• La joie du retour (4)

    Profitez des vacances du blog (du 24 juillet au 15 août) pour relire les vieux articles, c’est toujours intéressant. Aujourd’hui je vous propose :

     

    Sortir (du 9/11/2015 dans « Au cœur du verbe »)

    « Sortir » est un verbe passionnant comme le verbe « entrer » sur lequel nous nous sommes déjà penchés. On pense en général que c’est même le contraire d’entrer et c’est parfois vrai si je dis qu’à une heure j’entre dans mon bureau et qu’à quatre heure j’en sors. Mais en réalité il faut presque toujours sortir de quelque chose ou de quelque part avant de pouvoir entrer ailleurs. Ce sont au fond deux verbes qui s’accompagnent et se complètent. Je sors de ma maison pour entrer dans mon lieu de travail, je sors d’un tunnel pour entrer à la lumière, je sors du ventre de ma mère pour entrer dans la vie, je sors de l’enfance pour entrer dans l’adolescence…

    Sortir est donc un de ces verbes de mouvement qui nous entrainent tout au long de la journée. Sortir permet de ne pas rester statique toujours au même endroit ou dans la même situation, c’est donc souvent quelque chose qui aide à respirer ou à se libérer, mais il est aussi difficile de sortir lorsqu’on est dans un abri bien chaud et qu’au dehors tout est froid ou que de grands problèmes nous attendent. Ce n’est donc presque jamais indifférent de devoir ou de vouloir sortir.

    Mais d’où sortons-nous en général ? D’un lieu d’abord évidemment, lieu d’habitation, de travail, de rencontre ou de loisir, mais aussi d’une situation facile ou difficile, nous sortons ainsi d’un problème que nous venons de résoudre ou d’une maladie que nous avons finalement vaincue. Nous sortons aussi d’une période de temps, d’une saison, d’une semaine éprouvante ou d’une époque où tout a commencé à changer. Nous sortons de l’ignorance ou de l’égoïsme. Ou bien nous sortons tout simplement de nous-mêmes et de notre univers clos pour nous ouvrir aux autres.

    C’est qu’il est encore plus important de comprendre dans quelle direction je sors que d’où je suis en train de sortir. Car on sort en général pour atteindre un but ou pour rencontrer quelqu’un de cher ou pas qui nous attend. On sort parce qu’on a quelque chose en tête que l’on veut faire ou au moins commencer. On sort pour aller au spectacle, ou pour faire du sport. Comme il est important de sortir ! Tout n’est pas fini ou résolu parce que nous sommes sortis, il faudra bien voir comment je suis sorti, dans quel état ou avec quelle intention. Mais sortir est toujours un grand pas fait vers le changement ou la nouveauté, contre la routine ou la sclérose. Si le sang qui vient de se purifier dans l’oxygène de nos poumons et de pénétrer dans notre cœur n’en ressort pas aussitôt pour aller irriguer tous les membres de notre corps, le cœur va exploser, les membres vont se dessécher et la mort est déjà là qui nous guette. Si nous ne sommes pas capables de sortir de notre petit monde replié sur soi pour essayer de comprendre les autres, de les accueillir et de nous donner à eux d’une manière ou d’une autre, nous allons bien vite être comme ces eaux stagnantes ou tout pourrit et sent mauvais. Sortir est donc notre libération, la condition nécessaire à une ouverture sincère vers l’avenir qui nous attend. Sortir est aussi une aventure, un saut dans l’inconnu, mais en même temps un nouveau départ, une nouvelle création. On ne peut pas inventer ou construire sans sortir ou faire sortir. Comme c’est beau de sortir !

     

    Citations

    Une religion c’est quelqu’un qui nous tire par la manche, pour nous rappeler que notre vie est plus grande que ce que nous en faisons. Ce geste enfantin – tirer la manche de l’adulte aveuglé par ses soucis pour attirer son attention sur quelque chose d’émerveillant – ce geste est accompli par le Christ, par Mahomet ou par les mystiques juifs. Les trois religions du Livre sont là pour nous sortir du sommeil de nos volontés, de nos savoirs ou de nos conforts. (Christian Bobin)

     
    On aime toujours un peu à sortir de soi, à voyager, quand on lit. (Marcel Proust) 

    Mourir, c'est sortir du temps. Le temps est une parenthèse, une illusion, un songe, et peut-être un mensonge. (Jean d'Ormesson) 

     

    La folie de l’amour c’est de vouloir devenir l’autre et devenir l’autre pour s’oublier soi-même. La sagesse de l’amour c’est de savoir entrer et sortir. Je deviens toi, je reviens à moi. J’acquiers comme une légèreté de l’être à me démultiplier, et paradoxalement c’est ainsi que je me rapproche le plus du sentiment d’unité qui est mon horizon et ma nostalgie. (Paule Salomon)

     

    Le ciel ne raconte jamais la même histoire, les nuages travaillent sans cesse pour nous sortir de l'ennui. (Fanny Salmeron)

     

    Qui voyez-vous mécontent, sombre, ennuyé, sinon celui qui ne pense qu’à soi? Le plus profond ennui, c’est celui de l’égoïsme; l’ennui même n’a pas d’autre principe; pour ne pas s’ennuyer, il faut, à défaut des personnes, aimer au moins des idées; il faut se répandre, il faut se communiquer, il faut sortir de soi. (André Vinet)

     

    L'homme croit aux miracles. Même dans les circonstances les plus dramatiques, il croit encore qu'il peut s'en sortir. C'est sans doute pour ça qu'il parvient à tenir debout dans l'enfer. (Laurence Tardieu)

     

    Pour vivre, le poisson ne doit pas sortir de l'eau, l'homme ne doit pas entrer en terre. (Victor Hugo)

     

    On entendit sortir de sa bouche cette parole à peine articulée : — Ce n'est rien de mourir ; c'est affreux de ne pas vivre. (Victor Hugo)

     

    Le mariage est une place assiégée : ceux qui sont dedans voudraient en sortir ; ceux qui sont dehors voudraient y entrer. (Hervé Bazin)

    Un bon ami m’a dit un jour que les problèmes sont comme les cafards : dès qu’on les fait sortir à la lumière, ils prennent peur et s’en vont. (Carlos Ruiz Zafón)

    De sac à charbon, il ne peut sortir blanche farine. (Proverbe français)

    Prévenir les objections vaut mieux que d'exceller à y répondre et l'homme le plus habile à sortir des mauvais pas ne vaudra jamais celui qui sait les éviter. (John Petit-Senn)

    Dans la Bible

    Mais il répondit : « Il est écrit : Ce n'est pas de pain seul que vivra l'homme, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Mt 4,4)

    Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme ; mais ce qui sort de sa bouche, voilà ce qui souille l'homme. » (Mt 15,11)

    Il prescrivait en effet à l'esprit impur de sortir de cet homme. (Lc 8,29)

    Nathanaël lui dit : « De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon ? » Philippe lui dit: « Viens et vois. » (Jn 1,46)

    Ils dirent à Aaron : «Fais-nous des dieux qui marchent devant nous ; car ce Moïse qui nous a fait sortir du pays d'Égypte, nous ne savons ce qui lui est arrivé. » (Ac 7,40)

    A la fin Paul, excédé, se retourna et dit à l'esprit : « Je t'ordonne au nom de Jésus Christ de sortir de cette femme. » Et l'esprit sortit à l'instant même. (Ac 16,18)

    De votre bouche ne doit sortir aucun mauvais propos, mais plutôt toute bonne parole capable d'édifier, quand il le faut, et de faire du bien à ceux qui l'entendent. (Ep 4,29)

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :