• Ne jamais bloquer son coeur

    J’avais écrit un jour sur Facebook : « Chaque fois que je coupe une relation, c’est comme si j’interdisais à mon cœur de battre. » Une de mes meilleures lectrices répondait : « Et si la relation était venimeuse ? » Et une autre : « Parfois les circonstances obligent. » Je comprends bien ces réactions sincères et je les remercie, car elles me poussent à mieux m’expliquer.

    D’abord notre cœur, qu’il soit physique ou dans le sens de cette source d’amour qui brûle en nous, est fait pour battre du matin au soir jusqu’à notre dernier souffle. Il est dangereux de laisser le cœur s’arrêter, cela pourrait avoir pour nous de graves conséquences. Alors que faire lorsque justement les circonstances sont trop difficiles, lorsque nous nous trouvons devant des personnes qui nous font du mal ?

    Bien sûr que si quelqu’un me cherche pour me tuer, je vais me cacher et fuir. Bien sûr que si quelqu’un veut me donner des coups réels ou psychologiques, je vais au moins essayer de les éviter, c’est bien naturel. On ne peut pas répondre directement au mal, sinon on risquerait de tomber dans son piège et de nous laisser entraîner nous aussi à faire du mal à notre tour à l’autre…

    Ce que je veux dire, c’est que « couper » en moi la relation va me faire beaucoup de mal à moi-même avant d’en faire à l’autre. Je parle évidemment de personnes avec qui il y a au départ une relation, plus ou moins bonne ou difficile, mais de personnes avec qui nous parlons habituellement, de notre famille, de notre milieu de travail ou ailleurs. Si tout à coup la relation se détériore, si l’autre lui-même « coupe » cette relation, je ne vais surtout pas me venger en la coupant moi aussi, ce serait me dessécher pour toujours. Mais que dois-je faire ?

    D’abord garder bien au chaud cette relation dans mon cœur. Ce qui veut dire penser à l’autre, prier pour lui, essayer de comprendre ce qui se passe. Quand je fais l’effort de me mettre à la place de l’autre, de lui chercher des circonstances atténuantes, des raisons personnelles qu’il a de me traiter de travers, je vois bien vite que la paix revient en moi, après peut-être un moment de mauvaise surprise ou même de colère.

    Souvent les problèmes s’arrêtent là, car il s’agit peut-être d’un simple malentendu. Mais parfois il y a des raisons plus sérieuses, l’autre est peut-être blessé, pas forcément par moi, mais par des problèmes personnels qu’il ne parvient plus à affronter. Si j’arrive à découvrir en moi une seule petite raison, une seule petite attitude de ma part qui aurait pu lui faire du mal, je peux toujours avoir la simplicité de m’excuser et cela touche presque toujours le cœur de l’autre. Mais si je n’ai vraiment rien à me reprocher, alors je n’ai qu’à attendre qu’une occasion se présente pour guérir cette relation malade. Combien l’autre sera touché de voir que je l’attends toujours malgré ce qu’il m’a fait…

    Je ne parle pas ici de cas extrêmes ou pathologiques. Ce serait un autre sujet. Mais dans ces cas extrêmes, je dois surtout essayer de comprendre et de pardonner dans mon cœur, car je ne sais pas ce que vit l’autre. Ce qui est sûr c’est que je dois veiller à ne jamais laisser entrer dans mon cœur des sentiments de haine qui me feraient plus de mal à moi qu’à l’autre. Mais il faut être sûr d’une chose, c’est qu’au fond de moi je serai toujours libre de ne jamais « couper » une relation, même si je n’ai plus l’occasion de le dire à cette personne. Penser que certaines circonstances m’empêchent de garder mon cœur ouvert à l’autre, c’est m’ôter moi-même la liberté d’aimer. Et cette liberté, personne ne pourra me l’enlever, si j’ai la volonté de ne pas me décourager. Mais pour conserver cette liberté, il est aussi important de ne pas être seul. Ce sont les belles relations avec des amis qui nous aiment et qui nous comprennent, qui nous donneront le courage de garder notre cœur ouvert quoi qu’il arrive. Et cela apporte finalement un tel bonheur !


  • Commentaires

    1
    Hayat Fallah
    Mardi 17 Août à 14:52
    Merci d'avoir apporté ces précisions...
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :