• Une belle relation?

     

    On a parfois l’impression que la plupart des gens passent leur vie sans vraiment comprendre ce qui leur arrive, sans vraiment goûter à tout ce qui pourrait faire la joie de leur existence. Car la vie est une fête qui pourrait nous émerveiller, une surprise continuelle qui pourrait nous rassasier et voilà que l’on se morfond dans l’ennui ou les lamentations continuelles.

    Je sais bien que la vie est aussi faite d’obstacles, d’épreuves et parfois de grandes souffrances. Cela fait partie du programme. Et pourtant cet arrière-fond parfois terrible et apparemment bien ingrat est aussi une des réalités qui unissent les cœurs et donnent encore plus d’intensité profonde à nos relations.

    Alors je suis triste lorsque je vois un ami, un frère ou une sœur qui semblent goûter à la vie seulement à moitié, comme si tout en eux et autour d’eux était anesthésié.

    Mais pourquoi toutes ces réflexions, pourquoi suis-je désorienté ce matin ? C’est que je suis retombé sur une phrase découverte récemment sur twitter et que j’avais notée en passant parce qu’elle m’avait choqué. Voyez vous-mêmes : « Une belle relation est faite de deux choses : d’abord apprécier nos similitudes et ensuite respecter nos différences. » 

    C’est une phrase qui semble au premier abord positive : « apprécier nos similitudes », nos points communs, c’est sans doute la porte ouverte vers la connaissance réciproque et l’amitié, même si ce verbe « apprécier » me semble un peu léger, car apprécier veut dire surtout estimer, trouver beau ou intéressant, mais on dirait le sentiment de quelqu’un bien assis dans son fauteuil et qui se contente de juger positivement son voisin. Apprécier ne permet pas en général de véritablement entrer dans la réalité de l’autre. Excusez-moi si je suis déjà trop négatif.

    Mais ce qui me fait bondir, c’est la suite de la phrase : « respecter nos différences ». On dirait quelqu’un qui tient à rester tranquille, qu’on lui « fiche la paix » et il propose pour cela à tout le monde de vivre dans le plus grand respect réciproque, où personne ne juge et ne dérange personne. Vous ne sentez pas qu’il y a une distance terrible dans le respect ?

    Evidemment le respect est infiniment mieux que le jugement de travers, le préjugé, le rejet et encore plus la haine. Mais vous aimeriez vivre dans une société ou une famille où l’idéal de la relation serait de respecter chacun dans son coin, sans intervenir dans la vie de l’autre parce qu’on n’ose pas y toucher ?

    Non, je crois profondément que nous sommes venus au monde sur cette terre pour nous entrechoquer, pour pénétrer chacun dans le cœur de l’autre quitte à risquer parfois certains conflits. Car pour trouver un trésor il faut se lever, sortir, chercher, souffrir. La vie est belle, c’est sûr, mais cela ne veut pas dire qu’elle soit facile.

    Tout notre problème se trouve ici dans la conception que nous avons justement de nos différences. La différence est une bénédiction car c’est elle qui fait que je suis moi et non pas quelqu’un d’autre, que je suis unique et pour cela tellement original et intéressant. Imaginez que nous soyons tous semblables, quelle horreur ce serait !

    Alors il est beau d’avoir des similitudes, de se reconnaître ainsi membres d’une même famille humaine, mais il est plus beau encore d’avoir des différences. Mais ces différences ne sont pas là pour que nous les regardions de loin, avec respect, comme un badaud regarde un spectacle intéressant ou un accident dans la rue. Non, la différence est le début de l’amitié. Car c’est la différence qui m’attire dans l’autre encore plus que la similitude.

    Je suis en effet appelé à élargir mon esprit et mon cœur aux dimensions de toute l’humanité. Je suis content d’être moi et pas toi, mais je sens bien que ce moi est bien trop petit, trop mesquin pour rester tout seul dans son coin dans une apparente tranquillité.

    Non, je sens en moi, si je scrute un peu le sens de ma vie, un immense appel à sortir, à me diriger avec enthousiasme vers les « différences » de l’autre, à essayer de m’en enrichir tout en enrichissant l’autre de mes différences. Alors la société devient une aventure de chaque jour, une découverte à couper le souffle, sans peur pour ma différence, qui restera toujours, même lorsque je me serai en quelque sorte mélangé avec l’autre. La maturité, la sagesse, la joie d’être un homme ou une femme aux dimensions de toute l’humanité, passent par cette dynamique bienfaisante. Si vous connaissez un cheminement meilleur dites-le moi, je pourrai essayer avec vous d’explorer encore de nouvelles pistes, mais jamais je ne me résoudrai à rester tout seul dans mon coin à « respecter » les autres !

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    SN
    Mardi 15 Mars 2016 à 10:34
    Avec tous mes respects
    2
    Hayat
    Mardi 15 Mars 2016 à 17:24
    Tu me fais prendre conscience qu''il ya un respect "limitant" et , en quelque sorte ,passif , pour ne pas dire négatif...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :