• Les mots de mai: Khalil Gebran

    (Au cœur de l’âme libanaise)

    Citations tirées de « mon-poeme.fr »

    Le meurtre n'est pas inexplicable pour celui qui en est la victime.
    La pitié n'est que justice amputée.
    Les soupirs et les chagrins me sont plus chers que le bruit de la joie et des rires.
    Hier n'est que le souvenir d'aujourd'hui, et demain est son rêve.
    Le premier baiser, c'est le lien entre le silence des sentiments et leur mélodie.
    Le premier baiser, c'est le lien qui relie l'obscurité du passé à l'éclat du futur.
    Le premier baiser, c'est la première goutte bue dans la coupe remplie du nectar de la vie.
    Il faut toujours connaître la vérité, et parfois la dire.
    L'Âme est la fille de l'Amour et de la Beauté.
    L'ignorance est le berceau du néant, et le néant est le gîte de l'insouciance.
    L'amour est ce jour si vaste que nulle plume ne saurait le décrire.
    Le premier regard, c'est la première note magique jouée sur la corde d'argent de notre cœur.
    Le premier baiser, c'est le mot prononcé de concert par quatre lèvres qui fait de l'amour un roi.
    Le premier baiser, c'est le premier verset du champ de la vie.
    Du premier baiser naît la vibration magique qui portera les amants du monde dans le monde des rêves.
    La vie ne revient jamais en arrière ni ne s'attarde avec hier.
    Tous peuvent entendre, mais seuls les êtres sensibles peuvent comprendre.
    Le mal est le bien torturé par sa propre faim et sa propre soif.
    Qu'aujourd’hui étreigne le passé dans le souvenir, et le futur dans le désir.
    Le temps est comme l'amour : indivisible et sans repos.
    Il y a ceux qui parlent et qui, sans le savoir et le préméditer, révèlent une vérité qu'ils ne comprennent pas eux-mêmes ; et il y a ceux qui recèlent la vérité en eux, mais qui ne la disent pas avec des mots.
    Le silence de la solitude révèle le moi dans sa nudité.
    Qui recherche le bavard a peur d'être seul.
    La pensée est un oiseau de l'espace qui dans une cage de mots ne peut voler.
    Dans bien de vos paroles, la pensée est à moitié massacrée.
    Dans la tendresse de l'amitié qu'il y ait le rire et le partage des plaisirs, car dans la rosée de menues choses, le cœur trouve son matin et sa fraîcheur.
    Donnez à votre ami le meilleur de vous-même.
    Venez toujours voir votre ami avec des heures à faire vivre, car un ami est là pour remplir vos besoins, et non votre néant.
    En amitié, toutes les pensées, tous les désirs, toutes les attentes naissent et sont partagés sans mots.
    Quand votre ami est silencieux votre cœur ne cesse d'écouter son cœur.
    Un ami est le champ que vous semez avec amour et moissonnez avec reconnaissance.
    Votre ami est votre besoin qui a trouvé une réponse.
    La souffrance est une fêlure dans la coquille qui enferme votre entendement.
    Le coupable est souvent la victime de celui qu'il a blessé.
    Vous ne serez jamais dans le besoin si vous savez comment emplir vos mains.
    La pudeur est un bouclier contre le regard impur.
    Vos vêtements dissimulent une grande part de votre beauté, mais ne cachent pas ce qui est laid.
    Le confort devient dompteur qui avec fourche et fouet fait des pantins de vos plus généreux désirs.
    Votre maison est votre corps déployé ; elle s'épanouit au soleil et dort dans le silence de la nuit.
    Quand vous êtes joyeux, regardez profondément en votre cœur et vous trouverez que seul ce qui vous a rendu triste vous apporte la joie : Et quand vous êtes plein de tristesse, regardez de nouveau en votre cœur, et vous verrez qu'en vérité vous pleurez ce qui fut votre délice.
    Plus la tristesse évide l'intérieur de votre être, plus vous pouvez contenir de la joie.
    Le puits même d'où fusent vos rires fut souvent rempli de vos larmes.
    Si vous pressez le raisin de mauvaise grâce, votre rancune distille un poison dans le vin.
    Qui fait le pain avec indifférence fait un pain amer qui n'apaise qu'à moitié la faim de l'homme.
    Que veut dire travailler avec amour ? C'est tisser une étoffe avec un fil tiré de votre cœur, comme si votre bien-aimé devait porter un jour cette étoffe.
    Travailler avec amour, c'est insuffler dans toutes les choses que vous fabriquez l'essence de votre esprit.
    Travailler avec amour, c'est semer le grain avec tendresse et récolter la moisson dans la joie.
    Travailler avec amour, c'est bâtir une maison avec affection comme si votre bien-aimé devait y résider.
    Aimer la vie par le labeur est devenir intime avec le plus profond secret de la vie.
    Ton parfum sera mon haleine, et ensemble nous nous enchanterons en toutes saisons.
    Ton sang et mon sang ne sont autres que la sève qui nourrit l'arbre des cieux.
    Qui mérite de boire à l'océan de la vie mérite de remplir sa coupe à votre petit ruisseau.
    Il est bon de donner lorsqu'on vous le demande ; mais il est mieux de donner quand on ne vous le demande point.
    Ceux qui donnent dans la douleur, cette douleur est leur baptême.
    Ceux qui donnent avec joie, cette joie est leur récompense.
    C'est lorsque vous donnez de vous-même que vous donnez véritablement.
    La vie ne marche pas à reculons, ni ne s'attarde avec hier.
    Vos enfants ne sont pas vos enfants : ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à la Vie.
    Emplissez chacun la coupe de l'autre, mais ne buvez pas à la même coupe.
    Dans le mariage aimez-vous l'un l'autre, mais ne faites pas de l'amour une chaîne.
    L'amour est une stupidité qui vient avec l'aube de la jeunesse et s'en repart avec son crépuscule.
    L'amour c'est mon père, et l'amour c'est ma mère.
    Plus profondément le chagrin creusera votre être, plus vous pourrez contenir de joie.
    Dans la douceur de votre amitié qu'il y ait des rires et le partage des plaisirs.
    La tristesse n'est rien d'autre qu'un mur qui s'élève entre deux jardins.
    Nos larmes les plus sacrées ne recherchent jamais nos yeux.
    L'amour est le voile entre aimé et amant.
    Nous ne vivons que pour découvrir la beauté : tout le reste n'est qu'attente.
    Si tu révèles ton secret au vent, tu ne dois pas lui reprocher de le révéler à l'arbre.
    Tu es aveugle ; je suis sourd-muet ; que ta main touche la mienne et que la communication soit.
    L'amitié est toujours une douce responsabilité, jamais une opportunité.
    Qu'il n'y ait aucun but dans l'amitié sinon l'approfondissement de l'esprit.
    Votre ami est la réponse à vos désirs.
    Si l'amour vous couronne, il vous crucifie aussi.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :