• Faire confiance?

    Un petit exercice de vocabulaire aujourd’hui, à propos de la confiance. Du temps perdu, direz-vous ? Vous avez remarqué qu’au sujet de la confiance, on dit parfois « avoir confiance » en quelqu’un et parfois « faire confiance » à quelqu’un ? On pourrait penser que c’est au fond la même chose. Eh bien regardons cela de plus près.

    En général, « j’ai » confiance en quelqu’un parce qu’il s’est toujours montré gentil et positif avec moi. Je n’ai jamais eu d’ennuis avec lui. Je suis sûr de lui et de ce qu’il va faire pour moi. J’ai donc « acquis » une grande confiance en lui avec le temps. Et c’est pour cela que « j’ai » confiance en lui. Ce fameux verbe « avoir » que j’aime de moins en moins parce qu’il en ressort souvent une idée de possession statique, tournée vers le passé. Un passé qui va souvent me conditionner négativement, parce que je ne pourrai plus « avoir » confiance en quelqu’un qui m’a un jour déçu ou dérangé. Dans ce monde occidental moderne où l’on essaye de tout sécuriser, on voudrait chercher une sorte d’assurance sur tout et même sur la confiance. Et c’est peut-être pour cela que souvent on n’a pas beaucoup de vrais amis.

    Si l’on parle maintenant de « faire confiance » à quelqu’un, cela va tout changer. Car la confiance n’est plus tournée vers le passé qui me rassure ou non, mais sur le risque que je vais prendre maintenant dans un avenir proche ou lointain en « faisant » confiance à quelqu’un, de manière globale ou pour une action ponctuelle. Mais faire confiance à quelqu’un est toujours un saut dans l’inconnu, dans le sens que j’espère que tout va bien se passer, mais je n’en ai aucune assurance. Si nos parents ne nous avaient pas fait confiance à chaque étape de notre vie, confiance que nous étions au fond capables de prendre peu à peu nos responsabilités, nous ne serions jamais devenus des hommes adultes.

    La confiance que l’on fait maintenant à quelqu’un va bien sûr se baser quand même sur une expérience passée positive, mais elle est ouverte à tout. Elle laisse à l’autre la possibilité de se tromper, de faire des bêtises, mais cela ne va rien changer à notre relation, car l’autre a le droit comme nous d’apprendre de ses erreurs. Nous n’allons pas l’enfermer dans le chantage d’une perfection qu’il doit nous montrer pour que la confiance ne soit pas tout à coup rompue. Et c’est là qu’on gagne tellement d’amis sincères. Lorsque quelqu’un a cru en nous malgré les apparences, lorsqu’il n’a pas demandé mille preuves à l’avance pour nous faire confiance. La relation avec les autres est alors moins sûre dans le détail, mais tellement plus riche et plus sûre de cette chaleur humaine qui accepte l’autre avec ses qualités et ses défauts et qui conduit à une confiance réciproque où l’autre est le centre de ma relation et non plus mon « moi » égoïste. Quelle libération de parvenir à « se faire » en fin de compte mutuellement confiance !


  • Commentaires

    1
    Vendredi 6 Novembre 2020 à 17:12

    Merci d'aborder la confiance par cet angle si particulier et judicieux. Je pense que la confiance est bien au niveau de la relation et donc du faire. Avoir confiance en soi est finalement une confiance qui se consolide après la réalisation de nos actions. Il est important de nous mettre en mouvement en faisant confiance. 

      • Vendredi 6 Novembre 2020 à 19:07

        Merci, Thierry L. Si vous me donnez votre adresse mail, on peut continuer cet échange intéressant.

      • Vendredi 6 Novembre 2020 à 21:14

        Voilà mes coordonnées:

        thierry.lalia@outlook.fr
        j'ai créé un blog : https://lesilencedelanuit.com
        J'échange avec beaucoup de plaisir Roland (j'habite Paris)

    2
    Hayat Fallah
    Vendredi 6 Novembre 2020 à 17:33
    Il faut parfois bcp de temps pour arriver à se faire confiance mutuellement confiance... mais ça vaut la peine de co tinuer à faire confiance... Dans la vie courante, je ne sais pas parfois comment concilier confiance et prudence...
      • Vendredi 6 Novembre 2020 à 17:55

        Anton Pavlovitch Tchekhov – écrivain russe (1860-1904)Il faut faire confiance aux gens. Sinon, la vie n’est plus possible. 

        avec cette phrase, je pense que tout est dit. Il est cependant prudent comme le dit un de mes amis Eugène : "Il faut apprendre à se connaître pour savoir faire confiance".

        Je suis passionné par la confiance et j'ai pour objectif d'accompagner les organisations publiques et privées à créer un lien de confiance avec les équipes internes et les parties prenantes. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :