• La force immense de l'amour

    « Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Œil pour œil, dent pour dent.’ Eh bien moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre. » (Mt 5, 38-39)

    Cette phrase de Jésus est bien célèbre, mais je crois que presque personne n’y a jamais rien compris… au point qu’elle est devenue pour beaucoup de gens, à l’intérieur de la famille chrétienne ou au dehors, comme le symbole de la faiblesse de ceux qui suivent l’Evangile, alors que cette phrase voulait dire exactement le contraire.

    Pour me faire comprendre, il aurait fallu peut-être la mimer, plutôt que de l’expliquer avec des mots, ou bien se rappeler la scène du fameux film sur Gandhi dans lequel les Indiens avancent tranquillement vers les dépôts de sel tenus par les Anglais en sachant que les soldats vont les frapper avec leur bâtons, que leur sang va couler, mais qui regardent ces soldats droit dans les yeux sans peur… et ce sont les soldats armés qui se sentent finalement le plus mal devant cette injustice qu’ils sont en train de commettre… et c’est par des actes courageux de ce genre de non-violence que Gandhi a finalement obtenu l’indépendance de l’Inde.

    Si quelqu’un me frappe sur une joue, Jésus me demande d’abord de l’aimer quand même, c’est-à-dire de lui pardonner du fond du cœur, car probablement « il ne sait pas ce qu’il fait. » Puis, avec la paix dans l’âme, je vais retourner vers lui et lui tendre l’autre joue, en le regardant droit dans les yeux, comme pour lui dire : si tu penses que c’est bien de me frapper, vas-y, je n’ai pas peur, mais quand tu comprendras le mal que tu me fais, c’est toi qui vas avoir peur, peur de me regarder dans les yeux, peur de toi-même, peur du mal et de l’injustice qui t’aveuglent… et ta violence ne gagnera jamais.

    Alors, je crois qu’il faut en finir une fois pour toutes avec cette hérésie totale qui veut nous faire croire que l’amour est faible, que l’amour est l’attitude des gens qui ont peur, qui n’osent pas se battre pour la justice et les droits de l’homme, qui font de lâches compromis. Tendre l’autre joue, c’est regarder au fond du cœur de cet homme ou de cette femme qui nous fait du mal, croire qu’il y a Jésus en lui ou en elle qui nous tend la main sans même que l’autre le sache et aider ce Jésus dans l’autre à le faire sortir finalement de son aveuglement. Car répondre à la violence par la violence, c’est rester dans une logique de mort et de peur qui ne mènera jamais nulle part. Tandis que se jeter dans la non-violence de l’amour, c’est manifester aux hommes la force de l’amour de Dieu qui est plus grand que tous les esprits mauvais qui sont dans le cœur de chacun.

    Et ici encore, quand je vis l’Evangile avec toute une communauté de personnes qui s’aiment dans l’amour réciproque avec Jésus au milieu d’eux et que c’est une communauté tout entière qui témoigne de la force révolutionnaire de l’amour du Christ devant le mal qui essaye de détruire l’harmonie et la paix entre les hommes, bien des choses peuvent changer dans le bon sens dans nos sociétés malades de peur et de violence ! 


  • Commentaires

    1
    Hayatfallah@hotmail.
    Mercredi 7 Novembre à 06:27
    "la non-violence de l'amour" C'est la clé de la vraie non-violence !!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :