• Le soleil de Dieu

    « Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le Royaume de leur Père. » (Mt 13, 43)

    Nous sommes à la fin de la parabole du bon grain et de l’ivraie. Nous avons compris que chacun de nous est en puissance un fils du Royaume, si nous ne gâchons pas exprès tout le cadeau extraordinaire que Dieu nous a donné quand nous sommes venus au monde.

    Mais la phrase finale de cette parabole est simplement inouïe si nous la relisons dans le contexte de tout ce que Matthieu nous a déjà dévoilé jusqu’ici. Jésus n’a pas cessé de nous présenter le Royaume de son Père qui est aussi « notre Père ». Il nous a fait contempler l’amour infini du Père pour chacun de nous et pour nous tous ensemble. Et voilà que maintenant arrive la récompense finale, la place que le Père a réservée pour nous de toute éternité, si nous le laissons nous emplir de sa justice divine. Car, si nous nous laissons transformer par sa miséricorde et que nous arrivons à la fin à nous présenter comme des « justes » devant lui, au-delà de nos faiblesses et de nos accidents de parcours, voilà que le Père nous place dans son Royaume comme le soleil qui est le centre de tout.

    Mais n’est-ce pas le Père qui est le soleil de ce Royaume ? Et quel est le but du Royaume des cieux si ce n’est d’apporter la chaleur et la lumière, les plus grands symboles de la vie elle-même ? Et c’est nous qui allons maintenant donner pour toujours, en Dieu, cette chaleur et cette lumière, pour toute la création ?

    Mais est-ce possible que le dessein de Dieu sur toute l’humanité et sur chacun de nous soit aussi grand ? Cela ne vous donne-t-il pas le vertige ? Ne suffirait-il pas que Dieu nous donne un coin de son Royaume où nous pourrons baigner pour l’éternité dans la contemplation de son amour divin ? Mais non, Dieu veut nous mettre au centre de son Royaume, au cœur de la source de la vie qui est cette Trinité étonnante que Jésus a commencé à nous révéler. Nous ne sommes pas, dans le Royaume de Dieu, comme un joli bibelot bien en place sur une étagère et dont Dieu serait fier. Non, nous sommes par participation, le cœur même de Dieu, le mystère de l’univers. Si nous savons un instant apprécier ces phrases de Jésus à leur puissance incroyable d’amour, notre vie sera sans doute désormais bien différente. Nous aurons honte de perdre courage et de nous plaindre à la moindre petite difficulté, alors que nous savons déjà, dès maintenant le cadeau qui nous attend et qui a déjà commencé à vivre au plus profond de notre cœur…

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :