encourager les uns les autres à nous considérer les meilleurs du monde, à juger et mépriser « ceux qui n’ont pas compris comme nous la vérité », ou je ne sais quelle bêtise de ce genre toujours prête à envahir notre esprit et notre cœur comme un piège maléfique.

    Non, la seule chose à faire est d’abord de sortir, de sortir de nous-mêmes et de notre horizon toujours trop étroit, de nos préjugés, de nos habitudes, de nos peurs et de nos croyances rigides, pour vivre avec le monde entier. Le monde qui nous suit et qui nous aime, mais aussi le monde qui nous rejette et qui nous hait, le monde qui est indifférent ou qui se replie sur lui-même, le monde qui cherche à progresser et celui qui échappe à la réalité parce qu’elle lui semble trop dure.

    Suivre le Christ sera donc nous mettre dans une sorte de mouvement perpétuel qui ne s’arrêtera que le jour de notre mort. Et proclamer la Bonne Nouvelle à toute la création ne voudra pas dire tellement multiplier les déclarations et les bonnes paroles, mais « vivre » cette vie nouvelle du Christ en nous, en silence ou en paroles, en action ou en contemplation, en donnant ou en accueillant, mais toujours en sortant de nous pour entrer en relation avec les autres.

    Suivre le Christ, c’est entrer définitivement dans cette dynamique des Trois Personnes de la Trinité qui sont venues habiter en nous et parmi nous pour toujours et qui voudraient en nous se répandre comme une tache d’huile sur toute l’humanité qui attend. Ce n’est pas une option parmi d’autres, c’est simplement là notre identité irremplaçable, notre respiration et le sang qui coule dans nos veines. Quelle chance avons-nous eu de rencontrer cet Homme qui est venu nous donner la vie et qui ne nous lâchera plus !

     

     


  • Commentaires

    1
    Hayat Fallah
    Mercredi 21 Juillet à 22:16
    Et qu'elle dynamique !!!! Quelle "chance" extraordinaire !!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :