• L'enfer, c'est les autres?

    Oui, nous sommes bien dans la rubrique « Reflets du paradis ». Et comment m’est-il venu l’idée de donner ce titre qui est bien connu comme une des citations les plus fameuses de Jean-Paul Sartre ?

    Je vais commencer par citer Jean-Paul Sartre lui-même, qui a été si souvent mal compris à cause de cette phrase. Voilà ce qu’il a dit un jour, en la commentant :

    « ‘L'enfer c'est les autres’ a été toujours mal compris. On a cru que je voulais dire par là que nos rapports avec les autres étaient toujours empoisonnés, que c'était toujours des rapports infernaux. Or, c'est tout autre chose que je veux dire. Je veux dire que si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l'autre ne peut être que l'enfer. Pourquoi? Parce que les autres sont, au fond, ce qu'il y a de plus important en nous-mêmes, pour notre propre connaissance de nous-mêmes. Quand nous pensons sur nous, quand nous essayons de nous connaître, au fond nous usons des connaissances que les autres ont déjà sur nous, nous nous jugeons avec les moyens que les autres ont — nous ont donnés — de nous juger. Quoi que je dise sur moi, toujours le jugement d'autrui entre dedans. Quoi que je sente de moi, le jugement d'autrui entre dedans. Ce qui veut dire que, si mes rapports sont mauvais, je me mets dans la totale dépendance d'autrui et alors, en effet, je suis en enfer. »

    Tout cela est extrêmement intéressant et fait réfléchir. Je vais retenir surtout cette phrase de Sartre qui me plaît : « Les autres sont, au fond, ce qu'il y a de plus important en nous-mêmes, pour notre propre connaissance de nous-mêmes… » Cela rejoint beaucoup d’idées de notre blog sur l’interdépendance entre les hommes. Sans prétendre faire de la philosophie en quelques pauvres lignes de l’article d’un blog, je me permets seulement de regretter que Sartre s’arrête ici au domaine de la connaissance et du jugement.

    Je crois qu’il y a une réalité dans la relation entre nous, entre moi et les autres, qui va bien au-delà de la connaissance et du jugement, c’est celle qui touche à l’amitié et à l’amour. Et c’est là surtout que l’autre peut être pour moi un enfer, un purgatoire ou un paradis. Ce qui est sûr, c’est que l’autre ne me sera jamais indifférent. Car l’autre est une sorte de miroir dans lequel je me reflète, une part de moi que j’ai donnée et qui s’en va sans me demander mon avis, comme moi je suis aussi une part de l’autre qu’il m’a donnée ou que j’ai volée et dont je fais à mon tour sans doute tout autre chose que ce que l’autre aurait pu attendre.

     

    Ce qui est sûr aussi c’est que l’autre sera pour moi toujours une sorte de surprise, comme moi-même je serai pour lui toujours imprévisible. Et c’est là que tout va se jouer, si la surprise de l’autre devient pour moi un enfer ou un paradis ou si moi-même je parviens à transformer l’enfer de l’autre ou son paradis en une nouvelle réalité qui va nous surprendre tous les deux… Mais je crois que je vais m’arrêter pour aujourd’hui et continuer bientôt… dans mon prochain article ! 


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :