• Question de regard et d'amour

    Le sens de la vie est d’abord une question de regard. On peut poser sur les évènements et les personnes un regard négatif ou positif, on peut les observer de l’extérieur avec méfiance ou peur, ou bien les regarder de l’intérieur avec attention et bienveillance… et alors tout change. On apprend aussi qu’aucun acte ou évènement ne doit jamais être considéré seulement en lui-même, mais dans le contexte de toute une vie, de l’histoire des personnes et des peuples. C’est comme cela que tout se relativise, dans le bon sens du terme, dans le sens que tout trouve sa signification dans la construction progressive de notre morceau d’humanité.

    C’est pourquoi j’ai beaucoup aimé cette phrase rencontrée récemment sur Facebook de Carl Gustav Jung, le fameux penseur suisse : « Tu veux un monde meilleur, plus fraternel, plus juste ? Eh bien, commence à le faire : qui t’en empêche ? Fais-le en toi et autour de toi, fais-le avec ceux qui le veulent. Fais-le en petit, et il grandira. »

    C’est vrai, qui nous en empêche ? Qui nous empêche de poser des actes positifs, tout au long de la journée ? Qui nous empêche d’accueillir de tout notre cœur les personnes que nous rencontrons, au travail, à la maison, au super marché, au cinéma ou même dans la rue ? Qui nous empêche de donner un sourire, un conseil, notre temps ou le bonheur que nous ressentons en nous au plus grand nombre possible de personnes, du matin au soir ? Qui nous empêche de partager la souffrance de ceux qui sont dans le besoin, qui sont malades ou moribonds, qui ont perdu un être cher, ou d’aider matériellement ceux qui ont moins de chance que nous dans la vie ?

    Et puis ces petits mots si simples : « Fais-le avec ceux qui le veulent. » Nous passons le plus clair de notre temps à juger ceux qui ne font rien ou à nous plaindre d’eux et dans le même temps nous ne faisons rien nous non plus, alors que passent près de nous des personnes positives sans même que nous nous en rendions compte. La vie serait tellement différente si nous passions nos journées à nous unir à ceux qui travaillent pour la paix, pour des relations meilleures entre les hommes, à ceux qui « veulent » vraiment le bien de l’humanité et qui le prouvent tous les jours par des actes concrets. Je suis sûr que chacun de nous en connaît et sait où les trouver. Alors qu’attendons-nous pour nous unir à eux, pour que le bien continue à grandir autour de nous et que l’amour se propage plus vite que la violence, la haine ou l’indifférence?


  • Commentaires

    1
    Hayat Fallah
    Mercredi 20 Février 2019 à 22:51
    Cet article est mon préféré parmi les 3 derniers ! Oui... Qu'attendons-nous?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :