• Qui suis-je?

     J’ai rencontré, il y a quelques jours, une personne qui vit comme moi au Liban depuis longtemps, mais qui n’est pas d’origine libanaise. Occasion d’un échange un peu bref mais très intéressant qui m’a donné envie de partager quelques réflexions rapides avec vous, à approfondir.

    Le sujet de ces réflexions ? C’est ce que nous appelons notre identité. Il est clair que chaque peuple a son identité. Il existe une identité libanaise avec ses caractéristiques culturelles et sociales, il existe une identité française ou italienne ou égyptienne. Mais là où commence la difficulté (ou plutôt la chance, d’après mon expérience), c’est lorsque quelqu’un comme nous se trouve plus ou moins à cheval sur plusieurs identités. Quelle va être alors son identité à lui ?

    Nous n’avons pas ici le temps de nous lancer dans une étude de vocabulaire philosophique pour distinguer entre identité et personnalité et je crois que pour simplifier les choses on peut prendre pour commencer ces deux mots comme s’ils avaient à peu près la même signification.

    Si ma personnalité est faite maintenant de plusieurs identités, cela voudrait dire que je risque d’être une personne avec une double ou une triple personnalité ? Pauvre de moi, je serais donc bien perdu et malade et les gens ne sauraient plus comment s’adresser à moi.

    Mais je crois qu’il y aurait alors un grand malentendu sur les mots eux-mêmes. C’est qu’en fait je n’aurai jamais qu’une seule identité, même si cette identité peut avoir de multiples visages, comme justement ce qui vient des identités de peuples différents. Je ne suis pas un mauvais français parce que je me suis enrichi de l’identité libanaise. C’est la manière originale avec laquelle je gère la relation entre ces deux cultures qui va faire de moi une identité qui peut plaire à certaines personnes mais aussi en déranger d’autres : c’est là que l’aventure devient vraiment intéressante !

    Mais il faut dire qu’au fond mon identité est tellement complexe qu’il est impossible de savoir exactement de quoi elle se compose, car elle est le fruit de ma rencontre avec des milliers et des milliers de personnes tout au long de ma vie, de la famille à l’école, au travail… Les identités nationales ne sont qu’un des aspects de ce qui m’a formé et je ne saurai jamais moi-même exactement tout ce qui a contribué à construire peu à peu cette identité. Et pourtant je sens et je peux dire que « cela c’est moi » et « cela ce n’est pas moi », « j’aime cela et je n’aime pas cela », je suis « différent » des autres et en même temps semblable à beaucoup d’autres. Car j’ai des points communs avec beaucoup de parents, d’amis, de connaissances et même de gens que je connais seulement par mes lectures ou par les médias.

    Ce qui fait mon identité, c’est que je suis homme comme les autres hommes et qu’en même temps je suis unique, absolument unique, il est impossible de me confondre avec qui que ce soit.

    Seulement voilà, mon identité est toujours limitée à l’expérience que j’ai vécue et à la manière dont je vis mes relations avec les autres. Si mes relations sociales sont conflictuelles j’aurai une identité méfiante, peut-être agressive ou qui a peur de tout. Si je réussis à créer des relations harmonieuses avec les autres, si je considère les autres non pas comme des obstacles à ma réalisation, mais comme une occasion d’enrichir toujours plus ma personnalité, alors mon identité sera toujours plus belle et en même temps plus dynamique.

    Le danger de comparer les identités de chacun, c’est de vouloir toujours les opposer au lieu de les harmoniser. Les limites de ma personnalité ne sont pas le cœur de mon identité. Mon identité est ce qui est le cœur de moi-même, mais ce cœur est aussi toujours en évolution. Sinon cela voudrait dire que mon identité est figée, repliée sur elle-même et ce serait bien triste.

     

    Mais je crois que nous devons continuer cette conversation avec d’autres articles. Qu’en pensez-vous ?


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Hayat
    Mercredi 24 Février 2016 à 13:23
    En fait,personnellement je ne sais plus ce que la notion d'identité signifie exactement et ça ne me dérange pas ! Avec la mondialisation , il y a une telle ouverture et un tel mélange de peuples ,une telle interaction ,et ça m'enchante....j'y vois même, àlong, terme, très long terme, le salut pour l'humanité.
      • Mercredi 24 Février 2016 à 14:08

        Merci, Hayat: tu verras la suite de mon article le 9 mars. On pourra continuer à échanger dans ce sens!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :