• Le faux bonheur

    Encore une de ces phrases de fausse sagesse qu’on voit sur les réseaux sociaux et que je voudrais commenter avec vous cette fois-ci. Elle est d’un site qui s’appelle « Santé plus », qui donne parfois de beaux conseils, mais qui fait souvent mal au cœur avec une vision des choses tellement renfermée sur soi-même.

    « Mon programme pour la vie, affirment ici nos amis : éviter les personnes qui me tirent vers le bas, passer plus de temps avec les personnes qui m’aiment, rire plus et prendre soin de ma santé. » Rien de mal au premier abord. Tout le monde a bien le droit de penser à soi et à son propre bonheur. Mais c’est justement par de telles pensées qu’on verra toujours le bonheur s’échapper au loin comme une triste illusion.

    La première règle du bonheur, c’est qu’il ne vient jamais quand on le cherche d’abord égoïstement pour soi-même. Tout sonne déjà faux ici dès le départ : «Mon programme … :éviter les personnes qui me tirent vers le bas… les personnes qui m’aimentma santé. » C’est moi, moi, moi le centre de tout, l’idéal de ma vie, mon but, mon unique préoccupation.

    On ne dit même pas de quelles personnes il s’agit. Si c’est un de mes amis ou de mes proches qui est en train de se noyer et qui me tire vers le bas, mon premier réflexe sera de m’échapper ? Vous savez que c’est condamné par la loi, la non-assistance à une personne en danger ?

    Alors soyons sérieux : bien sûr qu’il est beau de passer du temps avec les personnes qui nous aiment mais qu’aussi nous aimons, espérons-le, dans la réciprocité, des personnes qui m’aiment parce que je suis prêt à donner ma vie pour elles et je le leur ai montré. L’amitié et l’amour ne sont pas un bien de consommation dont j’essaye de profiter au maximum pour me sentir à l’aise, mais un idéal de vie qui donne un sens à toutes nos journées, à notre travail, à notre vie de famille, à nos relations sociales de toutes sortes.

    L’idéal serait de créer ces belles relations avec toute l’humanité, on sait bien que c’est difficile, que la vie est courte et que nous aurons seulement le temps de commencer à peine ce bel ouvrage, mais cela doit être sans cesse l’horizon qui s’ouvre devant nous, sous peine de nous dessécher en route.

    Nous allons passer du temps avec ces personnes qui partagent tellement de belles choses avec nous, mais pas pour nous retirer ensemble dans un refuge ou sur une île déserte pour fuir les problèmes du monde, mais pour nous battre avec ces amis pour que les « personnes qui nous tirent vers le bas » puissent un jour ou l’autre connaître le bonheur que nous avons-nous-mêmes découvert.

    Nous-mêmes n’avons-nous pas été par moments dans notre vie des personnes qui tiraient les autres « vers le bas » ? N’avons-nous pas eu la chance de rencontrer des gens qui nous ont fait remonter « vers le haut » ? Alors quelle joie de voir ainsi augmenter le cercle de nos amitiés, car le bonheur de donner notre vie pour que les autres trouvent aussi la lumière devient peu à peu contagieux et entraîne dans son sillage de plus en plus de monde.

    Et le résultat de tout cela, c’est qu’en général notre santé va de mieux en mieux, si nous n’avons pas de problème particulier, car ce sont souvent les soucis, les peurs de toutes sortes qui nous dépriment et qui nous entraînent peu à peu dans des maladies psycho-physiques dont nous n’arrivons plus à sortir.

    Le secret du bonheur, c’est de rechercher le bonheur des autres et l’on sera surpris de voir bientôt combien de personnes vivent pour notre propre bonheur sans même que nous y pensions, par reconnaissance, par désir de réciprocité, par la libération et la paix intérieure que tout cela entraîne sans même que l’on y pense… La vie est belle quand on vit pour les autres…


  • Commentaires

    1
    Hayat Fallah
    Lundi 29 Juin à 14:29
    Pour les autres et "avec" eux. Cependant, on dois parfois mettre une certaine distance avec certaines personnes, histoire de reprendre son souffle et de ne pas leur donner l'occasion de faire du mal... que ce soit à nous-mêmes qu'aux autres .Ce n'est ni du dédain, ni un quelconque jugement ou un manque d'amour...N'est ce pas ?
      • Lundi 29 Juin à 14:38

        Tout à fait d'accord, chère Hayat. Dans un article de blog, on n'a pas la place pour mettre trop de nuances...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :