• Hérésie de l'amour

    Je suis tombé il y a quelque temps sur cette phrase de Simone de Beauvoir qui m’a horrifié : « Le couple heureux qui se reconnaît dans l’amour défie l’univers et le temps ; il se suffit, il réalise l’absolu. »

    Je sais que Simone de Beauvoir n’est pas n’importe qui, mais comment peut-on affirmer une ineptie pareille ? Et pourtant, tout semble tellement beau au départ dans cette phrase : cet amour qui « défie l’univers et le temps », cet amour qui « réalise l’absolu ». Si Simone de Beauvoir s’était arrêtée là, ce serait une phrase merveilleuse. Mais ne voyez-vous pas comme moi que trois petits mots viennent complètement gâcher la fête ?

    « Le couple heureux qui se reconnaît dans l’amour défie l’univers et le temps ; il se suffit, il réalise l’absolu. » « Il se suffit… » Le sens de toute la phrase prend aussitôt une autre direction. L’amour et l’absolu qui ne peuvent exister que dans la dynamique d’une ouverture réciproque totale, à l’intérieur mais aussi à l’extérieur d’eux-mêmes, se replient tout à coup sur eux-mêmes, dans une sorte d’autosuffisance mortelle, comme une sorte de cancer qui va tout bloquer.

    Excusez-moi, mais le sens même de l’amour nous dit qu’il ne pourra jamais s’arrêter, se suffire à lui-même. Car être pris par l’amour, c’est être pour toujours assoiffé, avide de partage à l’infini. L’amour est ce mouvement qui jaillit comme un écho perpétuel qui se renouvelle à chaque instant comme les vagues éternelles qui vont et viennent sur le rivage. L’amour est une découverte qui recommence sans se lasser dans une recherche qui se repose en se multipliant. Freiner l’amour, c’est le condamner à bientôt mourir, dans je ne sais quelle routine inquiétante, c’est le détourner de son souffle bienfaisant, c’est le transformer en un trésor de musée qui n’a plus rien à nous dire pour la suite de notre vie.

     

    C’est toujours la même erreur qui se répète, cette tentation de posséder la vie qui jaillit en nous et entre nous, au lieu de la laisser simplement s’écouler et nous surprendre par ses inventions merveilleuses, ce serait comme vouloir posséder le temps et le mettre dans un coffre-fort. On peut alors comprendre pourquoi l’amour conduit si souvent à de terribles désillusions. C’est que l’amour n’est plus l’amour, mais simplement son fantôme ou son mirage et on a beau jeu de l’accuser de nous avoir gâché la vie pour toujours !


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Rosa
    Jeudi 17 Août à 19:39

    Bonjour Roland, tu as peut-être raison mais

    1 - la proposition "il se suffit" n'ayant pas de complément (à lui-même, c'est ainsi que tu le comprends mais cela n'est pas dit), on ne peut lui

    faire dire plus qu'un certaine complétude. Je ne vois pas là-dedans une telle horreur

    2 - La phrase étant ambiguë, cherche un peu quel aurait été ton sentiment si tu l'avais trouvée chez quelqu'un d'autre. Une grande spirituelle

    par exemple.

    Allez, je te taquine, mais je trouve tout de même ton post un peu unilatéral. En plus il faut tout de même voir que l'homme de sa vie c'était

    Jean-Sol Partre !

     

      • Jeudi 17 Août à 20:04

        Merci, Jean-Pierre, ça fait plaisir de te lire après tout ce temps! Tu as raison que mon article est unilatéral: c'est aussi un peu le problème de mes articles de blog: quand je mets trop de nuances, on me dit que c'est trop long et que personne ne va me lire. Donc j'en profite pour provoquer les gens...

        Et ne te préoccupe pas trop pour Simone de Beauvoir: je n'ai pas d'a priori contre elle. C'est cette phrase malheureuse qui m'a servi pour dire une vérité que j'expérimente de plus en plus dans la vie, c'est que l'amour est extraordinaire quand il libère, sinon il renferme et conduit à la mort. Et se suffire, être satisfait, posséder, sont toutes des réalités qui conduisent tôt ou tard à des impasses... Au fond, je la remercierais plutôt de m'avoir donné une belle occasion de m'exprimer! Ne va pas chercher plus là-dedans.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :