• Se protéger de l'intérieur (1e partie)

    Se protéger, oui, c’est un des verbes les plus à la mode par les temps qui courent. Notre vie et notre monde sont remplis de dangers qui nous assaillent du matin au soir. Nous en sommes bien convaincus, ce serait inutile de faire ici la liste de tous ces dangers, qui ne finirait pas. Mais la conséquence de cette situation, c’est que nous devons nous protéger, c’est bien normal. Et pour « se protéger », la chose la plus simple est de s’entourer de « protections » de toutes sortes.

    Mais voyons un peu, pour se donner quelques exemples. S’il pleut, on va se protéger avec des habits imperméables ou en ouvrant son parapluie… ou en ne sortant pas de la maison. S’il fait froid, on va se couvrir un peu plus que d’habitude. Tout cela est encore très simple et pas trop grave. Si on a peur d’être volé, là le danger est tout de même plus inquiétant, on va fermer sa porte à double tour, mettre des cadenas à toutes les portes, et au besoin des antivols ou des alarmes de sécurité. Et le mot magique est lancé : sécurité, sécurité, c’est la hantise de notre monde moderne, celle qui fait de plus en plus gagner les élections politiques. Parce qu’on ne vote plus tellement maintenant pour des programmes de développement positif, mais pour celui ou celle qui va pouvoir nous protéger de tous les dangers. Ou, au moins, c’est ce que sa propagande essaye de nous faire croire. 

    Tout cela est logique et l’on va donc consacrer beaucoup de temps et d’argent à se protéger de toutes ces menaces qui nous arrivent chaque jour un peu plus surprenantes : le temps climatique est devenu fou, il y a des terroristes partout, mais surtout les relations sont de plus en plus difficiles, on ne peut plus faire confiance aux gens. Et le plus simple pour se protéger va donc être d’éviter ces gens « difficiles ». C’est ce que l’on voit de plus en plus sur les réseaux sociaux : si tu veux être heureux, ne fréquente pas les gens qui ont des idées noires, cherche-toi quelques bons amis et, ensemble, protégez-vous du monde environnant…

     

    Je vais arrêter ici ma caricature, pour ne pas être trop long et je vais commencer par une première constatation. Tout cela est basé sur la peur et sur le manque de confiance dans les autres mais avant tout en soi-même. L’homme a bien raison de se protéger des dangers. Mais il oublie seulement de se protéger de l’intérieur. Un sportif qui court dans le froid ou sous la pluie, n’a pas peur d’attraper un rhume ou une grippe : son corps est tellement bouillant de l’intérieur qu’il ne craint plus rien. Et il en va de même à tous les niveaux, physique, matériel et même psychologique ou spirituel. Je vais revenir longuement sur ce sujet qui me tient particulièrement à cœur, mais je voudrais dire simplement ici que quand on est rempli en soi de positif, on n’a plus à craindre le négatif. Au contraire on le détruit sur son passage. Quelqu’un qui est heureux de donner sa vie pour les autres ne risque pas de tomber en dépression et de se laisser décourager par des gens « difficiles », il va même chercher ces gens difficiles pour leur donner un peu d’espoir, car il est sûr que le véritable positif est toujours contagieux. Il porte en soi sa propre force dynamique qui ne craint presque plus rien de l’extérieur. Affirmation qui demande des nuances, toujours bien sûr une certaine prudence et une certaine sagesse. On ne donne pas sa vie pour les autres n’importe comment ni dans n’importe quelles circonstances. Mais notre sujet est bien lancé. Faites-moi part de vos réactions si vous voulez. Il y aura bientôt une deuxième partie, une troisième et peut-être plus encore. Mais c’est évident pour moi qu’il est beaucoup plus efficace de se protéger des dangers en partant de l’intérieur, que de se couvrir de barrières et de murs qui ne servent qu’à nous isoler et à nous couper du monde qui aurait tant encore à nous donner.


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    laure moukarzel
    Mercredi 11 Octobre à 23:53

    Comment peut-on être rempli en soi de positif  dans les moments d' inquiétude et quand la foi est ébranlée ???? 

      • Jeudi 12 Octobre à 05:36

        Bonne question, Laure! C'est pourquoi il y a une deuxième partie à mon article!

    2
    Hayat Fallah
    Vendredi 13 Octobre à 12:24
    Je suis d'accord sur toute la ligne .Reste à avoir cette sagesse pour ne pas donner sa vie n'importe comment...J'aime aussi le fait de préciser qu'il s'agit du " positif véritable " pas celui qui veut juste ne pas regarder les choses en face ,avec tout leur bien et tout leur mal ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :