• « Va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor au ciel ; puis viens et suis-moi. » (Mc 10,21)

    A première vue, à cause des limites de la langue française et de nos langues occidentales, on pourrait se demander pourquoi Jésus nous dit que ce n’est pas bien d’avoir un trésor sur cette terre et que c’est beaucoup mieux de l’avoir au ciel. Cela peut sembler illogique à quelqu’un qui vit pleinement sur cette terre (où c’est d’ailleurs Dieu qui nous a mis), alors que le ciel est encore bien loin. On oublierait d’abord que ceci n’est qu’une traduction maladroite, car en hébreu (comme en arabe) le verbe « avoir » n’existe pas.

    C’est donc ici toujours la même logique. « Tu auras un trésor au ciel » devrait être traduit plutôt par : « tu recevras un trésor au ciel », « un trésor t’arrivera au ciel »… Il ne s’agit évidemment pas de « posséder » un trésor que l’on va enfermer dans son coffre-fort. C’est de là que vient tout le mal. Dieu ne nous empêche pas d’accueillir ou de recevoir des richesses sur cette terre, mais c’est pour en faire profiter les autres, pas pour les conserver seulement pour nous-mêmes et nos caprices. C’est de là que vient le problème de la richesse qui ne sait plus partager et qui n’est évidemment plus libre de suivre Dieu qui nous appelle dans nos frères.

     


    1 commentaire
  • [Suite des « perles » du chapitre 10 de l’Evangile de Marc]

    Mais comment devait être le regard de Jésus ? Ou bien tout simplement, comment est-il aujourd’hui encore ? Chacun a pu en faire l’expérience à travers des rencontres exceptionnelles où un regard a tout changé. C’est que, lorsque Jésus pose son regard sur chacun de nous, il ne sait pas faire autre chose que de nous aimer. Nous oublions souvent la relation qui existe entre le regard et l’amour. C’est que notre regard est souvent tellement impur, tellement peu transparent, plein de préjugés, de peurs, de réflexes négatifs de toutes sortes qui nous empêchent de voir l’autre dans toute sa beauté, simplement comme Dieu le voit. Il suffirait de changer notre regard pour qu’il y ait la paix dans le monde. Cela vaut la peine d’essayer.


    votre commentaire
  • [Suite des « perles de la Parole » du chapitre 10 de l’Evangile de Marc]

    « Laissez les enfants venir à moi. Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui lui ressemblent. Amen, je vous les dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. » (10,14-15)

    Il y a ici un autre verbe qui vient éclairer notre accueil : « laissez venir ». Accueillir l’autre, c’est le laisser venir, à ses conditions à lui, comme il est, quand il veut et comme il veut. Cela signifie une grande capacité de s’abandonner qui n’est pas tellement évidente au premier abord. Il suffit de penser au drame que vit notre monde d’aujourd’hui dans l’accueil des réfugiés de toutes sortes. Drame des réfugiés, bien sûr, mais drame même de ceux qui accueillent ces réfugiés et qui se sentent tout à coup tellement compliqués, remplis de peurs, absolument pas libres de « laisser venir » ces frères et sœurs en détresse comme ils en auraient besoin. C’est sans doute là qu’il faudrait refaire l’expérience d’être accueillis par Dieu, directement ou à travers nos frères, pour avoir la force et la joie d’accueillir à notre tour tous ceux que Dieu nous envoie. Beau et bon programme qui change la vie et la fait passer à un niveau tellement plus passionnant.


    1 commentaire
  • [Nous continuons pour un peu de temps notre commentaire des « perles » du chapitre 10 de l’Evangile de Marc]

    « L’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais ils ne font qu’un. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » (10,7-9)

    L’Evangile de Marc n’est certainement pas spécialiste de l’unité comme celui de Jean. Et pourtant, dans sa simplicité, il nous donne déjà l’essentiel. Nous désirons tous être « un » avec quelqu’un, ce doit être une libération de soi-même. Mais de quelle unité parle-t-on ? De deux êtres qui s’assemblent pour se posséder l’un l’autre ? De quelqu’un qui veut dominer son frère ou sa femme, en pensant l’aimer ? L’unité a bien des conditions. Il faut d’abord quitter son monde précédent (« son père et sa mère » et tout ce qui faisait jusqu’à présent nos certitudes). Car, pour être un avec quelqu’un, il faut accepter de sortir de notre monde connu pour entrer dans un monde que nous avons encore tout à découvrir et à accepter en même temps. Aventure qui demande beaucoup de confiance en l’autre et qui pose question : car si l’autre allait profiter de cette vulnérabilité dans laquelle je suis en train de me glisser ?

    Mais c’est là qu’intervient la garantie de Dieu. Il est inutile de penser s’unir à quelqu’un sans l’aide de Dieu, ce serait un piège qui risquerait de ne laisser à la fin que beaucoup d’amertume. Je ne veux pas dire par là que deux athées ne peuvent pas connaître la joie de l’unité, ce serait terrible. N’oublions pas que beaucoup d’athées, dans leur pauvreté spirituelle apparente, sont bien plus proches de Dieu qu’un croyant riche de la foi qu’il croit posséder. Mais c’est là un autre discours. Ce qui saute aux yeux, c’est que l’amour à deux (un amour qui ne serait pas ouvert sur un troisième élément qui peut être au fond toute l’humanité) est toujours dangereux, il se déséquilibre à la première occasion, tandis que l’amour avec Dieu au milieu de nous, à l’image de la présence de l’Esprit Saint entre Jésus et le Père, est toujours source de paix et d’équilibre.

    Mais tout cela a des conséquences. S’unir à quelqu’un au nom de Dieu est le début d’un pacte de fidélité qui durera pour toujours. Il y a bien sûr une grande différence entre l’unité d’un couple marié, ou l’amitié d’une simple communauté, ou de frères et sœurs en humanité. Ce qui est sûr, c’est que, quand on s’est engagé avec quelqu’un avec n’importe quel lien d’unité, ou d’amour, ou simplement d’amitié, on ne peut plus revenir en arrière, sous peine de blesser profondément l’autre et de se blesser soi-même. Tout cela parce que chacun est unique et ne peut être remplacé par personne. Je ne peux pas remplacer ma femme par une autre. Je ne peux pas même remplacer un ami par un autre, car Dieu, lorsqu’il s’est engagé avec moi, ne pourra jamais me dire que maintenant il m’abandonne pour un autre. Les circonstances de la vie peuvent parfois nous séparer, mais les relations entre les hommes ne sont pas comme celles avec les objets de la société de consommation : quand je suis fatigué, je jette… ! Il y a là une conversion totale à faire par rapport à la mentalité courante.


    votre commentaire
  • [Pour commencer, une vue d’ensemble de ce chapitre merveilleux de l’Evangile selon Saint Marc. Et, dans les prochains jours, quelques « perles » de cette « Parole"]

    Un nouveau chapitre exceptionnel. Et pourtant, si on le lit un peu superficiellement, c’est vrai qu’il est fait de passages importants, bien connus, mais on peut se demander l’unité d’ensemble, la logique qui relie les différents morceaux. Mais voyez vous-mêmes. Jésus est bien sûr toujours le personnage central, avec encore un certain nombre de titres : Maître, Rabbouni, Fils de l’homme, Fils de David. La foule se presse toujours autour de Lui, mais il y a parmi elle les pharisiens qui essayent de le mettre à l’épreuve, les gens qui veulent lui faire toucher leurs enfants, le jeune homme riche qui veut comprendre un peu plus et Bartimée, le mendiant aveugle de Jéricho qui veut enfin voir. Et l’on voit surtout les disciples que Jésus continue à instruire, comme il peut.

    C’est encore notre clé de lecture des « quatre verbes » (être, accueillir, donner et refuser) qui va nous aider à relier ensemble tous les épisodes. L’être de Jésus qui continue à accueillir et à se donner en nous faisant entrer avec Lui dans sa dynamique céleste. Mais l’on peut être étonné dans ce chapitre de voir l’importance du refus. C’est la première clé de lecture que je voudrais vous proposer. Nous avons déjà dit auparavant que ce refus est d’abord le signe de la liberté de l’homme qui n’est pas obligé d’accepter Dieu comme un robot. Et l’on voit ici bien des refus qui s’accumulent de manière impressionnante. Les pharisiens pour commencer, qui mettent Jésus à l’épreuve, en essayant de lui poser des questions qui puissent le prendre au piège, pour pouvoir ensuite l’accuser : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? » Avec, en toile de fond, la méchanceté de ces hommes de tous les temps qui refusent justement d’être fidèles à leur femme.

    Puis on trouve le refus, un peu superficiel, des disciples qui ne veulent pas déranger Jésus et qui écartent les enfants qu’on essaye de lui présenter, ou bien les gens de la foule qui veulent faire taire le pauvre Bartimée qui crie : « Fils de David, aie pitié de moi ! » Et puis le refus, déjà bien plus grave, du jeune homme riche qui ne veut pas vendre ses biens pour suivre Jésus et qui fera dire à Jésus : « Comme il sera difficile à ceux qui possèdent des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu. »

    Mais tout cela n’est rien à côté de qui va arriver à Jésus dans quelque temps, comme il l’annonce pour la troisième fois à ses disciples : « Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré au chef des prêtres et aux scribes, ils le condamneront à mort, ils le livreront aux païens, ils se moqueront de lui, ils cracheront sur lui, ils le flagelleront et le tueront, et trois jours après, il ressuscitera. » C’est encore plus clair et plus terrible que lors des précédentes annonces.

    Jésus est donc constamment entouré de refus, refus de l’égoïsme de l’homme, refus parfois superficiels, mais aussi refus qui sont la marque d’un mal immense au cœur de l’homme, capable de tuer ce Dieu qui est venu lui donner sa vie. Mystère de l’homme et mystère du mal.

    Tant qu’il le peut, lorsqu’on l’écoute au moins un peu, il va essayer de refuser lui aussi ces attitudes insensées. Il va se fâcher contre ses apôtres qui veulent l’empêcher de toucher les enfants. Il demande à la foule de lui amener le pauvre aveugle. Il rappelle au jeune homme riche les commandements de la loi, qui sont encore des refus du mal : « Tu connais les commandements : ne commets pas de meurtre, ne commets pas d’adultère, ne commets pas de vol, ne porte pas de faux témoignage, ne fais de tort à personne, honore ton père et ta mère. » Seul le dernier commandement est positif. Puis Jésus va essayer de redresser les idées bizarres de Jacques et Jean : « Accorde-nous de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ta gloire. »

    Mais, en fin de compte, Jésus ne pourra pas faire grand-chose. Il va bientôt être balayé par cette avalanche de mal qui, dès sa première apparition, a décidé de le faire périr. Et c’est là que s’ouvre une spirale extraordinaire que personne n’aurait pu imaginer. Jésus ne va même plus s’opposer à la violence de son ennemi, il va finalement l’accepter, l’ « accueillir », se laisser faire. Deux images étonnantes vont nous éclairer à ce point crucial. A Jacques et Jean, qui n’ont rien compris encore, Jésus va répondre par cette phrase mystérieuse : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire, recevoir le baptême dans lequel je vais être plongé ? » Voilà que toute cette persécution terrible, cette cruauté gratuite, inimaginable, Jésus l’appelle une « coupe » et un « baptême » ! Une coupe, c’est le symbole de la communion avec Dieu, de la communion eucharistique qui va bientôt avoir lieu. Le baptême, c’est ce passage de purification nécessaire pour entrer dans la vie de Dieu. Nous sommes tellement habitués désormais à ce vocabulaire qu’il ne nous touche presque plus, comme si tout était normal, mais comment ces mots devaient-ils résonner à l’oreille des disciples ? Ce n’était pas incompréhensible, presque scandaleux ? Et pourtant c’est ainsi que Jésus voyait les choses et qu’il les exprimait. Mystère du mal et mystère de la victoire sur le mal, par le passage de la croix vers la résurrection. Nous y reviendrons encore…

    Quand tout cela est clair et accepté, dans la mesure du possible et de nos limites et faiblesses humaines, on peut recommencer à cheminer avec Jésus dans sa dynamique trinitaire : accueillir et donner, se donner, pour « être » avec les Trois, ici déjà sur terre, anticipation du paradis qui nous attend pour toujours. On se remet donc à accueillir avec Jésus ces enfants dont les disciples n’avaient pas encore compris l’importance. « Laissez les enfants venir à moi. Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. » En accueillant un seul de ces petits que sont les enfants, mais aussi n’importe lequel de nos frères, nous entrons dans le royaume de Dieu !

    Et c’est le même accueil pour le jeune homme riche. Jésus avait embrassé les enfants en les bénissant. Maintenant le voilà qui pose son regard sur ce nouveau frère qui s’approche. « Jésus se mit à l’aimer. » Jésus aime toujours, sans condition. Il a sans doute compris dès le premier abord que le jeune homme riche ne va pas être capable de répondre à son appel, mais il l’aime. Jésus ne peut qu’aimer et nous accepter tels que nous sommes, dans notre liberté. Et comme devait être spécial son regard qui se posait sur chacun, tour à tour, avec l’intensité de l’amour de Dieu !

    Accueillir et donner, continuons-nous à dire. Mais il y a ici un problème, un passage qui ne va pas se faire tout seul. En Dieu tout doit être si simple. Les Trois personnes de la Trinité ne savent pas faire autre chose que de répondre éternellement chacun à l’amour de l’autre qui se donne à eux et qui les accueille. Nous aussi, nous sommes appelés à cette dynamique du paradis. Mais que se passe-t-il ? S’il peut sembler simple et beau d’accueillir, de recevoir dans la joie un tel cadeau qu’on nous présente, la suite n’est pas évidente. C’est ici que notre cœur, notre intelligence et tout notre être se trouvent devant un choix tellement délicat qu’il peut conditionner pour le bien ou le mal toute notre vie. Mais c’est un choix qu’heureusement on peut renouveler à chaque instant jusqu’au moment de notre mort. C’est le choix de redonner tout de suite le don que nous venons de recevoir, le donner à Dieu et à nos frères pour qu’eux aussi continuent à l’accueillir et à le donner, dans cette chaine d’amour infini.

    C’est là que la tentation est énorme de s’arrêter un instant ou peut-être beaucoup plus encore sur ce don qui nous a été fait, pour le conserver au moins un moment pour nous, pour le « posséder » égoïstement pour nous-mêmes, en oubliant ou en refusant même d’en faire profiter nos frères qui attendent. La chaine d’amour infini est tout à coup rompue avec tout son enchantement, nous avons détourné le don de Dieu, comme on détourne un avion de sa destination prévue, et alors tout peut arriver…

    Jésus nous propose déjà sur terre de goûter au paradis. Ce paradis qui est représenté au début du chapitre par l’amour de l’homme et de la femme qui, unis en Dieu, ne font déjà plus qu’un. Mais pour vivre cette unité, il faut de nouveau passer par un refus, ce « refus » qui ne nous abandonnera jamais tant que nous sommes sur cette terre. Mais cette fois-ci, c’est un refus positif, c’est simplement la renonciation à soi-même, pour aimer Dieu et le frère. Ce renoncement est la condition nécessaire et indispensable pour « entrer » dans le royaume de Dieu dès maintenant. Et quelle différence de vocabulaire entre la mentalité du jeune homme riche qui demande à Dieu comment faire pour « avoir en héritage » la vie éternelle et celle de Jésus qui nous parle simplement d’ « entrer » dans le royaume de Dieu. Il utilise ce mot « entrer » à plusieurs reprises, tellement ce verbe est important pour lui. Car, en Dieu, l’amour est éternellement en mouvement, alors que la possession est horriblement statique. Posséder, c’est s’arrêter sur ses richesses en croyant ainsi être heureux, alors qu’aimer c’est sortir pour entrer dans le cœur de Dieu et de l’autre. C’est là toute la différence, mais elle est énorme, comme entre le jour et la nuit.

    Si l’on veut entrer dans l’autre, il faut sortir, sortir de soi-même et de ses possessions. C’est lorsque Jésus est sorti de l’eau de son baptême que le ciel s’est ouvert au-dessus de sa tête comme nous l’avons vu dès la première page de notre Evangile. Sortir, renoncer, cela voudra dire aussi « quitter », quitter ses biens et même des êtres chers pour répondre à l’appel de Dieu. Et c’est là une des nouveautés de ce chapitre exceptionnel. Cela n’a rien à voir avec cet homme méchant qui veut quitter sa femme et la répudier pour en choisir une autre par égoïsme. Non, il s’agit maintenant de quitter quelqu’un ou quelque chose pour suivre Dieu. « Pierre se mit à dire à Jésus : ‘Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre’. Jésus leur déclara : ‘Amen, je vous le dis : personne n’aura quitté, à cause de moi et de l’Evangile, une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père, des enfants ou une terre, sans qu’il reçoive, en ce temps déjà, le centuple : maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres, avec des persécutions, et, dans le monde à venir, la vie éternelle.’ »

    Quelle merveilleuse description ! On se croirait déjà au paradis. Heureusement que le mot « persécutions » est là pour nous rappeler que nous sommes encore sur cette terre. Mais ce sont tout de même des persécutions, comme nous venons de le voir, qui elles aussi vont nous porter à la résurrection. A partir de là tout devient logique. La prétention de Jacques et Jean de siéger à la droite et à la gauche de Jésus dans son royaume devient soudain complètement ridicule. C’est que, dans le royaume de Dieu, il n’y a pas de places plus importantes que d’autres, il n’y a pas de premiers ni de derniers. Ou plutôt, dans la dynamique de l’amour, chacun va se considérer comme le « dernier » de l’autre et l’autre va aussitôt le considérer comme « premier » par rapport à lui, dans la réciprocité. C’est le sens du discours de Jésus, qui a encore bien du mal à se faire comprendre des disciples, tellement la mentalité humaine des fausses grandeurs est ancrée en eux, comme elle est ancrée en chacun de nous.

    « Vous le savez : ceux que l’on regarde comme chefs des nations païennes commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur. Celui qui veut être le premier sera l’esclave de tous : car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. » C’est la logique des béatitudes. Une libération, une dépossession de tous ces liens qui nous empêchent d’être disponibles à l’appel de Dieu.

    Nous sommes finalement tous un peu comme Bartimée, ce pauvre mendiant aveugle, probablement méprisé et rejeté de tous, que la foule ne veut même pas aider à rencontrer Jésus, mais qui ressent déjà en son cœur l’appel de Jésus à être libéré. Un épisode qui clôt notre chapitre en nous faisant respirer par cette insistance sur la foi et la confiance dans l’appel de Dieu, auquel nous pouvons répondre simplement à chaque instant de notre vie, sans trop réfléchir à toutes les « persécutions » terribles qui peut-être nous attendent, mais que Dieu nous donnera la grâce de supporter en temps voulu. « … Bartimée, le fils de Timée, était assis au bord de la route. Apprenant que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : ‘Jésus, Fils de David, aie pitié de moi !’ Beaucoup de gens l’interpellaient vivement pour le faire taire, mais il criait de plus belle : ‘Fils de David, aie pitié de moi !’ Jésus s’arrête et dit : ‘Appelez-le.’ On appelle donc l’aveugle et on lui dit : ‘confiance, lève-toi ; il t’appelle.’ L’aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. Jésus lui dit : ‘Que veux-tu que je fasse pour toi ?’ ‘Rabbouni, que je voie.’ Et Jésus lui dit : ‘Va, ta foi t’a sauvé !’  Aussitôt l’homme se mit à voir et il suivait Jésus sur la route. »

    Que dire devant ce tourbillon de pensées et d’évènements à couper le souffle ? Notre pauvre humanité blessée et fragile est-elle capable de résister à un tel choc ? Le jeune homme riche, qui était plein de bonne volonté au départ, est devenu « sombre » et s’en est allé « tout triste ». Les disciples eux-mêmes étaient, tour à tour « stupéfaits », « déconcertés », « il est difficile d’entrer dans le royaume de Dieu ! Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. » Et « les disciples se demandaient entre eux : ‘Mais alors qui peut être sauvé ?’ » Bonne question, car nous sommes tous plus ou moins « riches », de nos possessions et de nous-mêmes. Mais « Jésus les regarde et répond : ‘Pour les hommes, cela est impossible, mais pas pour Dieu, car tout est possible à Dieu.’ » Mystère de ce Dieu, trop grand pour nous et qui est pourtant descendu pour nous sur terre, dans son amour infini.

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique