• Es-tu satisfait?

    Quelqu’un m’a demandé récemment, à la fin d’une fête merveilleuse que nous avions organisée avec une foule d’amis, si j’étais satisfait : et voilà que je me suis surpris à lui répondre que je n’aime pas ce mot « satisfait ».

    Mais le soir, en rentrant chez moi, je me suis souvenu de ce bref échange et j’ai voulu en savoir plus. Oui, pourquoi ce mot « satisfait » me dérange et me fait presque peur ?

    C’est que pour être satisfait, il faut avoir imaginé telle ou telle situation, avoir travaillé pour atteindre tel but et être tout content lorsque le but est atteint. C’est en apparence très beau et pourtant je pense que cela va tout gâcher. Car si notre vie s’organise d’un but à l’autre comme nous les espérons, il va certainement y avoir des jours où nous ne serons satisfaits qu’à moitié et d’autres jours où nous ne saurons pas satisfaits du tout !

    Je crois que vouloir être satisfait, c’est rester accroché à un passé qui nous conditionne. C’est bien de travailler de tout son cœur pour un certain but à atteindre. Si nous n’avions pas de buts, nous resterions là plantés à ne rien faire. Mais ce n’est pas le but qui va compter à la fin. Ce qui compte c’est la quantité d’intelligence, de courage, d’amour ou de persévérance que nous aurons mis à rechercher ce but. C’est la qualité de notre vie durant cette nouvelle étape qui va conditionner notre bonheur du moment.

    Mais le résultat va sans doute nous surprendre. La réalité n’est jamais comme on la rêve au départ. Et je ne veux pas du tout dire par là que la réalité est moins belle que le rêve, bien au contraire : combien de fois la réalité nous comble de surprises que les rêves les plus insensés ne nous avaient pas laissés imaginer.

     

    Alors, tout faire pour parvenir à de beaux et bons résultats, certainement. Mais ensuite accepter les évènements tels qu’ils vont se présenter et nous surprendre. Etre capables d’accueillir dans la nouveauté réelle de nouveaux défis et de nouveaux horizons qui vont nous combler bien mieux qu’une simple et pauvre satisfaction momentanée. La vie est faite pour s’ouvrir sans cesse, pas pour se renfermer sur un passé qui a pu avoir de bons côtés, mais qui est bien passé maintenant et dont on doit sans cesse se libérer pour inventer un nouvel avenir. Voilà encore un autre passepartout pour le bonheur !


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Hayat
    Samedi 3 Juin à 14:27
    Et quel passe-partout ! Je retiens plus particulièrement la dernière phrase du 4eme parapgraphe : " ce qui compte..."
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :