• Religion? Laïcité? Ne soyons pas ridicules.

    On nous parle d’une véritable guerre prête à éclater en France entre les partisans de la laïcité et les partisans de la religion. Je sais qu’on ne va pas résoudre toute cette problématique sensible en quelques lignes un peu superficielles, mais je voudrais tout de même rappeler une ou deux vérités.
    La première c’est que nous, chrétiens, avons commis beaucoup d’abus au cours des siècles, abus de pouvoir, de jugement ou autres et nous devons comprendre qu’il était temps sans doute que s’élèvent des voix pour une convivialité réelle dans la tolérance et la liberté que notre société «chrétienne » n’avait pas réussi à construire. Alors que le message chrétien devrait inspirer la confiance, nous devons reconnaître que nous avons inspiré beaucoup de méfiance à un tas de gens et nous devons bien réfléchir aux conséquences méritées de certaines de nos actions ou attitudes malheureuses. Nous devons admettre que nous avons besoin de la laïcité comme base de relation sociale capable d’éviter certains conflits, abus de pouvoir ou confusion entre le politique et le religieux, etc.
    Mais si la laïcité s’est imposée au cours des derniers siècles comme une valeur capable d’empêcher certains abus, il ne s’agit pas qu’elle tombe elle-même dans les mêmes abus. C’est la laïcité qui veut maintenant dominer le monde et imposer sa dictature ? Elle voudrait réduire, disent certains, la religion au cercle de la vie privée ? On sombre là aussi dans un ridicule sans fin. On va bientôt reléguer le sport ou la vie artistique au domaine privé parce qu’ils gênent parfois la vie publique ? On aurait dû reléguer sans doute Mère Térésa dans les murs de son couvent où elle aurait pu prier toute la journée pour les pauvres en train de mourir sur les trottoirs de Calcutta, au lieu de déranger l’ordre public en empêchant ces pauvres de mourir tout seuls comme des bêtes au milieu de la rue ? Mais est-ce que ces gens qui parlent de confiner les « religions » à la maison savent ce qu’ils disent ? Ils veulent que les chrétiens ou les musulmans deviennent tous schizophrènes, avec une vie de belles relations d’amour évangélique, par exemple, à la maison et puis une double vie dans la rue et au travail où ils se mettraient tout à coup à voler, à tricher puisque leurs principes religieux ne peuvent plus s’appliquer en public ? On est en plein délire !
    Pour ne pas être trop long aujourd’hui, je voudrais simplement dire quel est mon rêve. C’est sans doute une utopie, mais si vous trouvez mieux vous me le direz. Je continue à croire que notre monde guérira lorsque toutes les valeurs quelles qu’elles soient, sociales, politiques, spirituelles, humaines tout simplement, sauront s’harmoniser ensemble. La laïcité est une valeur et la religion est une valeur, indépendamment de tous les détournements que chacun de nous en fait peut-être chaque jour lorsqu’on commence à se servir de ces valeurs pour ses propres intérêts, lorsqu’on se sert de la laïcité ou de la religion pour asservir l’autre au lieu de le servir.
    La société n’a d’avenir que si tous les citoyens d’un pays, tous les citoyens du monde prennent conscience qu’ils sont là pour se servir et s’entraider mutuellement : si telle n’est pas la base de notre vie sur terre, au delà de nos convictions philosophiques, idéologiques ou religieuses, notre monde va tout simplement vers un suicide collectif. Alors, pour résumer par une sorte de caricature provocatrice, je pense que la solution de notre problème est que la « religion » comprenne qu’elle doit se mettre sincèrement au service de la « laïcité » et que la « laïcité » comprenne qu’elle est là pour aider la « religion » à s’harmoniser avec la société ! Vous pensez que c’est moi maintenant qui délire ?
    Chacun a sa conscience, je pense que c’est là aussi une valeur incontournable. Mon ami, mon frère, ma sœur se sentent avant tout laïques, je dois non seulement les respecter (ce qui est un minimum, pour personnes qui veulent peut-être rester seules enfermées tranquilles chez elles), mais les accepter tels qu’ils sont et tels qu’ils veulent être pour m’harmoniser avec eux. Ces amis, frères ou sœurs se sentent plutôt « religieux » (même si moi, qui suis chrétien je n’aime pas beaucoup ce mot, mais gardons-le pour l’instant pour finir notre raisonnement), alors, si je veux sincèrement vivre avec eux et construire ensemble une société plus harmonieuse, je dois les aider à vivre leur esprit de « religieux » en harmonie avec tous les autres. La laïcité n’a pas d’avenir sans la religion ou, pire encore contre la religion. La religion n’a pas d’avenir contre la laïcité. Encore une fois, comme le dit le titre de notre rubrique, les grandes valeurs de l’humanité n’ont de sens que dans l’harmonie et l’interdépendance. La laïcité et la religion ont besoin l’une de l’autre. La laïcité et la religion doivent découvrir qu’elles sont interdépendantes ou bien nous avons devant nous des jours bien sombres qui nous attendent.
    En fin de compte nous avons tous besoin les uns des autres, nous ne pouvons vivre sans les autres, nous ne pouvons pas construire une société harmonieuse sans les autres, tous les autres. Il ne s’agit pas ici d’être d’accord avec l’autre, ni d’avoir les mêmes passions, idées ou croyances. Je n’aime peut-être pas le sport ni certains types de musique, mais je dois bien m’entendre avec ceux qui en sont passionnés. L’interdépendance est une question de vie ou de mort du tissu social. Mais cela va nous conduire à une dernière conclusion peut-être choquante pour certains : la définition de la laïcité comme séparation de l’Eglise et de l’Etat ou même de la religion et de l’Etat, avec les principes d’impartialité et de neutralité qui y sont liés, doit être revue si on ne veut pas s’enterrer dans un dialogue de sourds. Je crois qu’il faudrait remplacer « séparation » par « distinction », distinction des rôles selon le temps et l’espace. J’ouvre là un nouveau chapitre qui demandera certainement beaucoup d’autres articles et commentaires : qu’en pensez-vous ?


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Hayat
    Vendredi 20 Mars 2015 à 11:04
    Je pense que tu as mis les points sur les i en parlant de "distinction" plutôt que " séparation " .Ce n'est pas évident mais mérite de s'y arrêter :c'est d'abord dans les esprits qu'il faut que cette distinction se fasse...en commençant par dépasser la crainte réci
    proque , même inconsciente ...
    2
    Bassem k
    Dimanche 22 Mars 2015 à 01:14

    En arrivant en France, venant du Liban, il y a 24 ans, j'ai découvert cette société laïque et qui le revendique haut et fort. Gros contrast avec ma société d'origine...

    J'ai été seduit par cet espace de liberté qui est sensé permettre à tous les courants de pensées et de croyance de se côtoyer paisiblement et avec respect.

    En y vivant, je me suis rendu compte que la laïcité en France est particulièrement intolérante envers tout ce qui ne lui ressemble pas!

    Je n'ai jamais compris la raison de l'esprit très commun anti-religions et notamment anti-"cathos", Pourtant ces derniers sont devenus minoritaires et quasi inexistants dans la scène publique. On dirait que cet esprit est ancré depuis des générations... Est-ce la conséquence des abus passés de l'église dont parle Roland au début de son texte?

    Je crains pour mon deuxième pays cette confrontation que je ne vois pas cesser de monter entre cette société anti-religions et la religion musulmane grandissante trop attachée à ses traditions et qui n'a pas encore atteint une maturité de sagesse. J'ai de mal à croire aux solutions des responsables politiques.

     Ma consolation est que cette confrontation aboutira en fin de compte un jour à la tolérance et l'harmonie.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :