• La vraie libération qui nous attend

    « Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, parce qu’il a visité son peuple pour accomplir sa libération. Dans la maison de David, son serviteur, il a fait se lever une force qui nous sauve. C’est ce qu’il avait annoncé autrefois par la bouche de ses saints prophètes : le salut qui nous délivre de nos adversaires, des mains de tous nos ennemis. » (Lc 1,68.70-71)

    Cette partie essentielle du chant d’action de grâce de Zacharie à la naissance de Jean-Baptiste est pour nous une leçon extraordinaire, si nous la remettons dans son contexte et si nous l’appliquons à notre situation de l’humanité d’aujourd’hui. En nous rappelant bien sûr que toute phrase de l’Evangile est « Parole de Dieu » adressée à chacun de nous. Mais il nous faut l’Esprit Saint de ce moment pour la comprendre.

    Zacharie a compris que Dieu est venu nous « visiter » pour accomplir notre « libération », qu’il « a fait se lever une force qui nous sauve » et qu’il est venu nous délivrer « de nos adversaires, des mains de nos ennemis ». Et cela restera valable pour toujours. Mais il s’agit maintenant de comprendre de quelle « libération », de quelle « force » et de quels « adversaires » et « ennemis » il s’agit.

    Poussé par l’Esprit Saint qui l’inspirait après avoir vécu la joie immense de la naissance de Jean-Baptiste, mais aussi l’épreuve du silence que Dieu lui a provisoirement imposé à cause de son manque de foi, Zacharie a dit la vérité, toute la vérité. Mais il n’avait pas encore les clés pour comprendre cette vérité, car Jésus n’était pas encore venu apporter la « Bonne Nouvelle ».

    Et c’est là que nous pouvons avoir la grâce de trouver pour nous maintenant cette « leçon extraordinaire », si nous ne voulons pas rester en arrière dans l’arrivée du Royaume de Dieu parmi nous. Dieu est venu nous libérer, nous sauver et nous guérir, mais chaque jour nous tombons dans le piège de croire que Dieu voit les choses comme nos pauvres esprits tellement limités voudraient les voir.

    Combien de fois sommes-nous déçus dans les attentes de nos prières parce que Dieu ne nous a pas exaucés comme nous l’attendions, parce qu’il permet que certaines de nos maladies ne guérissent jamais, parce qu’il nous laisse nous débattre avec des croix sans fin, parce qu’il permet que des gens nous fassent du mal. Alors, il nous faut plonger en Dieu avec décision, chacun de nous et en nous aidant tous ensemble et nous convaincre chaque jour et à chaque instant que Dieu est vraiment là venu nous visiter, qu’il est vraiment en train de nous libérer. Et c’est l’expérience que tous les saints de l’histoire du nouveau peuple de Dieu ne cessent de nous répéter…

    Dieu n’est pas venu pour faire cesser nos problèmes et nos souffrances, même s’il le fait souvent, comme il l’a fait avec tous ses miracles lors de son séjour sur la terre. Mais il est venu nous libérer de nous-mêmes et de nos faiblesses, nous protéger contre tous les ennemis que le diable chaque jour essaye d’introduire dans notre esprit et notre cœur. Et nous faisons alors l’expérience qu’au milieu de l’épreuve notre cœur s’est transformé peu à peu d’un cœur de pierre en un cœur de chair. Que nous devenons peu à peu comme Dieu qui est libre d’aimer ou de pardonner, même si le monde entier se mettait contre lui. Alors tout change, avec en plus le centuple de voir que l’harmonie grandit enfin entre les hommes et que beaucoup de problèmes cessent quand nous nous aimons sérieusement les uns les autres, quand nous comprenons finalement que la seule force qui nous sauvera est celle de l’amour…

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :