• Mais pourquoi je ne peux pas changer les autres?

    Eh oui, c’est une question qu’on se pose souvent dans la vie. Surtout lorsqu’on se met à rêver à un monde meilleur, différent. Ah, si tout le monde pensait comme moi ! Si tout le monde était honnête (en espérant que je le suis vraiment moi-même) ! S’il n’y avait plus de corruption ni d’injustice ! Si les hommes savaient partager au moins un peu plus ! Si on m’écoutait !...

    Mais, voilà, chacun est libre de dire, de penser et de faire ce qu’il veut. Au moins théoriquement. Parce que souvent nous sommes entraînés sans même nous rendre compte dans des courants d’opinions qui réfléchissent pour nous et nous déforment même la conscience.

    Mais, en admettant que notre conscience soit toujours pure et intacte, nous sentons bien qu’il y a là un problème. C’est en fait le sens-même de toute notre vie qui est en jeu ici. Nous devons finalement accepter cette condition générale de tout homme : personne ne pourra jamais vraiment changer l’autre.

    Nous pouvons avoir de l’influence, positive ou négative sur les autres. Nous pouvons leur donner des conseils, les pousser plus ou moins violemment à agir de telle ou telle façon, nous pouvons les menacer ou, ce qui serait mieux, essayer de leur donner l’exemple. Mais, à la fin, ce sont eux qui feront leurs choix et qui décideront dans quelle direction marcher.

    C’est parfois difficile à accepter quand on pense à l’autre qui nous échappe en quelque sorte. Mais si nous renversons le problème, si nous pensons tout d’un coup que les autres pourraient penser ou décider pour nous, ne sentons-nous pas tout de suite en nous une immense rébellion ?

    C’est cela le secret de la vie, sa beauté et sa difficulté en même temps. Chacun est unique et libre, en principe, d’être lui-même. C’est notre différence avec les animaux et les choses. Nous avons un esprit, un cœur, une volonté, une conscience, un sens de la responsabilité et c’est cela qui fait la beauté de notre personnalité. A nous bien sûr de vivre tout cela en harmonie avec les autres plutôt qu’en conflit, si nous le pouvons. Mais, que nous soyons en harmonie ou en conflit avec les autres, moi seul je suis moi, en relation avec toi, vous, lui ou elle et eux. Et pour rien au monde je ne sacrifierais ce trésor.

     

    On pourra me prendre mon argent, ma maison, tous mes biens. On pourra me prendre ma vie, mais on ne pourra jamais prendre ce qui fait mon « moi ». Moi seul suis ce que je suis et moi seul je peux aller chaque jour un peu plus au bout ou au fond de moi-même. Ce n’est pas facile tous les jours de vivre ce défi qui nous secoue comme sur des montagnes russes, mais aurions-nous préféré n’avoir jamais existé ? A chacun de se poser la question… 


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Hayat
    Samedi 16 Janvier 2016 à 10:39
    Si c'est pas ça le respect de soi et de l'autre , alors ce serait quoi ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :