• Défaire nos nœuds

    Ce n’est pas si difficile que cela de défaire un nœud, sauf s’il est vraiment trop serré avec une main de fer et un fil trop petit pour être saisi, mais en général même un enfant serait capable de le faire.

    Eh bien, ce matin, je vais vous proposer un nouveau passepartout pour le bonheur : s’habituer à défaire nos nœuds, l’un après l’autre, du matin jusqu’au soir et jusqu’à la fin de notre vie. Aller se coucher le soir bien tranquilles, parce que tous nos nœuds ont été dénoués et que demain s’annonce comme une journée sans problème sauf mauvaise surprise… ou peut-être quelque nouveau nœud inattendu… qu’il nous suffira de défaire à son tour !

    Mais qu’est-ce que j’appelle des nœuds, ici ? De simples petits problèmes, pas très graves mais qui s’accumulent au cours de nos journées et qui finissent par nous paralyser. Un malentendu avec une personne, un échec au travail, une mauvaise nouvelle qui risque d’en provoquer d’autres pires que la première et voilà que nos journées deviennent tristes ou lourdes. La peur et l’angoisse commencent à nous paralyser. Nous n’osons plus rien faire, nous avons envie d’éviter les gens et les problèmes en nous renfermant sur nous pour courir moins de risques, mais les nœuds continuent à s’accumuler quand même.

    A un certain moment, la situation devient tellement dramatique que nous ne savons même plus quel est le nœud qui nous gêne le plus et qui semble nous étrangler. Alors nous n’avons plus le temps ni la patience d’aller chercher quel est ce nœud qui nous fait si mal… nous prenons tous les nœuds à la fois, nous allons chercher un couteau et nous tranchons d’un seul coup tout ce tas de nœuds, en croyant nous libérer. Nous prenons par exemple des décisions irrévocables : quitter notre travail, nous séparer définitivement de tel ou tel ami ou même de la personne qui partageait jusqu’à présent notre vie, partir, émigrer, penser même à nous suicider peut-être… et le tout sans vraiment savoir pourquoi, simplement parce que nous n’en pouvons plus.

    Le bonheur est alors évidemment bien loin maintenant, alors que rien de tellement grave ne nous était vraiment arrivé. Simplement une succession de petits problèmes antipathiques que nous avons préféré oublier au départ pour ne pas nous attrister, au lieu d’essayer de les regarder en face et de comprendre ce qui se passait. J’ai peut-être eu une conversation malheureuse avec un ami qui va me gêner chaque fois désormais que je vais me retrouver avec lui. Alors, pourquoi ne pas essayer d’abord de revenir en moi-même et de me demander honnêtement si mon attitude a pu le gêner et aller lui demander pardon. Ou bien lui proposer de revenir sur le sujet qui nous a fâchés, en essayant de s’écouter cette fois-ci avec un peu plus de compréhension et de patience. Mais surtout il ne faudrait jamais aller se coucher le soir en ayant l’impression que nous avons oublié de dénouer nos nœuds, car déjà cela va nous empêcher de bien dormir. Puis le lendemain sera une journée encore plus difficile, parce que nous serons impatients avec tout le monde à cause du premier nœud de la veille et nous allons provoquer tout de suite d’autres nœuds… et quand nous voudrons revenir au premier, ce sera encore plus difficile…

    Je sais bien que tout cela est facile à dire, c’est comme une parabole ou une caricature. Mais si nous sommes sincères, cela nous arrive presque chaque jour. Récemment j’ai eu un « nœud » avec une personne que j’aime beaucoup. Au début je sentais que lui en parler c’était comme la déranger pour rien. On trouve tellement d’excuses pour ne pas défaire nos nœuds. Puis, comme je me sentais, au bout de quelques jours, tellement mal à l’aise, j’ai décidé d’affronter le problème, un peu timide au départ, mais en y mettant tout mon cœur… et nous avons découvert que finalement nous voulions arriver au même but mais avec des moyens différents et que nous mettions peut-être des réalités différentes sous les mêmes mots. Nous nous sommes vite réconciliés et maintenant tout est clair devant nous, comme un ciel sans nuage. Je peux ce matin recommencer à écrire dans mon blog des pensées positives, sans me sembler à moi-même utopique ou menteur. Non, la réalité est souvent difficile, mais c’est le plus souvent parce que nous-mêmes nous sommes enfermés dans des problèmes que nous aurions pu résoudre tout de suite. Alors, un peu de courage chaque jour et à chaque nœud : cela en vaut la peine !   


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :