• Où est mon centre?

    Oui, c’est une question que nous devrions souvent nous poser, si l’on veut une base solide pour avancer dans la vie ! Où se trouve le centre de mon moi, ce qui fait à la fois la base ou la source de ma vie et l’horizon vers lequel j’essaye tant bien que mal de me diriger ?

    Si on lit tout ce qu’on trouve dans nos réseaux sociaux, qui semblent parfois devenus fous, on trouve des réponses intéressantes, mais aussi parfois tellement bizarres qu’on peut s’y perdre complètement.

    J’ai été provoqué cette fois-ci par la « citation du jour » du site du Parisien.fr : c’est une citation de Spinoza, un des plus grands philosophes de tous les temps, qui a écrit un jour : « Les hommes sont conduits plutôt par le désir aveugle que par la raison. » C’est une phrase terriblement inquiétante que je ne peux pas laisser passer comme ça sans rien dire, surtout venant d’une telle personnalité !

    Je ne vais pas discuter ici avec Spinoza, il faudrait d’abord remettre ces quelques mots dans leur contexte pour vraiment les comprendre. Mais je suis tout de même fâché contre ces sites de citations qui mettent si souvent la confusion dans les esprits. A en croire cette pauvre phrase, l’homme serait divisé entre la « raison » qui doit être sans doute considérée comme une boussole positive qu’on oublie si souvent et le « désir aveugle » qui le conduit probablement à des catastrophes. Et, bien évidemment, puisque l’homme est faible, il se laisse prendre par ce « désir aveugle » et on peut imaginer ce qui s’en suit.

    Eh bien je vous avoue que je ne reconnais pas l’homme dans tout cela, l’homme que je suis, l’homme que je connais, celui que je côtoie chaque jour. Car si nous sommes faits de « raison » et de « désirs », l’homme est tellement plus complexe que cela. Il a des sentiments et un cœur. Il a une volonté. Il a des désirs et des passions, mais aussi un esprit, une intelligence, une conscience et une âme.

    Il faut bien reconnaître que le plus difficile c’est de mettre l’unité et l’harmonie entre tous ces éléments, mais c’est ce qui fait le défi et la beauté de notre condition humaine. La raison n’est certainement pas le plus important de notre « moi », pas plus que l’intelligence. On a vu des génies être incapables de relations sociales équilibrées. Et d’autre part le désir peut aussi être un des plus grands moteurs de bonheur ou de progrès : désir d’apaiser la souffrance des gens qui nous entourent, désir d’apporter la paix où règne le conflit ou la guerre… la liste ne finirait pas. Mais qui a dit que le « désir » doit être forcément aveugle ?

    Je crois que le centre de notre moi, c’est ce cœur qui bat pour l’humanité et qui met au service de son action toutes les facultés que nous avons rappelées plus tôt, à commencer par la conscience. Et quand je découvre un jour que le centre de mon moi, c’est aussi le cœur de mes compagnons de voyage sur cette terre et que je ne parviendrai au bonheur, pour moi et pour les autres, qu’en harmonisant mon cœur avec celui des autres, il n’y a plus tellement de raison d’être pessimiste et de croire que nous allons tous à la catastrophe. Nous sommes libres de faire de notre vie des bêtises, l’une après l’autre, mais ne sommes-nous pas libres aussi d’en faire un chef d’œuvre qui nous rende fiers d’être simplement ce que nous sommes ?


  • Commentaires

    1
    Hayat Fallah
    Dimanche 14 Avril à 20:20
    C'est justement pcq'il difficile de mettre l'unité entre intelligence, cœur, sentiments etc que le désir peut aveugler les humains... Je crois que la plus grande grâce est d'apprendre de sortir de soi-même en allant vers les autres, vers le monde...d'apprendre la liberté...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :