• Au bout de soi-même

    Combien de gens autour de nous se plaignent de leur vie triste ou médiocre. Ils auraient peut-être tous les talents, tous les ingrédients pour vivre une aventure pleine de saveur et de passion et ils sont là à se morfondre. Nous-mêmes ne sommes nous pas souvent entrainés par ce courant négatif? Pourquoi nous contenter d'une vie à moitié, alors que nous pourrions nous entraider à aller finalement au bout de nous-mêmes?

  • Toi qui as peur, toi qui as honte, toi qui es triste, toi qui es en colère, toi qui te sens mal avec les autres, toi qui voudrais fuir et te cacher, toi qui as le cœur plein d’angoisse pour le lendemain, toi qui n’as plus le courage d’avancer, écoute-moi.

    Moi aussi j’ai connu la peur et les angoisses et je les connais encore. A un certain moment de ma vie, j’ai essayé de les affronter. J’y ai mis toute mon énergie, j’ai cru que j’allais y arriver. Et au bout d’un certain temps c’est devenu pire qu’avant, avec cette impression que désormais il n’y avait plus d’espoir.

    Alors j’ai essayé de faire comme si tout ça n’existait pas, que j’étais tout de même capable de vivre malgré tout. Et puisque je ne pouvais pas affronter ma peur, j’ai essayé de m’imaginer qu’elle n’existait plus, et je me la suis cachée à moi-même. Mais voilà qu’elle revenait à chaque détour de chemin et qu’elle m’attendait comme pour se moquer de moi.

    A ce moment-là, c’est la honte qui s’est mise à me gagner, à m’envahir de tous côtés, la honte d’être moi-même, avec l’impossibilité d’avouer aux autres tous ces sentiments négatifs qui n’allaient plus jamais me lâcher.

    Puis, je ne sais comment, on aurait dit que la vie avait eu pitié de moi, et elle m’a envoyé des gens merveilleux qui m’ont accepté comme j’étais. Et pour un moment je me suis retrouvé dans ces gens. J’ai essayé de les imiter pour sortir de moi et quelque chose a réellement changé. Peut-être que ma peur allait finalement disparaître. Mais à la première occasion grave, voilà que ma peur est revenue au galop et que tout s’est écroulé de nouveau.

    Mais cette fois-ci, il y a eu une sorte de miracle. Les gens merveilleux qui m’avaient accueilli parmi eux ne se sont pas détournés de moi, ils ont continué à m’accueillir comme si de rien n’était. Et je me suis laissé prendre par leur amour. Et le miracle, c’est que j’ai commencé à voir que moi aussi je pouvais aimer, que mon amour était au fond complètement indépendant de ma peur et de mes angoisses.

    Et peu à peu toute ma vie a changé. J’ai appris à aimer et à me laisser aimer. J’ai découvert que moi-même j’étais capable de rendre des gens heureux et j’y ai pris goût. Et mon cœur s’est tellement élargi aux dimensions de toute l’humanité qu’il n’a plus cessé de battre. Mais ce qui est le plus merveilleux, c’est que la peur et l’angoisse étaient toujours là, mais elles ne me gênaient presque plus. Mais surtout elles n’étaient plus au fond de moi-même comme un monstre caché dont j’avais honte, mais comme un simple défaut de fabrication dont je n’avais même pas la faute, mais qui était là simplement comme une occasion d’aimer encore plus et de me faire encore plus aimer.

    Car cette peur et cette angoisse et tous mes autres défauts, que je n’ai pas ici le temps de nommer, devenaient comme un point commun avec les autres qui nous faisait nous sentir encore plus proches entre nous, car tous nous sommes pleins de défauts et de limites et tous nous avons besoin de nous aimer pour cela encore plus et de nous laisser aimer. Alors la vie a commencé à devenir une véritable libération et je me demande maintenant si je vais découvrir encore d’autres étapes aussi surprenantes. Mais le bonheur que je ressens actuellement et que je parviens de plus en plus à partager avec tellement de gens que j’aime, est tellement contagieux que je crois que cela me suffira désormais jusqu’à la fin de ma vie : voir pour croire ? Je vous assure que j’en suis le premier surpris, mais c’est là la plus pure vérité !

     


    2 commentaires
  • J’avais « partagé » hier, sur Facebook, une phrase publiée il y a un an dans mon blog et qui m’avait fait beaucoup de bien quand je l’avais écrite pour la première fois : « Notre relation avec le temps peut devenir chaque jour plus pacifique, moins traumatisante, si nous nous exerçons à prendre le temps comme il vient, à l’attendre de tout notre être, comme on attend une grosse vague au milieu de la mer. »

    Et voilà qu’une amie qui m’est très chère me répond en commentaire : « La grande vague au milieu de la mer me fait peur. »  Comme cela m’a gêné au premier abord !

    Alors que le premier but de mon blog est d’apporter la paix et la lumière autour de moi, voilà que je distribue la peur ? Mais toute difficulté, tout malentendu dans nos relations est toujours une occasion de s’expliquer, d’aller au fond des choses… 

    Je voudrais d’abord dire que je suis quelqu’un qui, au départ, ai peur de tout, traumatisé sans doute par des expériences négatives de mon enfance. Alors j’ai appris à accueillir ma peur, à ne pas la rejeter, à ne pas en avoir honte, à ne pas faire semblant de ne pas la voir. Et j’ai pu peu à peu m’habituer à vivre avec elle…

    La seconde étape a été d’essayer de m’oublier moi-même pour alléger la peur et les problèmes des autres, et une véritable libération a commencé…

    Mais je voudrais vous raconter un peu mieux mon expérience avec les vagues de la mer. Quand j’essayais au début d’être un peu plus courageux et de résister un peu plus fort aux vagues trop fortes qui déferlaient sur le rivage, elles finissaient toujours par me jeter par terre sur ce rivage et parfois je me faisais mal.

    Jusqu’au jour où j’ai compris que je devais abandonner le rivage, aller plus loin vers le large où je n’avais plus pied, où je ne pouvais plus m’accrocher à rien. Et c’est alors que commençait le miracle, chaque vague un peu plus forte, au lieu de me rejeter vers le bas et de me faire mal, me portait avec elle vers le haut et m’entrainait dans sa danse comme si désormais je faisais partie de la mer.

    C’est exactement ce qui se passe dans notre vie. Chaque fois qu’on sort de soi pour se tourner vers les autres, pour les aider et les aimer, tant qu’on reste ancré au rivage de notre moi, tant qu’on fait des calculs ou qu’on attend une réponse, un merci, une attention en retour, on finit par avoir très mal, parce que la vague de l’autre est trop différente de notre rivage. Mais quand on entre dans la vague de l’autre en s’oubliant complètement, parce que l’autre, si différent, est tout de même une vague d’eau bienfaisante à sa façon, alors on se laisse porter par l’autre et par cette nouvelle relation avec lui, dans cette danse de la réciprocité qui n’en finit plus de nous surprendre.

    Et quand nous retournons le soir pour nous reposer sur notre rivage, nous nous sentons fatigués peut-être de cette danse avec la vague, mais tellement transformés et enrichis par cette expérience, que nous attendons déjà avec impatience la vague du lendemain qui va nous entrainer de nouveau vers des horizons infinis où la peur existe toujours, mais tellement plus rare, tellement dépassée par cette passion qui nous a envahi au fond du cœur de nous laisser porter par toute l’humanité !


    1 commentaire
  • J’ai envie, ce matin, de continuer à parler du bonheur. C’est tellement important, le bonheur, c’est ce qui donne son véritable sens à la vie et on passe si souvent à côté de lui sans y entrer vraiment, mais comment faire ?

    Je crois que le secret du bonheur est justement dans ces clés que nous avons en main pour y parvenir et dont nous parlions dans le dernier article : « Encore des clés pour le bonheur ? »

    Nous avons conclu que le bonheur se trouve seulement lorsque nous acceptons de joindre ensemble notre propre clé avec la clé de l’autre, car la recherche du bonheur tout seul est toujours condamnée à un échec lamentable.

    Mais il existe un autre grave problème, c’est la manière dont nous utilisons notre clé pour le bonheur. Car une clé sert d’habitude pour ouvrir mais aussi pour fermer. C’est ce qu’on fait avec une porte, un coffre-fort, une voiture. Mais c’est ce qu’on ne devrait jamais faire avec le bonheur. Vous êtes surpris de mon affirmation tellement catégorique ? Mais voyons donc.

    Je peux ouvrir une porte ou une fenêtre sur le bonheur. Je peux ouvrir mon esprit ou mon cœur aussi bien que l’esprit ou le cœur des gens que j’aime, et même de n’importe quelle personne que je rencontre, sur le bonheur. Car il y a toujours un effort à faire, un pas personnel qui nous est demandé librement, pour accueillir le bonheur qui se présente à nous parfois après une longue recherche, mais aussi parfois gratuitement sans que nous y ayons pensé quelques minutes avant. On entre ainsi dans le bonheur, comme on le laisse entrer en nous et envahir tout notre être comme une eau bienfaisante qui vient nous régénérer.

    Mais le problème, c’est quand nous utilisons notre clé pour refermer notre bonheur ou pour nous refermer sur lui, lorsque je ne sais quelle peur panique nous pousse à vouloir tout d’un coup protéger notre bonheur pour qu’il ne nous échappe plus. Et c’est là que nous le faisons mourir pour toujours. Car le bonheur ne peut pas se laisser enfermer ni protéger.

    Le bonheur, c’est comme l’amour, la foi, l’espérance, cela ne peut jamais se posséder. Le bonheur se construit ou se reçoit, mais on ne pourra jamais le mettre dans un coffre pour que personne n’y touche, ou derrière un mur pour qu’il ne prenne pas de coups. On peut protéger une personne, un bien matériel contre des dangers extérieurs. On peut protéger la nature contre toutes ces attaques insensées de l’homme moderne. Mais le bonheur d’hier et même de ce matin est déjà terminé au moment où je vous écris, et le seul bonheur que j’ai maintenant c’est celui de vous écrire cet article parce qu’il me fait du bien et j’espère de tout mon cœur que ce sera l’occasion d’une nouvelle communion profonde avec chacun de mes lecteurs.

    Le bonheur se renouvelle à chaque instant et c’est ce qui fait sa grandeur. Il est comme l’eau de la mer qui se déverse sur le rivage et nous rafraîchit, mais comme ce serait stupide d’essayer de l’enfermer dans nos mains pour la porter à la maison et l’emprisonner dans une boîte : nous arriverions à la maison bien surpris de voir que notre pauvre bonheur s’est envolé en route. Comme elle est difficile, notre vie ! On ne peut jamais se reposer un seul instant sur les réalités les plus belles, comme si désormais elles nous appartenaient pour toujours. Car cette vie qui nous est donnée avec le bonheur est simplement là pour que nous l’accueillions à chaque instant et nous la fassions circuler autour de nous, et alors elle ne se desséchera jamais, mais se multipliera comme par miracle en se donnant, et c’est cela qui fait toute sa beauté et sa grandeur !


    votre commentaire
  • Voilà la belle phrase de Khalil Gebran que j’ai publiée de nouveau, il y a quelques jours, sur ma page Facebook, et j’ai vu qu’elle a touché de nombreux lecteurs, car elle est certainement très belle !

    Mais êtes-vous sûrs d’avoir bien compris ce que voulait dire notre poète ? Moi, j’avoue avoir encore des doutes sur l’interprétation à donner à ces quelques mots. Cela semble au premier abord une sorte de remerciement affectueux à nos parents qui nous ont donné la vie et qui continuent à nous accompagner de leur amour jusqu’à la fin de leurs jours. Et ce serait déjà tellement touchant d’écouter cette phrase de la sorte.

    Mais je comprends bien, à ce moment-là, la réaction d’une lectrice qui dit avec raison que tout le monde n’a pas forcément la chance d’avoir eu dans sa vie des parents à la hauteur de cet amour responsable à donner. Et chacun de nous porte au fond de lui-même des blessures plus ou moins profondes dues au fait qu’à certains moments de notre vie cet amour n’a plus coulé si facilement entre nous et nos parents.

    Moi, je vous propose ici une autre interprétation, en espérant être fidèle à l’esprit de Khalil Gebran. C’est l’amour lui-même qui est notre père et qui est notre mère. Car chacun de nous a besoin d’un père et d’une mère pour lui transmettre la vie. Et nos parents ont sans doute fait le maximum pour cela. Mais, même si c’étaient les meilleurs parents du monde, ils ont bien dû nous abandonner à nous-mêmes à certaines étapes de notre vie. Simplement par le fait que l’amour doit à certains moments laisser l’autre libre d’inventer tout seul son chemin…  

    Mais où trouver alors cet appui, ce soutien qui nous manque souvent dans les épreuves de toutes sortes ? C’est l’amour que nous portons en nous, et qui fait ce miracle de se multiplier lorsqu’il se donne, qui devient en nous la source de notre propre énergie. N’avons-nous pas fait l’expérience, un jour ou l’autre, d’être devenus un père ou une mère pour nos propres parents ? Ne sentons-nous pas que plus nous aimons nos frères et nos sœurs en humanité, plus notre cœur déborde chaque jour d’une force et d’une flamme incroyables ?

    Le monde entier ou presque pourra nous trahir et nous abandonner, l’amour qui a grandi en nous au fil des ans ne pourra plus s’arrêter, car il se recrée lui-même chaque jour par une sorte d’auto génération qui est stupéfiante. Et l’amour vrai appelle l’amour et la réciprocité. Car personne ne peut rester indifférent à cet amour qui vit seulement pour libérer l’autre, pour l’aider à respirer et à être lui-même. Alors cet autre fait entrer à son tour son amour dans le concert de notre réciprocité qui nous enrichit encore plus et l’amour de l’autre devient à son tour notre père et notre mère sans fin. Mais c’est un père et une mère qui sont simplement le secret de l’univers qui coule en nous pour toujours parce que nous avons su puiser à sa source bienfaisante que personne ne pourra plus nous enlever !


    1 commentaire
  • A la fin d’un de mes derniers articles qui avait justement comme titre « S’ouvrir sur les autres ? », une autre de mes plus fidèles lectrices, me pose cette question un peu difficile : « Peut-on se contenter d’une relation d’amour ou d’amitié qui ne dépasse pas la relation à deux ? »

    Je vous dirai tout de suite que c’est impossible. La relation à deux, qui voudrait rester « à deux » pour toujours, est condamnée, à mon avis et d’après toutes les expériences que j’ai faites et que je vois autour de moi, à finir en catastrophe.

    Mais alors, je suis en train d’aller contre toute une vision traditionnelle de l’amour entre deux personnes que notre société « catholique » nous a présentée si longtemps et qui bat de l’aile de plus en plus dans notre monde moderne ? On va penser que je suis pris par ces courants de fausse liberté qui ne croient plus à la fidélité des rapports d’amour entre deux personnes ?

    Ne vous inquiétez pas, je disais cela simplement pour vous provoquer, mais je crois que certaines provocations sont utiles. Je crois que l’amour ou l’amitié « à deux » et qui veut rester « à deux » pour toujours, est comme un bassin d’eau stagnante où le courant ne passe plus, où s’accumulent les saletés de toutes sortes, et qui devient bientôt un point de pollution insupportable qui doit être nettoyé au plus vite. Car cet amour éternel qu’on s’était promis au départ va en fait devenir un cauchemar irrespirable et l’on va tôt ou tard se séparer et en finir pour pouvoir justement recommencer à respirer.

    Je crois que tout le problème vient du fait que lorsque j’aime je crois que ce « moi » qui aime en moi est une réalité fixe, stable, immuable et bien définie, comme le « toi » qui me répond, alors que mon « moi » et ton « toi » sont en réalité continuellement en devenir. Et pourquoi cela ? Parce que mon « moi » est le fruit de rencontres ininterrompues, depuis le jour où je suis né jusqu’à cet instant où je me trouve, avec d’autres « moi » ou « toi », eux aussi en pleine évolution. Et cela ne m’empêche pas d’avoir ma personnalité, mais cette personnalité, n’est pas un objet détaché du reste de l’humanité, c’est le cœur d’un tourbillon qui peut donner le vertige.

    Alors imaginons maintenant que je sois un jeune marié. J’ai trouvé l’amour de ma vie et rien ne nous séparera plus l’un de l’autre. J’ai devant moi deux chemins bien différents. Ou bien je suis tellement heureux d’avoir trouvé ce trésor que le reste du monde ne m’intéresse plus. Ou bien cet amour, nouveau en moi et tellement fort, va être la base d’une relation complètement nouvelle que je vais partager maintenant avec toute l’humanité…

    Il est évident que dans l’amour ou l’amitié il y a bien des degrés, il y a bien des relations privilégiées et il peut très bien y avoir un amour entre deux personnes qui soit complètement unique. Mais imaginez maintenant que, jeune marié enthousiaste, je vais me rendre au travail pendant les trois quarts de la journée. Où se trouve alors mon amour ? A la maison qui m’attend et à qui je vais rêver pendant des heures sans me soucier des personnes qui me croisent durant le travail ? Avec la peur même que ma bien-aimée soit jalouse si je suis trop gentil avec certaines de mes collègues. Et puis le soir, quand j’arriverai éreinté parce que le travail aura été bien long, mais surtout parce que j’aurai eu un tas de conflits non résolus avec mes collègues, j’aurai vraiment le cœur assez fort pour aimer encore ma bien-aimée ?

    Ou bien ma bien-aimée est désormais en moi, son amour m’a changé la vie, et je peux déverser sur mes collègues, ma joie, ma nouvelle délicatesse, mon attention, sans peur qu’elle soit jalouse, car elle comprendra bien que c’est pour être fidèle à son amour que je vais essayer de servir maintenant toute l’humanité ? Alors tout va changer : je vais rentrer à la maison, fatigué, mais tellement heureux d’avoir aimé avec elle le monde entier, qu’il n’y aura plus de barrières, de cloisonnement entre notre amour et « les autres ». Ou bien notre amour aura été capable de s’ouvrir, ou bien il va vite se dessécher et ne pourra pas durer bien longtemps…


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique