• Matthieu 18

    Cette fois-ci, je crois que nous sommes dans un chapitre-clé de l’Evangile de Matthieu. Si nous prenons le temps de nous y arrêter sérieusement et d’écouter ce quatrième discours de Jésus, notre vie peut changer complètement. C’est un discours que Jésus adresse spécialement aux disciples, et donc à chacun de nous qui voulons le suivre. Il va nous parler des exigences de la vie fraternelle. Mais pour bien le comprendre nous devrons le lire et le relire à la lumière de tout le reste de ce merveilleux Evangile.

    C’est en plus un chapitre en grande partie original, même si certaines parties se retrouvent en Marc et Luc, mais beaucoup moins que dans les précédents chapitres. Matthieu a mis ici tout son cœur, le cœur de Dieu qui veut nous faire entrer dans son Royaume avec le Père, le Fils et l’Esprit et en même temps avec tous nos frères et sœurs en humanité. C’est le dessein d’amour de Dieu sur l’humanité qui se révèle dans toute sa splendeur.

    Jésus commence par reprendre la question de savoir qui est le plus grand dans le Royaume des cieux. Marc nous en avait déjà parlé, mais Matthieu ajoute ici un passage saisissant : « Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, c’est celui-là qui est le plus grand dans le Royaume des cieux. » Puis il reprend une phrase de Marc en disant : « Et celui qui accueillera un enfant comme celui-ci en mon nom, c’est moi qu’il accueille. »

    Comme chez Marc, Jésus en Matthieu nous demande de faire bien attention à ne pas scandaliser un de ces petits, et il ajoute ici : « Malheureux le monde qui entraîne au péché par le scandale ! Il est fatal que le scandale arrive, mais malheureux celui par qui arrive le scandale ! » Et il nous dit aussi que nous devons arracher notre main, notre pied ou notre œil s’ils nous entrainent au péché, mais ce sont des phrases presque identiques à celles que nous avons déjà lues au chapitre 5, lors du discours sur la montagne. Et la conclusion de ce passage est encore étonnante : « Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car, je vous le dis, leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux. »

    Puis l’on passe à l’histoire de la brebis perdue. « Que pensez-vous de ceci ? Si un homme possède cent brebis et que l’une d’entre elles s’égare, ne laissera-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans la montagne pour partir à la recherche de la brebis égarée ? Et s’il parvient à la retrouver, amen, je vous le dis : il se réjouit pour elle plus que pour les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas égarées. Ainsi, votre Père qui est aux cieux ne veut pas qu’un seul de ces petits soit perdu. » Nous aurons vraiment beaucoup de « Perles de la Parole » à commenter cette fois-ci.

    Jésus passe ensuite aux exigences de la vie en communauté : c’est le centre de son enseignement sur la communion entre les croyants qui se dévoile ici, le secret de Dieu pour nous faire entrer dans l’amour trinitaire tel qu’il se vit au ciel. Mais écoutons-le d’abord sans trop le commenter pour l’instant : « Si ton frère a commis un péché, va lui parler seul à seul et montre-lui sa faute. S’il t’écoute, tu auras gagné ton frère. S’il ne t’écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes afin que l’affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis-le à la communauté de l’Eglise ; s’il refuse encore d’écouter l’Eglise, considère-le comme un païen ou un publicain.

    Amen, je vous le dis : tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié au ciel. »

    Et puis maintenant, le cœur du chapitre, sur la présence de Jésus parmi nous, comme il nous l’a promis : « Encore une fois, je vous le dis : si deux d’entre vous sur la terre se mettent d’accord pour demander quelque chose, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux. Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux. » Jésus « est là », c’est incroyable, si nous sommes unis, si nous nous aimons entre nous comme il nous l’a montré, voilà qu’il est présent, comme il nous a dit qu’il est présent dans l’eucharistie ou dans sa Parole…

    Et pour finir tout un passage sur le pardon où Jésus est tellement clair et exigeant, mais dans la lumière de la miséricorde de Dieu qui nous encourage. « Pierre s’approche de Jésus pour lui demander : ‘Seigneur, quand mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ?’ Jésus lui répondit :’ Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.’ »

    Et notre chapitre se termine par ce passage si fort où Jésus nous dit que « le Royaume des cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs. » Nous connaissons tous l’histoire de ce serviteur qui supplie le maître de lui remettre sa dette qui était très grande. Le maître, pris de compassion, lui remet finalement sa dette, mais voilà que ce mauvais serviteur refuse à son tour de remettre sa dette, beaucoup plus petite, à l’un de ses compagnons qui le suppliait, et il le fait jeter en prison. Alors le maître « le fit appeler et lui dit : ‘Serviteur mauvais ! Je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié. Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?’ Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût tout remboursé. C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur. »

    Paroles dures, libératrices et terribles à la fois, sur lesquelles nous allons revenir, pour mieux méditer sur ce que Jésus attend vraiment de nous, sur le cœur de son message qui voudrait nous porter tous ensemble dans la béatitude de la vie en Dieu pour toujours.


  • Commentaires

    1
    Hayat Fallah
    Mercredi 1er Juillet à 12:32
    Eh oui,il faut absolument y revenir....
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :