• La joie du retour (5)

    Profitez des vacances du blog (du 24 juillet au 15 août) pour relire les vieux articles, c’est toujours intéressant. Aujourd’hui je vous propose :

     

    Guerre ou paix ? (Du 18/11/2015 dans « Batailles »)

    Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais chaque fois qu’un attentat terroriste est commis dans un de nos pays « civilisés » d’occident, la première réaction de nos chefs d’état, sans doute dépassés par les évènements, est de nous promettre que nous allons « leur faire la guerre », une guerre à outrance ou rien ne sera épargné pour vaincre ce mal qui s’en prend à des victimes innocentes. Ce sont des réactions qui sont peut-être faites pour rassurer nos populations. Moi, personnellement, ces paroles ne me rassurent pas du tout.

    Dommage que l’expression « leur faire la paix » n’existe pas. On peut au moins dire qu’on désire « faire la paix » avec son ennemi, avec ceux qui sont entrés en conflit avec nous. C’est cela que nous aimerions entendre de personnalités politiques responsables. Pour être tout de même objectif, il faut reconnaître que de grands pas ont été faits vers la paix cette année avec les nouvelles relations entre Cuba et les Etats Unis et entre l’Iran et tous les pays occidentaux. C’est cela qu’il faut faire pour répondre aux attentats terroristes.

    Bien sûr nous n’allons pas faire la paix maintenant avec l’Etat islamique, qui n’est même pas un état, qui est une bande de fous qui se cachent et avec qui on ne peut même pas entamer des pourparlers. Ici il s’agit d’actions au niveau sécuritaire comme on en fait avec n’importe quel criminel. Mais soyons sûrs que toutes les représailles contre Daech ne serviront finalement qu’à augmenter le terrorisme. Ce qui va les arrêter, c’est de leur couper l’herbe sous les pieds, à commencer par l’approvisionnement en armes et en argent duquel presque tous les pays occidentaux sont directement ou indirectement complices.

    Mais ce qui va arrêter le terrorisme c’est d’instaurer partout dans le monde un climat de paix véritable entre les peuples. Tant qu’il y aura au Moyen Orient un conflit comme celui qui continue à grandir comme un cancer entre israéliens et palestiniens, nos frères terroristes auront toutes les bonnes excuses pour continuer leurs actions destructrices. C’est là que nous avons notre part de responsabilité. Les pays occidentaux qui ont permis à ce conflit de naître et de se développer depuis presque 70 ans maintenant, ne voient-ils pas que cette maladie mortelle, présente aussi en Afrique et ailleurs, est la véritable source de toutes les violences dans le monde ?

    S’il y avait la paix entre les peuples, alors ceux qui ont envie de faire du terrorisme se trouveraient bien ridicules et changeraient peut-être de « métier » ! Le chemin vers la paix sera certainement long et ardu. On oublie trop souvent que c’est avec son ennemi qu’on doit faire la paix, pas avec son ami. Cela veut donc dire qu’au départ c’est très difficile. Faire la paix demande que nous ayons confiance avant tout en l’humanité de ces hommes ou de ces peuples qui sont certainement comme nous et qui désirent eux aussi au fond de leur cœur un avenir meilleur pour leurs enfants. Sur cette base on peut patiemment revenir sur toutes les causes de nos conflits, dénouer les nœuds de nos malentendus, avoir la force de reconnaître que nous avons été parfois injustes… Quelques sacrifices provisoires seraient bien peu de choses devant un climat de confiance généralisé dans le monde entier. Nous en sommes loin ? Oui et non, si l’on pense que tous les pays du monde vont se combattre pacifiquement lors des Jeux olympiques qui vont se dérouler l’été prochain au Brésil… N’est-ce pas là aussi une source d’espoir ?

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :