• Mais c'est possible d'avoir de vrais amis?

    Oui, c’est une question qu’on me pose souvent. Et ce n’est pas si facile d’y répondre, car nous sommes si différents les uns des autres, nous avons de la vie et de l’amitié des expériences tellement variées…

    Je vais essayer ce matin seulement de commencer à donner quelques éléments de réponse. D’abord je n’aime pas beaucoup ce verbe « avoir » quand il s’agit d’amitié, d’amour, de foi, de confiance ou même simplement de sentiments. On doit tout de même se souvenir que nos amis, pas plus que nos parents, ne nous appartiennent pas. Mais cela n’empêche absolument pas tout de même que nous ayons de si beaux rapports d’amitié.

    Ensuite, c’est vrai que nous avons tous connu des personnes qui semblaient des amis au départ, puis qui nous ont déçus, ou même trahis et abandonnés, en laissant parfois en nous des blessures plus ou moins profondes. Et alors la tentation est très grande de se replier sur soi en pensant qu’on courra moins de risque si on a moins d’amis. Mais l’isolement n’est évidemment pas une bonne solution, c’est comme se couper de la vie elle-même.

    On voudrait à la fois risquer et avoir des assurances : c’est le mystère de la vie qui s’ouvre à nous. La vie est un risque et une aventure, il n’y aura jamais d’assurance totale sur l’avenir de la vie et donc de l’amitié et de l’amour. Surtout que la réponse de l’amitié et de l’amour dépend toujours de la pleine liberté de l’autre qui peut nous surprendre.

    Mais pourquoi ne pas tourner tout cela en positif et nous apercevoir que souvent la liberté de l’autre nous surprend par des marques d’attention, de générosité, d’affection que nous n’aurions jamais imaginées ? Question de chance ?

    Je crois que le fond de la réponse est en nous. Si nous commençons nous-mêmes par être vrais avec les autres, c’est comme semer la confiance dans un champ et attendre que poussent les plantes et mûrissent les fruits de cette confiance. Et là je crois que le résultat est presque mathématique : si j’apprends à être vrai le plus possible avec toutes les personnes que je rencontre, il y aura toujours des gens sincères qui seront touchés par mon attitude et qui finiront par me répondre pleinement…

    Le problème, c’est que quand on a été blessé par quelqu’un, on oublie parfois d’un seul coup toutes les belles relations construites avec tellement d’autres personnes qui peuvent toujours déboucher sur une amitié sincère et fidèle. Alors, ma première réponse est que si je veux je peux toujours trouver de vrais amis et que je me concentre sur eux beaucoup plus que sur ceux qui m’ont déçu. C’est toujours l’histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein. (Affaire à suivre)


  • Commentaires

    1
    Hayatfallah@hotmail.
    Mardi 11 Septembre à 20:15
    C'est vrai tout ça ! Et si un ami nous déçoit à un moment donné, cela n'annule pas ce qui a été construit auparavant..."Recommencer" est ici aussi le maître mot... Peu importe si l'autre nous repousse,l'important c'est que nous restions ouverts !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :