• Pourquoi passer son temps à souligner le négatif?

    Ce matin, j’avais publié sur Facebook ce proverbe persan qui m’avait plu : « Un véritable ami est toujours le miroir de son ami. » C’est un beau proverbe et je crois que chacun de nous connaît des amis avec lesquels on peut vivre un rapport de telle confiance et transparence que l’on devient le miroir l’un de l’autre…

    Une de mes meilleures et plus fidèles lectrices écrit en commentaire : « Un véritable ami, lorsqu’il existe. » Et elle a bien raison, il y a beaucoup de gens avec lesquels il n’y a aucune possibilité d’avoir cette relation intime et positive, c’est sûr. J’ai senti tout de même le besoin de répondre : « Mais ça dépend beaucoup de nous de faire exister des amis. » Car vous savez bien que le but de mon blog et de toutes mes publications c’est de chercher toujours un peu ou beaucoup de lumière, là où l’ombre et les ténèbres et les idées négatives essayent de nous envahir.

    Mais notre amie insiste en disant : « Pas toujours. » Et ici encore, c’est évident, elle a bien raison que souvent on aime des gens et on ne parvient pas à en faire des amis et surtout de vrais amis. Et quand je lui demande de mieux expliquer sa pensée : « Pourquoi pas toujours ? », elle me répond en toute franchise : « C’est par expérience, ce que je voulais dire. »

    Alors merci d’abord pour tous ces commentaires, mais je voudrais tout de même expliquer ici un peu mieux le but de mes publications. Il est certain que les idées négatives et pessimistes nous envahissent de tout côté du matin au soir dans notre monde malade. Mais quand on a trouvé un peu de lumière, on ne peut plus s’en passer. Toute notre vie devient une bataille pour faire profiter le plus de personnes possible de nos belles découvertes. Cela devient même une sorte de mission humanitaire, comme il y a des gens qui passent leur temps à soigner des malades ou à lutter contre la pauvreté. Et la plus grande pauvreté est peut-être celle du cœur.

    Nous ne sommes pas devant la vie, comme devant un spectacle à la télévision. Nous ne sommes pas des spectateurs bien assis dans leur fauteuil en train de faire des statistiques sur le positif et le négatif. Du négatif, on en trouvera toujours. Moi, je n’ai pas le temps de le regarder, car j’ai trop à faire pour construire le positif. Ou bien alors, je regarde le négatif sur lequel je peux agir personnellement, comme dans la rubrique « Batailles » de mon blog et je me jette à l’eau au risque de prendre des coups, mais c’est toujours dans un but positif. Le reste, là où je ne peux rien faire, je le laisse à ceux qui peuvent s’en occuper. Mais j’ai déjà tellement de chantiers positifs devant moi que ma vie sera bien occupée jusqu’à la fin de mes jours.


  • Commentaires

    1
    Hayatfallah@hotmail.
    Mardi 4 Septembre à 14:32
    Wawww je n'ai pas le temps de regarder le négatif qui existera tjrs, pcq je suis trop occupé à construire le positif !!!! Ça c'est un bel avant-goût de "paradis"...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :