• Pour ne pas tomber dans la mort!

    « Et comme Pilate reprenait : ‘ Que ferai-je donc de celui que vous appelez le roi des Juifs ?’, ils crièrent de nouveau : ‘Crucifie-le !’ Pilate leur disait : ‘Qu’a-t-il donc fait de mal ?’ Mais ils crièrent encore plus fort : ‘Crucifie-le !’ » (Mc 15,13-14)

    Nous voici, une fois de plus, devant le mystère du mal, un mystère incompréhensible ! Comment expliquer qu’une foule qui a acclamé Jésus il y a à peine un jour ou deux, demande maintenant de le crucifier ?

    Et ici encore, il faut surtout éviter de se sentir supérieur à cette pauvre foule manipulée par les véritables responsables de toute cette tragédie. Car ce mal est en chacun de nous, depuis notre naissance jusqu’à notre mort…

    Nous passons tous, au cours de la journée, par des moments où nous ne savons plus ce que nous faisons, nous nous laissons prendre par des sentiments de peur, de panique, de jalousie, de colère, d’orgueil, de méfiance, de haine, ou simplement de paresse, d’indifférence, de rancœur ou autres sentiments négatifs, qui nous font oublier en un instant tout le sens de notre vie et de nos relations avec le prochain.

    Et dans ces moments-là, nous perdons conscience, nous sommes capables de nous laisser entraîner à des actes de violence que nous allons regretter l’instant d’après, et ce sera peut-être trop tard, comme un geste de colère mal contrôlé peut provoquer un accident grave, qu’au fond nous n’aurions jamais voulu, mais dont nous devons tout de même confesser la responsabilité.

    Alors que faire ? Il n’y a pas de solution miracle. Chacun sait plus ou moins quels sont ses points faibles, ses points sensibles qui ne devraient jamais être provoqués. Donc tâcher d’abord de ne pas se laisser entraîner à des actes fatals qui n’ont rien à voir avec le fond de notre personnalité. Mais je crois que la solution la plus sûre, c’est d’aimer, d’aimer toujours. Car quand on aime, on n’a même pas le temps de penser bêtement à soi et d’écouter ce mal en nous qui veut nous conduire à la mort. Et ne jamais rester seul, faire le possible d’être toujours en cordée avec des frères et sœurs qui partagent le même amour que nous pour l’humanité et qui nous empêcheront de nous laisser entraîner à des actes ou des décisions qui gâcheraient toute notre vie. Et enfin veiller les uns sur les autres avec force et discrétion en même temps, sûrs que l’unité dans l’amour est le meilleur antidote à tous les poisons qui peuvent nous atteindre !

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :