• Décider d'être heureux?

    Cela fait quelque temps que je dis ou que j’écris que j’ai décidé d’être heureux. D’être heureux pour les autres, que cela soit bien clair. Car être simplement heureux pour moi-même, égoïstement, ne m’attire pas beaucoup, et je pense que ça ne marche jamais.

    Tandis qu’apprendre à être heureux pour les autres, cela comble tellement, cela apporte tellement de belles surprises au milieu des épreuves de toutes sortes, cela est tellement contagieux, car le bonheur se multiplie évidemment en se donnant…

    Mais je vois que cette phrase, tout de même un peu originale, provoque des réactions intéressantes chez mes amis. « Pourquoi ? Auparavant tu n’étais pas heureux ? » Si, j’ai été souvent heureux dans ma vie. Pas toujours, bien sûr, comme tout le monde. Mais c’est vrai que le bonheur a grandi dans mon cœur, quand j’ai appris à vivre l’autre, au lieu de vivre pour moi. La seule différence, c’est que ce bonheur était un peu trop lié à la chance des circonstances. Si tout allait bien, j’étais heureux de tout mon cœur, mais si des problèmes ou des obstacles se présentaient, mon bonheur commençait à trembler.

    Et quand le bonheur tremble, c’est automatique, on a tout de suite peur de le perdre, on commence à se regarder, on voit toutes ses limites, on imagine des catastrophes, et la catastrophe survient presque immanquablement…

    Tandis que si on décide d’être heureux… pour les autres, quand le bonheur tremble, on pense d’abord aux autres, à tous ces amis et amies qui ont tellement besoin de nous, tellement besoin de voir que nous n’avons pas perdu l’espoir. Et alors nous nous remettons tout de suite debout et nous marchons. Nous reprenons notre bonheur en boîtant peut-être, ou même au milieu des larmes, mais le bonheur est toujours là, même si nous ne le sentons plus.

    Alors je vois que tout change. Le bonheur n’est plus une question de sentiments du moment, qui peuvent justement être passagers. Le bonheur devient peu à peu notre personnalité profonde, notre identité, notre fidélité. Je vous avoue que moi-même j’ai encore des doutes qui me traversent l’esprit ou le cœur quand je fais de telles déclarations. Alors je vous invite à continuer ce dialogue, à partager nos expériences en cours de route, pendant toute l’année, sur le blog ou par d’autres moyens. Car j’ai besoin de vous pour avancer. Je sais qu’il y aura des moments difficiles ou délicats que nous pourrons partager, et chaque fois nous devrons adapter notre bonheur à ces nouvelles circonstances inattendues, mais je pense que notre bonheur restera… parce que je connais des gens merveilleux qui sont passés par là et qui ont réussi à être heureux jusqu’au bout. Alors, pourquoi pas nous ?


  • Commentaires

    1
    Hayatfallah@hotmail.
    Mercredi 8 Août à 14:38
    "le bonheur devient notre personnalité profonde"... Oui... Au delà de tous les remous de surface... Qd on a connu ce bonheur, on peut l'enfouir et le recouvrir de lourdes pierres, ce bonheur ne meurt pas... Il est là... On le revit en enlevant une pierre après l'autre... Surtt qd on a été heureux "avec" les autres...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :