• L'homme est-il un incapable?

    Regardez avec moi cette citation rencontrée ces jours-ci par hasard et qui m’a scandalisé. Et pourtant elle est d’un grand écrivain, Georges Duhamel. « L’homme est incapable de vivre seul, et il est incapable aussi de vivre en société. »

    Je ne vais pas faire ici de procès à Georges Duhamel, surtout à partir d’une phrase prise en dehors de son contexte qui pourrait sans doute nous l’éclairer. Mais n’est-ce pas tellement négatif de faire circuler des phrases pareilles qui sont tristes ou même simplement ridicules ?

    L’homme serait donc condamné à échouer lamentablement tout au long de sa vie, puisque seul ou en société, il n’arriverait à rien de beau, de bon ou de bien ?

    Il y a ici encore un grand malentendu. Car c’est au fond comme si je prenais la main d’un homme et que je la détachais du reste de son corps. Ou ses jambes ou son cœur ou son cerveau. Tout semblerait absurde, puisque les membres de notre corps sont faits pour être pour toujours étroitement liés les uns aux autres, sous peine d’un grave handicap ou même de la mort du corps tout entier.

    Alors pourquoi cette insistance à vouloir toujours isoler l’homme, l’individu, chacun de nous ? Tandis que le sens de notre vie, ce pour quoi nous sommes venus au monde est justement d’être en relation continuelle avec d’autres hommes. Même quand je suis seul, je suis en relation, je pense aux autres en bien ou en mal. La nuit, je rêve des autres. Je me situe sans arrêt par rapport aux autres. Le problème n’est donc pas ce lien de moi aux autres, mais la façon avec laquelle je me rapporte à eux.

    « Vivre seul » pour toujours n’aurait évidemment aucun sens, mais vivre seul par moment, par nécessité provisoire, peut être un moment bénéfique comme celui d’une retraite momentanée pour se reposer et réfléchir. Mais ce doit être bien sûr pour avoir ensuite une harmonie encore plus grande dans mon lien avec les autres.

    Mais « vivre en société », devrait être la source de notre bonheur, si nous avons compris le secret de la vie. Car la vie vaut la peine d’être vécue lorsque nous sommes en pleine réciprocité avec les autres, lorsque nous sommes heureux de les rencontrer parce qu’ils nous aiment, nous enrichissent et nous font du bien. Quand on a l’impression du contraire, c’est seulement parce que nous nous y sommes mal pris, ce n’est pas « la faute aux autres ». Sinon ce serait comme si un homme qui a eu le malheur d’avoir un accident rangeait pour toujours sa voiture au garage, ce n’est évidemment pas une bonne solution. Alors pourquoi nous mettre nous-mêmes au garage chaque fois que nous avons des difficultés ou des conflits avec les autres ? On peut trouver tellement de solutions positives. C’est le sens de tout ce blog qui se bat comme beaucoup d’autres pour qu’enfin l’homme finisse par se convaincre que nous avons tellement de chance de pouvoir exister, vivre, respirer et nous aimer les uns les autres…


  • Commentaires

    1
    Hayat
    Vendredi 22 Novembre à 10:12
    Vivre, respirer, exister et..." nous aimer les uns les autres" ! Sans ça, la vie peut être belle, mais amputée de qqe chose d'essentiel, qqe chose qui introduit à la VIE...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :