• Perles de la Parole

    Ta parole, ma parole...sa parole contre la mienne. Les paroles souvent nous divisent et nous servent à critiquer ou condamner. Mais avons-nous vraiment essayé d'écouter ces Paroles de vie auxquelles nous pouvons nous abreuver chaque jour et qui sont capables de tout transformer sur leur passage?

  • « Ne craignez pas les hommes ; tout ce qui est voilé sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu. Ce que je vous dis dans l’ombre, dites-le au grand jour ; ce que vous entendez dans le creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits. » (Mt 10, 26-27)

    Pourquoi cette peur de Dieu que malheureusement nos pasteurs nous ont trop souvent communiquée pendant des siècles de la vie de l’Eglise ? Comme si cette phrase devait être utilisée pour nous obliger à être sages, puisque toutes nos bêtises et nos péchés cachés allaient un jour apparaître à la lumière du jour (c’est comme cela que cette phrase a parfois été interprétée) …

    Excusez-moi si je parle parfois sur un ton un peu provoquant, mais l’amour et la miséricorde de Jésus dans l’Evangile sont tellement clairs et évidents qu’on doit vraiment apprendre à relire l’Evangile d’une autre façon. En fait qu’est-ce qui est ici à moitié caché et qui va être finalement dévoilé ? C’est tout simplement l’amour de Dieu pour nous. C’est l’homme, en se repliant sur lui-même et ses pauvres intérêts terre à terre, qui a enfoui sous la poussière le message de l’amour de Dieu que Jésus veut maintenant nous révéler pour toujours.

    Le moment est venu de crier sur les toits la Bonne Nouvelle. Mais apparemment l’humanité n’a pas l’air d’avoir encore compris grand-chose. Alors ce moment de crier sur les toits que le Royaume des cieux est tout proche, que le Fils de l’homme est arrivé dépend peut-être simplement de nous. Mais peut-être avons-nous essayé de crier chacun tout seul dans son coin et le monde n’a presque rien compris et il a souvent rejeté le message. Le jour où nous nous aimerons vraiment les uns les autres avec Jésus présent au mieux de nous, tout deviendra sans doute plus clair. Certains ont dit que le troisième millénaire serait celui de l’Amour : pourquoi ne pas le croire et surtout donner notre vie pour un tel idéal, cela en vaut vraiment la peine !

     

     


    votre commentaire
  • « Amen, je vous le dis : vous n’aurez pas encore passé dans toutes les villes d’Israël quand le Fils de l’homme viendra. » (Mt 10, 23)

    Vous ne trouvez pas que l’Evangile est parfois amusant ? On dirait que Jésus prend plaisir à jouer avec nous, ou même à la limite à se moquer de nous, comme on le fait gentiment quand on plaisante avec des amis qui nous sont chers. Mais que veut dire cette phrase : « Vous n’aurez pas encore passé dans toutes les villes d’Israël… » ? Cela ne veut pas dire tout simplement que le Fils de l’homme sera très vite parmi nous ? Puisqu’Israël est un si petit pays et que passer dans toutes ses villes, même à pied comme au temps de Jésus, ne va pas demander un temps énorme…

    Je crois qu’en fait cette phrase va dans le même sens que celle de l’annonce imminente de la venue du Royaume. Jésus veut seulement nous dire qu’il est déjà là tout proche, que le Royaume est en train d’arriver, que l’Esprit est à portée de main, que le Père est prêt à nous protéger, toute la Trinité est sur le point de jaillir au milieu de nous…

    Mais alors, pourquoi Jésus ne nous dit-il pas qu’il est déjà arrivé, puisque c’est lui-même qui nous parle et que les disciples le voient bien ? C’est simplement que Jésus, le Père et l’Esprit attendent un signe de notre liberté pour entrer dans notre vie. Ils sont là, à deux pas, mais ils ne veulent pas nous forcer à accueillir leur présence, ils veulent nous donner le temps de comprendre ce qui nous arrive, de faire les pas nécessaires pour aller à leur rencontre… et c’est à ce moment-là seulement qu’ils seront pleinement parmi nous. Mais il n’y a pas besoin d’attendre la fin du monde pour être déjà avec le Fils de l’homme, il suffit de le vouloir et surtout de le vouloir ensemble, car c’est notre unité et notre amour réciproque qui vont définitivement actualiser sa présence au milieu de nous.

     


    votre commentaire
  • « Quand on vous livrera, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là, car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. » (Mt 10, 19-20)

    Là, c’est vraiment passionnant. Vous avez entendu parler de ces sourciers capables de trouver l’eau dans un terrain où personne n’aurait jamais deviné sa présence ? Comme un vrai miracle ? Eh bien c’est cela que Jésus nous propose de faire, et l’eau qui va nous désaltérer c’est la voix de l’Esprit Saint qui veut parler pour nous éclairer et pour éclairer le monde avec nous. C’est aussi un vrai miracle parce que personne n’est habitué au départ à se rendre compte que l’Esprit Saint est présent et à essayer de l’écouter.

    Alors va commencer ici encore une nouvelle aventure. Nous nous levons le matin en tâchant de comprendre ce que l’Esprit veut nous suggérer, déjà simplement pour organiser le programme de la journée : à qui je pourrais téléphoner pour demander des nouvelles ? A qui je pourrais apporter une aide qui lui ferait du bien ? A qui je pourrais faire aujourd’hui une bonne surprise ? Comment commencer à résoudre le problème qui m’a touché la veille ? Quels mots délicats je pourrais employer pour expliquer à mon ami qu’il se trompe, mais sans pour autant le blesser ? Je pourrais décider aussi par exemple d’écouter sérieusement ce que mon frère voulait me dire hier et que je n’ai pas bien réussi à accueillir dans mon cœur. Mille possibilités se présentent à nous à chaque instant si nous sommes un tant soit peu attentifs…

    La vie change alors complètement. Au lieu d’avancer sur mon chemin comme une pauvre feuille desséchée qui est balancée par le vent sans savoir où elle va, au hasard des circonstances positives ou négatives de notre vie, voilà que je prends ma vie en mains, ou plutôt que je demande à Dieu de m’indiquer la route et que je me laisse guider par lui. Et si j’apprends à écouter cette voix au fond de mon cœur, mais aussi au fond du cœur de mes frères et sœurs en humanité, la route va devenir tellement plus facile. C’est comme maintenant quand nous laissons démarrer le GPS pour arriver à bon port à l’adresse indiquée sans plus nous faire de souci sur la route à suivre. Invention moderne surprenante, mais Jésus et l’Esprit Saint avaient déjà inventé bien mieux il y a 2000 ans, mais l’humanité n’a pas l’air d’en avoir encore tellement pris conscience…

     


    votre commentaire
  • « Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc adroits comme des serpents, et candides comme des colombes. » (Mt 10, 16)

    Quelques erreurs à ne pas commettre devant une phrase pareille. Nous prendre pour des brebis et penser que tous les autres ou presque sont comme des loups. Ce serait tragique, cela nous ôterait la paix pour toujours, nous donnerait un complexe de supériorité par rapport au reste de l’humanité et en même temps un complexe de persécution, avec le risque de voir des ennemis partout, prêts à nous détruire. Nous deviendrions vite des malades psychiques et nous verrions toute l’humanité nous fuir… Mais c’est peut-être comme cela que beaucoup de chrétiens ont fait jusqu’à maintenant ou continuent à faire, et cela pourrait expliquer pourquoi les églises sont vides dans beaucoup de pays, en particulier en Europe occidentale.

    Alors, reprenons le chapitre tout entier de notre Evangile et remettons cette phrase apparemment terrible dans son contexte. Si Jésus nous demande d’être « candides comme des colombes », c’est d’abord que le danger n’est pas si grand que cela, sinon les colombes seraient tout de suite dévorées par les loups. Nous avons vu que, tout au long du chapitre, Jésus nous rassure, il nous dit de ne pas avoir peur, d’avoir confiance en lui, dans le Père et dans l’Esprit Saint qui sont toujours là pour nous guider et nous protéger.

    Jésus veut donc simplement nous rappeler que le suivre n’est pas une partie de plaisir, c’est une grande bataille entre le bien et le mal qui existe en chacun de nous. Nous ne devons donc jamais nous étonner si la bataille est difficile. Mais devant chaque obstacle avoir l’intelligence de l’amour qui sait éviter les coups inutiles (en étant « adroits comme des serpents »), qui ne veut pas résoudre à tout prix d’un seul coup tous les problèmes, qui sait attendre patiemment le moment d’intervenir pour distribuer l’amour que Dieu a mis en nos cœurs et qui sait surtout trouver la force de croire chaque fois qu’une solution est possible.

    A ce moment-là, la vie devient une belle aventure, une grande chasse au trésor, où les obstacles n’étonnent pas, puisque c’est la règle du jeu, mais au contraire incitent à inventer chaque jour de nouvelles stratégies pour faire triompher cet amour que Jésus a semé en nous et qui ne pourra plus revenir en arrière si nous le laissons faire. Alors nous accueillons chaque personne rencontrée au cours de la journée comme un possible partenaire qui pourra nous aider à trouver le trésor. Car si nous avons commencé à découvrir ce trésor, malgré nos limites et nos défauts, malgré notre histoire personnelle peut-être pleine de blessures, Jésus nous demande de nous unir à lui et à tous ceux qui ont commencé comme nous à le suivre. Et c’est ce torrent d’amour qui va déferler sur le monde et lui redonner la vie. Nous ne sommes plus alors des victimes potentielles mais des conquérants de l’humanité avec Jésus qui continue à ouvrir le chemin devant nous et au milieu de nous.

     


    votre commentaire
  • « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. » (Mt 10,8)

    Comme elle est pleine de sagesse, cette petite phrase ! Elle nous ramène de nouveau au secret de l’amour : accueillir et donner. Car il est évident que nous ne pouvons pas donner si nous n’avons pas d’abord reçu. Et pour recevoir il faut accueillir de tout son cœur le don de l’autre. Et quand on a reçu ce don qui nous est arrivé gratuitement, c’est là que nous avons la liberté et la responsabilité de continuer la chaîne de l’amour en donnant à notre tour ce trésor ou au contraire d’arrêter cette circulation de l’amour en mettant de côté pour nous ce trésor et en essayant de l’enfermer égoïstement dans nos possessions. C’est là toute la différence entre une relation divine et une relation humaine qui est continuellement tentée de se replier sur elle-même…

    Mais que veut dire en fait donner gratuitement ce cadeau reçu ? Cela veut dire simplement le remettre tout de suite en circulation pour en faire profiter les autres comme nous-mêmes en avons déjà profité. Mais surtout le donner sans même attendre un remerciement. Car attendre un remerciement serait déjà vouloir posséder la réponse de l’autre, l’empêcher d’être libre de nous répondre comme il voudra et quand il voudra. Et pourquoi cette gratuité ? Parce qu’en donnant gratuitement nous devenons tout à coup comme Dieu qui ne donne pas pour recevoir ensuite, mais qui donne pour la joie de donner, pour l’amour du don et en même temps par amour pour celui à qui il donne.

    C’est finalement l’expérience d’être Dieu, d’être comme Dieu, qui ne sait jamais faire autre chose que de donner sa vie jusqu’au bout. Car il serait sinon un Dieu à moitié, un Dieu impur, un Dieu qui se laisserait conditionner par la réponse positive ou négative de l’autre. Alors que Dieu est incapable d’être autre chose que Dieu, Dieu ne peut pas faire autre chose que de nous accueillir de tout son cœur et de se donner à nous entièrement, sans réserve et sans autre intérêt que notre intérêt à nous.

    Jésus ne nous demande pas de donner pour je ne sais quel commandement moral auquel nous devrions obéir, mais pour nous faire ressentir au fond de notre cœur la liberté inouïe de donner sa vie pour la joie de la donner, pour la joie de rendre libres à son tour les autres comme nous-mêmes avons commencé à être libres…

                                        


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique