• Non, Mr Valls, je ne suis pas en guerre!

    C’est chaque fois la même chose, après chaque nouvel attentat voilà qu’une bonne partie de nos hommes politiques, mais en particulier Mr Valls (et c’est pourquoi je m’adresse à lui aujourd’hui) se mettent à crier sur les toits que nous sommes en guerre contre le terrorisme !

    Pourquoi cet aveuglement Mr Valls ? Vous pensez rassurer les Français ou les Européens qui ont peur en ce moment en leur disant : « Ne vous inquiétez pas, on va vous tuer bientôt tous ces méchants et vous pourrez de nouveau vivre en paix comme avant. »

    Mais vous ne voyez donc pas que c’est exactement cela que nos terroristes attendent de vous : que vous tombiez en plein dans leur piège mortel ! Ou vous êtes inconscient, ou vous êtes malhonnête, parce que vous espérez ainsi gagner plus de voix aux prochaines élections ou, pire encore, vendre un peu plus de nos armes sophistiquées sur le marché mondial ?

    Je ne suis pas contre vous, Mr Valls, j’ai voté pour Mr Hollande aux dernières élections et je le ferai encore si la France n’est pas capable de me proposer mieux. Mais je suis bien triste pour la France qui perd complètement la tête et toutes ses valeurs.

    Il y a 45 ans, je suis arrivé au Liban pour servir la France et le Liban comme coopérant. Je pouvais ainsi faire du bien à mon pays d’origine et à mon pays d’adoption. Et voilà que je me suis trouvé au cœur d’une guerre inhumaine et injuste qui a duré seize ans et qui n’a laissé derrière elle que des vaincus. Vous pensez que je me suis senti en guerre contre quelqu’un, contre les « méchants » de tous ordres qui venaient se défouler au Liban ?

    Non, je n’ai jamais fait la guerre à personne. J’ai « fait la paix » à tous ceux que je pouvais rencontrer, j’ai essayé de vivre la solidarité avec un peuple opprimé et je peux dire que j’ai au moins réussi à aimer ce peuple et à me faire aimer. 45 ans plus tard, après d’autres séjours dans d’autres pays du Moyen Orient je suis de nouveau ici au Liban pour « faire la paix ».

    Si vous devez faire votre travail de police et mettre des terroristes en prison, je suis d’accord avec vous. Mais n’oubliez pas que c’est pour le bien des terroristes eux-mêmes que vous le ferez, en plus du bien que cela apportera à toute la population.

    Vous devez « faire la paix » avec les terroristes, si c’est encore possible. Mais est-ce possible maintenant que vous leur avez si clairement déclaré la guerre et qu’ils sont si contents de voir que cette comédie de guerre ne devrait plus s’arrêter avant longtemps ?

    Mais savez-vous qu’en fait on ne gagne jamais une guerre ? C’est seulement la paix qui se gagne. Une guerre se perd toujours ! Ou bien expliquez-moi ce que veut dire une victoire dans une guerre : c’est la « joie » de pouvoir compter plus de morts chez l’ennemi que chez nous ? Ce serait cela la victoire qui fait honneur à notre humanité ? Ce n’est pas la « victoire » de 1945 sur Hitler qui a permis à la France de s’en sortir. Elle avait déjà « gagné » une autre guerre en 1918 et elle est de nouveau tombée dans le panneau. C’est la détermination de nos hommes de paix qui a sauvé la France et l’Europe. Et maintenant on va s’y remettre ? L’Europe part en guerre et elle se divise parce qu’elle n’est même pas capable d’accueillir quelques réfugiés qui sont victimes de sa politique étrangère guerrière ?

    Et puis, en général aussi, on fait la guerre contre un pays et une armée. Quand cette vague terroriste n’avait que quelques éléments dispersés qui se cachaient au milieu des déserts, ils n’avaient encore ni pays, ni armée. Vous ne voyez pas que c’est notre politique occidentale qui est en train de créer de toutes pièces un pays et une armée de terroristes, qui ne se cachent plus dans les déserts, mais qui habitent au cœur des villes ?

    Et quand on se gargarise de beaux slogans irresponsables comme celui de « faire la guerre au terrorisme », les autres slogans suivent, comme le titre de ce journal italien (« Il Giornale ») qui vient d’écrire en première page de son édition d’hier : « Chassons l’Islam de chez nous ! »

    Où s’arrêtera cette folie ? Le jour où la France et l’Europe commenceront à vivre le chaos que subissent depuis des années nos amis irakiens et syriens (en grande partie à cause de notre politique étrangère inconsciente) que ferons-nous ? Il sera peut-être alors impossible de revenir en arrière. C’est maintenant qu’il faut changer de cap, avant qu’il ne soit trop tard.

    Unissons-nous pour un monde plus vrai, plus juste, plus humain. On ne peut d’ailleurs jamais s’unir contre quelque chose ou quelqu’un. L’unité qui n’essaye pas d’être totale, à 360 degrés, avec mes amis mais aussi un jour ou l’autre avec mes ennemis du moment, n’est que mensonge et démagogie. On est en train d’en faire la triste expérience ces derniers temps avec la désagrégation progressive de l’unité européenne qui a cessé d’être une « unité » quand elle s’est recroquevillée sur elle-même et ses égoïsmes, au lieu d’être un modèle, comme elle aurait pu l’être, pour les autres pays du monde en conflit.

     

    Et cessez de raconter à nos compatriotes qu’ils sont en guerre. Demandez à nos parents encore vivants ce que c’est qu’une guerre, demandez à nos amis palestiniens s’ils ont le temps d’aller voir un match de football. Je sais bien que les gens ont un peu peur de sortir de chez eux en Europe en ce moment dans les grandes villes. Mais une guerre, c’est tout de même autre chose. A force de l’appeler, la guerre va finir par arriver. Ce ne serait pas mieux d’appeler la paix pour qu’elle vienne ?


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Mars 2016 à 10:21

    Bravo Roland! D'accord pour, avec toi, appeler et faire la paix!

     

    2
    Hayat
    Vendredi 25 Mars 2016 à 23:32
    Bravo pour ce cri du coeur pour dire la vérité et nous lancer avec plus de conviction et de détermination pour appeler la paix avec la parole , les actes et tout ce que nous sommes ...
    3
    PaulB
    Samedi 26 Mars 2016 à 11:46

    Quoi rajouter de plus ? Beaucoup et rien. On peut demonter la logique de guerre que beaucoup de puissants de ce monde ont                  emprunte au travers des siecles. Mais en un mot, la guerre est le signe d'une faiblesse. Tous les specialistes sont d'accord la-dessus.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :