• Les cadeaux de Dieu (4)

    Nos bien chers autres

    Et nous voilà arrivés à notre troisième et dernier filtre sans lequel tout risquerait en fait de se déformer. Car Dieu, dans son amour trinitaire, ne pouvait pas faire autrement que de créer pour nous sur terre une nouvelle trinité à son image : moi, Dieu et les autres, ou Dieu, les autres et moi, ou les autres, Dieu et moi… Peu importe dans quel ordre nous nous y prenons, l’important c’est que les trois piliers de notre trinité soient bien là, toujours et à chaque instant et continuent à se répondre comme les échos de cette extraordinaire symphonie d’amour.

    Et combien il est facile, ici encore, de dévier de la route par laquelle Dieu nous invite à entrer dans son paradis. Un exemple ? Concentrer toute notre vie sur notre relation avec Dieu comme notre unique trésor, et nous renfermer sur ce rapport avec Dieu sans rien comprendre du trésor que devraient être pour nous tous ces frères et sœurs en humanité. Car on peut finir par aimer son prochain par devoir, simplement pour se servir de ce faux amour pour parvenir à une sorte de fausse sainteté égoïste où le prochain n’est plus aimé pour lui-même mais comme un instrument dont on se sert pour parvenir à ses fins en continuant à se regarder soi-même…

    Chiara Lubich disait toujours que chacun de nous est comme dans un immense jardin rempli de fleurs merveilleuses de toutes les couleurs et de tous les parfums. Alors il n’est pas raisonnable ni logique de passer notre vie à nous concentrer sur une seule fleur, la présence de Dieu dans notre cœur, sans même nous rendre compte que Dieu est aussi là qui nous attend par sa présence dans toutes les autres fleurs du jardin. Alors je regarde seulement ma fleur, je jouis de sa beauté et de son parfum, j’en connais tous les détails, mais je n’ai aucune idée de la beauté des autres qui pourraient tellement me donner et à qui en même temps je pourrais moi-même tellement donner, en m’enrichissant de ses fleurs et en les enrichissant réciproquement.

    Alors quel est finalement le plus grand cadeau que Dieu nous a donné et continue à nous donner chaque jour ? C’est l’unité et l’harmonie entre tous ces trésors qui se complètent et s’illuminent réciproquement. C’est l’amour qui circule de Dieu à moi et à l’autre, de moi à Dieu et à l’autre, à tous les autres, dans la variété d’un amour qui devient chaque jour une nouvelle surprise. Mais à condition que je sache à chaque instant sortir de mon centre pour entrer dans le centre de Dieu et le centre de l’autre, sans avoir peur d’y perdre quelque chose. Car c’est Dieu en moi et dans l’autre qui va ensuite à chaque instant me combler de ses dons sans que j’aie besoin d’être jamais préoccupé pour moi-même. N’est-ce pas déjà un peu ou beaucoup de paradis sur terre ?

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :