• Faire semblant d'aller bien?

    J’ai été très touché par une phrase partagée récemment sur Facebook par une amie chère et qui m’a fait beaucoup réfléchir. Cette phrase, tirée du site « Sais-tu que ? », disait simplement « Parfois les gens font semblant d’aller très bien, alors qu’intérieurement c’est tout le contraire. »

    C’est vrai, on rencontre de temps en temps des personnes qui nous donnent cette impression et nous-mêmes, parfois ou même souvent, nous faisons l’expérience de dire aux gens que nous allons bien, alors que nous nous sentons très mal au fond de nous-mêmes. Alors que penser de telles situations ? Y voir du mensonge et de l’hypocrisie ? Cela peut arriver peut-être s’il y a des intérêts cachés et malhonnêtes dans l’histoire. Mais je pense que le plus souvent il s’agit au contraire d’une attitude admirable, généreuse et parfois même héroïque.

    Pensons à une maman malade qui ne veut pas faire sentir à ses enfants combien elle souffre et qui continue tant qu’elle peut à les servir et à leur donner de la joie, comme si de rien n’était. Ou à ces personnes consciencieuses qui font leur travail jusqu’au bout parce qu’elles savent que leur absence pourrait causer du tort à quelqu’un et qui préfèrent se sacrifier sans rien dire, plutôt que de se retirer et de mettre peut-être quelqu’un en difficulté ou en danger.

    Je crois qu’il y a en fait trois niveaux en chacun de nous. Il y a le niveau apparent, celui qui se voit du dehors sur notre visage, qui se manifeste dans nos paroles ou dans nos gestes. Puis il y a ce que nous sentons en nous, de sentiments ou de pensées, positifs ou négatifs. Mais il y a en fait un niveau encore plus profond, c’est celui de la conscience, celui de la foi ou de l’espoir, celui de notre identité profonde qui va beaucoup plus loin que ce que nous ressentons dans le moment présent. Et notre personnalité est comme une symphonie qui essaye d’harmoniser ces trois niveaux à la fois.

    J’ai récemment eu la grâce d’accompagner un vieil ami tellement cher qui nous a quittés, après une longue maladie. Cela faisait deux ans qu’il était au bord de la mort et pourtant il était toujours en paix avec lui-même, les autres et sa propre maladie. Nous ne l’avons jamais vu se plaindre. Il a continué presque jusqu’au dernier souffle à écouter les gens qui venaient le visiter et à les consoler lui-même, au lieu de chercher à être lui-même consolé. Il allait évidemment très mal, au moins au niveau physique, mais il apparaissait comme l’homme le plus heureux du monde et il continuait à dire seulement « Merci, merci ! » jusqu’au moment où il n’a plus réussi à parler, quelques heures seulement avant sa mort. En lui, les trois niveaux s’étaient complètement harmonisés, c’était une sorte d’homme réalisé, à qui il ne manquait plus rien.

    Mais ce qui faisait sa force, c’est l’amour qu’il avait dans le cœur at qu’il a continué à partager jusqu’à la fin avec des personnes qui étaient vraiment ses amis, avec une fidélité émouvante. On sentait que cet homme était désarmé, libre au fond de lui-même, il n’avait rien à cacher ni à demander. Il prenait désormais la vie telle qu’elle venait et il faisait rejaillir cette vie sur les autres comme une grande lumière. On sortait de sa chambre avec un grand sourire sur le visage et une joie qui ne nous quittait plus jusqu’à la fin de la journée et certainement bien plus encore.

    Je crois que la solution de tout cela, c’est de se brancher à la source de la vie, qui va bien plus loin que tous les sentiments, les impressions, les considérations de chaque jour. Une source qui ne dépend plus des circonstances du moment, mais qui est le moteur de tout notre être. Et le miracle c’est qu’on trouve cette source en nous quand on la met en communication avec la source qui est blottie au cœur de nos frères, car cette unité de nos énergies cachées est comme la garantie que désormais plus rien ne peut nous faire peur ni nous empêcher de nous donner. On arrive peut-être à ce paradis à la fin de notre vie, mais il est tellement beau que cela vaut la peine de nous battre, de nous fatiguer toute une vie pour trouver ce grand secret et le partager avec ceux que nous aimons et avec toutes les personnes que nous rencontrons.

     


  • Commentaires

    1
    nicole
    Dimanche 10 Février 2019 à 14:45

      merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :