• Penser du mal des autres?

    Notre monde est certainement malade. Pas besoin de chercher beaucoup de preuves à cette affirmation, il suffit de voir les nouvelles de chaque jour dans les journaux, à la télévision ou sur internet, ou simplement de marcher ou de circuler dans les rues de nos villes de tous les coins du monde.

    Et puisque le monde est malade, nous sommes tristes, nous nous plaignons et nous cherchons les coupables. Devoir de justice ? Peut-être, mais soyons sincères un instant : d’où vient cette voix en nous qui cherche toujours la faute chez les autres ?

    Ne passons-nous pas une grande partie de la journée à juger les autres et à nous plaindre d’eux ? N’est-ce pas là une maladie héréditaire de l’homme depuis qu’il existe sur cette terre et qu’il pense ?

    Alors que faire ? Ne plus nous plaindre ?

    Le véritable problème n’est pas tellement que nous nous plaignions, mais surtout que nous pensons trop souvent du mal des autres. Là est toute la racine du mal tellement contagieux qui envahit du matin au soir notre humanité fatiguée.

    Imaginons qu’on arrête un jour de penser du mal des autres, alors soudain plus personne ne se plaindrait, nos visages seraient tout de suite bien plus ouverts et sereins, l’atmosphère générale serait complètement transformée.

    Evidemment vous me direz que c’est impossible de ne pas voir ce que les autres font de mal devant nous tout au long de la journée, et surtout de ne pas réagir, car nous avons tout de même la responsabilité de changer la situation, de corriger les autres là où ils se trompent et nous causent du tort.

    C’est vrai, vous avez sans doute raison. Mais vous pensez qu’on va très loin en ayant toujours raison et surtout raison contre l’autre ?

    Alors je vous propose une manière nouvelle de gérer nos journées. Vous serez bien d’accord que le temps de chaque jour est toujours trop court pour tout faire. Chacun de nous doit choisir ses priorités. Et si notre priorité était d’abord de chercher tout ce qui se vit de positif autour de nous et d’y apporter notre contribution ?

    Lorsqu’un sportif est à l’œuvre, ou bien un acteur, un artiste, quelqu’un qui est en train de créer un nouveau chef d’œuvre, il se concentre sur son travail, il n’a certainement pas le temps de s’attarder à voir ce que les gens font de mal autour de lui, à moins que vraiment quelqu’un l’empêche directement de travailler.

    Alors pourquoi ne nous levons-nous pas le matin en pensant : je vais faire de ma journée un chef d’œuvre, une nouvelle création qui fasse avancer l’humanité ? Et je vais chercher pour cela à collaborer avec tous ceux qui travaillent dans cette même direction et qui sont peut-être bien plus nombreux que ce que j’aurais imaginé. Il suffit de voir sur facebook toutes les belles initiatives positives qui naissent à chaque instant aux quatre coins du monde pour réveiller le monde de sa léthargie.

    Je ne parle pas ici des gens qui ont une responsabilité directe d’éducateurs en famille, à l’école ou ailleurs et qui doivent tout de même corriger les fautes et les erreurs. Mais laissons les éducateurs à leur travail et ne nous érigeons pas nous-mêmes en éducateurs universels qui veulent corriger le monde entier. Au besoin les gens, beaucoup de gens, apprendront à se corriger tout seuls en voyant notre exemple positif.

     

    Mais arrêtons cette marée de pensées mauvaises et négatives qui ne servent qu’à obscurcir un peu plus la nuit qui nous envahit ! Mettons-nous à penser vraiment à tout ce qu’il y a de bien et de beau autour de nous et consacrons notre temps à le mettre en lumière. Le reste commencera à tomber tout seul de lui-même.


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :