• Mais où va la politique? A droite ou à gauche?

    Le problème, c’est que bientôt ces notions de droite et de gauche ne voudront plus rien dire. Vue du Moyen Orient où je vis, la politique de ventes des armes, par exemple, a été la même avec Mr Sarkozy et avec Mr Hollande. Mais ce qui fait rire, ou pleurer, c’est qu’on ne voit finalement plus beaucoup de différences entre les droites ou les gauches extrêmes. Où doit-on classer les dictatures ? Où mettez-vous Mr Poutine ou Mr Erdogan ? Hitler lui-même était-il de droite ou de gauche, puisqu’il représentait le « national-socialisme » ?

    En caricaturant un peu, ou beaucoup, on pourrait dire que la droite a misé beaucoup plus sur la liberté (et la peur de la perdre), mais à la fin elle s’est embourbée dans une défense de la liberté des plus forts ou des plus riches contre les autres. La gauche a misé beaucoup sur l’égalité ou la justice, mais elle s’est perdue en route par ses abus ou ses excès ou ses compromis avec la droite, en particulier au niveau de l’économie. Car cela devient un défi impossible de mener une politique économique de gauche dans un monde occidental dominé par un capitalisme sauvage. Tout cela est bien sûr une caricature.

    Ce qui n’est pas une caricature, c’est que tous ou presque ont oublié en chemin la fraternité, la seule qui pouvait équilibrer justement liberté et égalité et les empêcher de produire chacune de son côté des monstres qui privilégient quelques-uns en écrasant les autres.

    Et ce qui tue encore plus la politique, de droite comme de gauche, c’est que les partis sont devenus un but au lieu d’être simplement un moyen. D’où la corruption et l’absence d’un souffle politique capable d’ouvrir de nouveaux horizons qui fassent espérer en des lendemains meilleurs pour l’avenir de l’humanité.

    Et pourtant, si l’on regarde autour de soi, on voit la multiplication d’associations bénévoles de toutes sortes qui œuvrent pour adoucir la souffrance des plus démunis et marginalisés. Un mouvement de solidarité au niveau mondial qui attire de plus en plus de jeunes, malgré tous les effets négatifs de la société de consommation.

     

    Alors, la politique n’est sans doute pas morte. Car la politique est d’abord présente en chacun de nous. Si je veux, je peux avoir toute la journée un impact politique sur la société par mes actions, mes déclarations, mes amitiés, mon service à l’humanité. Mais nous avons sans doute besoin de trouver de nouveaux Gandhi ou Mandela qui réconcilient la politique traditionnelle (nécessaire) des organisations politiques comme les partis, avec les lieux où bat le cœur du peuple, qui n’est pas si aveugle ou égoïste qu’on le croit. Et il n’y a qu’à voir tous ces courants positifs qui se déversent dans les réseaux sociaux pour reprendre espoir en un sursaut de vérité et de justice qui nous fasse à nouveau respirer.

    302849


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    JPR
    Mercredi 15 Février 2017 à 08:54

    Nous avons en France une belle devise : liberté, égalité, fraternité. En caricaturant, en effet, la liberté représente la droite,

    l''égalité la gauche et la fraternité ... une transcendance des deux ? Oui, sans doute et les excès de la liberté deviennent libéralisme,

    les excès de l'égalité égalitarisme (soviétique !) et tous les deux tyrannie, soit de l'agent et du marché, soit de l'idéologie.

    Il faut relire les Misérables de Victor Hugo pour y lire l'essai de synthèse qu'a représenté, au niveau des idées et de la politique,

    la révolution de 48.

    Aujourd'hui, nous devons ré enraciner nos idées dans les faits. Expérimenter concrètement la fraternité, comme Mgr Myriel. 

    On ne fait pas de la politique sur les réseaux sociaux, ni individuellement. Le poids de nos actions politiques est

    directement proportionnel à ce qu'elles nous coutent. Ensemble. 

      • Mercredi 15 Février 2017 à 09:46

        Merci, Jean-Pierre!

    2
    Hayat
    Jeudi 16 Février 2017 à 12:09
    Je suis d'accord avec JPR : Il nous faut réenraciner nos idées dans les faits .Merci Roland pour ton analyse limpide des paradoxes politiques et pour ta vision tjrs positive qui valorise tte action ou attitude ou courant positif , ta vision qui est tjrs tte espérance et foi en l'humanité ...
    3
    Véronique K.
    Dimanche 19 Février 2017 à 19:13

    Je pense que c'est pour cela qu'il y a de plus en plus de mouvements citoyens dont on n'enetnd pas parler dans lesmédias, mais qui sont les germesd e notre future démocratie...Je veux y croire car à observer ce qui se passe,le pessimisme est une tentation!

    Il y ades gens qui essayent de prendre leur destin enmain, de "faire communauté", réellement, dans leur espace local.....

    Alez voir les sites du Mouvement citoyen Bleu Blanc Zèbre (Alexandre Jardin) ou celui de Cap21/LRC Toulouse (de Corinne Lepage) par exemple et tant d'autres....IL faut agir et renouveler la politique, se la réapproprier, sinon.....je ne veux pas imaginer la suite!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :