• Peurs inutiles

    « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? » (Mc 16,3)

    Si la situation n’était pas si tragique, on se croirait presque au cœur d’une comédie. Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé cherchent le corps de Jésus pour l’embaumer, elles se demandent comment elles vont pouvoir ouvrir le tombeau et elles ne savent même pas que le tombeau est déjà grand ouvert !

    Pourquoi tous ces détails, presque ridicules en apparence ? D’abord pour nous montrer combien nous passons souvent complètement à côté de toutes les réalités divines qui nous entourent, nous ne comprenons rien à rien, comme d’ailleurs les disciples de Jésus dans une grande partie de notre Evangile de Marc.

    Mais surtout nous nous inventons, nous nous forgeons, tellement de problèmes ou d’obstacles qui en fait n’existent même pas. Combien de fois, du matin au soir, sommes-nous pris par des peurs, des angoisses, toutes sortes de paniques qui nous gâchent complètement notre journée, alors que tout se révèle souvent tellement plus simple ? Nous avons sans doute des raisons de craindre puisque le mal et les catastrophes existent bien dans notre vie. Mais pourquoi les prévoir avant même qu’ils ne nous arrivent ?

    La réponse est au fond toute simple : apprendre à accueillir les personnes, les évènements et les choses comme ils nous arrivent et quand ils nous arrivent. Vivre la vie réelle et non pas celle de nos peurs et de nos imaginations. Laisser la providence de Dieu nous porter un jour dans la joie, un jour dans les difficultés, mais toujours avec la certitude que ce qui nous arrive est sous le regard de Dieu qui nous aime et qui nous donnera la grâce de faire face à n’importe quelle situation, prévue ou imprévue. Oui, la vie est une aventure souvent difficile, mais rien n’échappe à l’amour de Dieu et il est toujours là à nos côtés pour nous faire profiter de toutes les situations et même de toutes les épreuves. Parce que Jésus est déjà venu sur terre pour assumer toute notre vie et nous n’avons plus qu’à nous laisser conduire peu à peu sur le chemin qui nous portera finalement jusqu’à lui pour toujours.

     

     


  • Commentaires

    1
    Hayat Fallah
    Dimanche 10 Septembre à 19:14
    Ce qui m'étonne et me fait mal c'est que je me laisse con duire par tous ceux qui m'accompagnent en voiture -puisque je ne conduis pas - et que je crains parfois de me laisser conduire par Jésus ....!!!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :