• Le miracle du "Notre Père"

    « Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié. » (Mt 6,9) 

    Je ne sais pas si cela a le même effet sur vous, mais cela fait quelque temps que je suis ému quand je m’arrête sur cette phrase et que je la médite en priant…

    C’est d’abord une phrase presque incroyable si on y pense bien. Que le nom de Dieu soit « sanctifié » : c’est-à-dire qu’il soit rendu saint ou manifesté comme saint ou reconnu comme tel. Il est évident que le nom de Dieu est saint par définition et que seul Dieu lui-même est capable de manifester cette sainteté merveilleuse qui lui est propre. A nous, il reste peut-être seulement la possibilité de reconnaître cette sainteté qui a fait tout à coup irruption dans notre vie, et c’est là que le miracle commence.

    Cette petite phrase, apparemment si simple, n’est pas une belle poésie que l’on récite pour se faire plaisir, c’est une véritable bombe, c’est le plus beau cadeau que Jésus est en train de nous faire. Si l’on pense que, dans l’Ancien Testament, on n’osait même pas prononcer le nom de Dieu, car prononcer un nom, c’est quasiment participer à la création de ce que ce nom représente, comme lorsque Dieu a nommé toutes choses au commencement du monde en les appelant par leur nom.

    Et voilà que Jésus nous dit tout à coup : « Allez-y, ne craignez pas, vous pouvez appeler le Père par son nom et sanctifier son nom ! » C’est la clé du Paradis que Jésus est en train de nous donner. Car c’est seulement « aux cieux » que je peux rencontrer le Père et parler avec lui, l’appeler par son nom, lui dire « tu », comme au meilleur de mes amis ou à mon frère bien aimé. Mais est-ce possible qu’un pauvre homme comme moi puisse se permettre d’entrer aussi simplement en relation avec Dieu ?

    C’est là le secret de tout l’Evangile. Jésus vient de nous révéler que « là-haut », « aux cieux », ils sont trois à s’aimer de toute éternité avec la loi et l’esprit de l’amour réciproque. Il nous enseigne petit à petit à vivre en lui et avec lui en nous aimant les uns les autres et en devenant ainsi peu à peu Jésus lui-même qui commence à vivre en nous. Et quand nous sommes Jésus, c’est son Esprit qui prononce sur nos lèvres les mots « Abba, Père », que nous ne pouvons oser dire que si nous sommes devenus Jésus !

    Alors nous sommes entrés dans la Trinité et la vie du ciel s’est déversée en nous sur la terre. Mais « en nous » seulement, car seul l’amour réciproque nous permet de devenir les enfants adoptifs du Père, de « notre Père ». Nous n’irons jamais à Dieu chacun tout seul. Comme cela vaut la peine de s’aimer entre nous et avec Jésus d’un amour pur et total, pour pouvoir mériter cette adoption miraculeuse et commencer à goûter aux joies du paradis, même au milieu de toutes les contradictions et des souffrances de notre vie sur terre !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :