• L'homme est-il bon?

    « L’homme bon, dans son trésor qui est bon, prend des choses bonnes ; l’homme mauvais, dans son trésor qui est mauvais, prend des choses mauvaises. » (Mt 12,35)

    Voilà une phrase bien claire, mais comment la comprendre ? Qui est bon et qui est mauvais ? Chacun de nous n’a-t-il pas en lui du bon et du mauvais ? Mais reprenons ce que vient de dire Jésus juste avant de parler de l’homme bon et de l’homme mauvais : « Prenez un bel arbre, son fruit sera beau ; prenez un arbre détestable, son fruit sera détestable, car c’est à son fruit qu’on reconnaît l’arbre. Engeance de vipères ! comment pouvez-vous dire des paroles bonnes, vous qui êtes mauvais ? »

    Alors, je vais vous dire en deux mots ce que je pense de tout cela. C’est une interprétation personnelle, mais je ne pense pas qu’elle soit loin de la réalité. Je crois qu’il faut remettre les phrases de Jésus dans le contexte de son enseignement pédagogique au peuple juif de l’époque. Jésus veut faire peur à ses interlocuteurs, comme lorsqu’il dit que le blasphème contre l’Esprit ne sera pas pardonné. Et il est étonnant de voir que les seuls hommes présentés comme mauvais dans l’Evangile sont justement les scribes et les pharisiens du peuple juif. Pratiquement jamais Jésus ne dit de mal des Romains, des Samaritains ou des païens. A tous ces gens-là, Jésus ne présente finalement que son amour, pour nous montrer que chaque homme est aimé de Lui.

    Bientôt Jésus va finir sa vie sur terre et monter au ciel. Une des premières choses qu’il va faire de « là-haut », c’est appeler justement un de ces « mauvais » pharisiens et en faire en Paul son plus grand apôtre. Maintenant, Jésus n’est plus directement sur terre pour nous réprimander. Il est désormais remonté au ciel avec le Père et l’Esprit et il nous aime du cœur de la Trinité, et il n’est pas capable de voir en nous autre chose que le « bon » qu’il a mis en chacun de nous quand il nous a créés. Car c’est d’une source divine que nous avons été faits quand nous sommes venus au monde. Notre véritable identité, notre personnalité profonde ne peut être que « bonne », puisque c’est Dieu lui-même qui nous a faits à son image. Puis le mal nous a atteints et a gâché en partie cette image divine en nous, mais est-ce que cela veut dire que le mal fait vraiment partie de notre personnalité ? Pourquoi, lorsque quelqu’un meurt, on ne se souvient que du positif qu’il a vécu ? N’est-ce pas parce que c’est ce « bon » qui le caractérisait au plus profond de lui ?

    Il y a en chacun de nous sur cette terre un mystère du mal, mais Jésus, le Père et l’Esprit ne perdent pas de temps avec le mal qui est en nous. Ils vont tout de suite plonger dans le « bien » ou le « bon » qui nous caractérisent et ils le renforcent, le guérissent s’il y a lieu, profitant de tout ce qui se passe en nous pour le tourner en positif. Jamais on n’imaginera Dieu un seul instant s’arrêter sur notre négatif, il n’en est même pas capable car il nous aime de tout son cœur de Dieu… Alors pourquoi n’en faisons-nous pas autant à notre tour avec tous nos frères et sœurs en humanité ? Nous dire devant chaque personne que nous rencontrons : celui-ci ou celle-ci a été créé ou créée par Dieu, donc il est forcément au départ quelqu’un de bon, et si ce « bon » est peut-être caché derrière une apparence de mal, derrière des blessures, des peurs, des fragilités de toutes sortes, à moi d’aider Dieu en Lui à sauver cette personne, comme Dieu est en train de faire avec moi du matin au soir. Il n’y a plus alors de place pour les jugements, les condamnations des autres, mais seulement pour l’amour de miséricorde qui nous donne peu à peu le cœur de Dieu et nous fait prendre nous aussi seulement « des choses bonnes » de notre trésor qui est « bon » !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :