• Perles de la Parole

    Ta parole, ma parole...sa parole contre la mienne. Les paroles souvent nous divisent et nous servent à critiquer ou condamner. Mais avons-nous vraiment essayé d'écouter ces Paroles de vie auxquelles nous pouvons nous abreuver chaque jour et qui sont capables de tout transformer sur leur passage?

  • « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. » (Mt 8, 8)

    C’est un mystère tout de même : ce brave centurion qui n’est même pas de la religion de Jésus mais qui a tellement foi en lui ! Comment cela est-il possible ? Cela bouleverse une fois de plus toutes les catégories dans lesquelles on aurait tendance à enfermer Dieu et la prière…

    On pourra noter deux ou trois originalités dans ce rapport entre le centurion et Jésus. D’abord le centurion ne demande rien pour lui-même. Il ne demande même pas de miracle pour quelqu’un de sa famille, ni quelqu’un d’important. Il voudrait simplement que son serviteur cesse de souffrir. Ce centurion a le cœur ouvert sur toute l’humanité, quelle qu’elle soit et en particulier sur les plus faibles et les plus démunis. Il a déjà pénétré par miracle dans le secret du cœur de Dieu.

    Sa foi ne vient donc pas d’une assurance, ni d’une conviction personnelle qui le rendrait sûr de lui. Il se sait faible lui-même et indigne de parler avec Jésus et de lui demander d’intervenir, mais c’est cela la base de la foi, cette relation d’amour que l’Esprit de Dieu suscite en nous si nous le laissons pénétrer. Cet amour qui nous rend humbles devant Dieu, mais en même temps si proches de lui, car Jésus est le premier à être humble. Le centurion n’est pas en train de faire un caprice auquel il voudrait obliger Dieu à répondre. Il sent simplement au fond de lui qu’il y a en Jésus un trésor qui est fait pour toute l’humanité et auquel nous sommes tous invités à puiser…

    Je crois que Dieu est particulièrement sensible à cette relation d’amour vrai qu’il attend de tout son cœur de voir fleurir en chaque homme, car c’est lui qui nous a créés et qui a mis en chacun de nous cette semence de foi et d’amour qui est faite pour nous relier à lui pour toujours. Alors, lorsqu’il voit que cette semence en nous commence à porter du fruit, Dieu perd la tête et il est prêt à exaucer toutes nos prières, toutes les prières que lui-même est en train de nous suggérer à travers l’Esprit qui murmure à notre cœur. C’est cela le véritable miracle : pas tellement la guérison d’une personne qui tombera de nouveau malade un jour ou l’autre, mais l’ouverture réciproque et définitive du cœur de Dieu au cœur de l’homme…

     


    1 commentaire
  •  

    [Pour nous aider à méditer sur le chapitre 8 de Matthieu, revoici quelques « perles de la Parole » de notre blog, à l’époque où nous étions plongés dans l’Evangile de Marc]

     

    « Un lépreux vient trouver Jésus ; il tombe à ses genoux et le supplie : ‘Si tu le veux, tu peux me purifier.’ Pris de pitié devant cet homme, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : ‘Je le veux, sois purifié.’ » (1, 40-41) [cf. Mt 8, 2-4]

    Ce qui est remarquable ici, c’est la formule utilisée par le lépreux qui s’adresse à Jésus : « Si tu le veux, tu peux.. » Il aurait pu dire tout simplement : « Jésus, je t’en prie, purifie-moi ! » Mais il a voulu s’adresser à ce qui fait la puissance de Dieu, son « pouvoir » et son « vouloir ». Car seul l’être, seul Dieu, est capable de pouvoir et de vouloir vraiment, il ne faut pas l’oublier. Certes nous aussi nous pouvons et nous voulons, mais comme participation à ce que Dieu, dans son dessein d’amour sur les hommes a bien voulu nous permettre de pouvoir et de vouloir avec Lui. Et combien souvent nous oublions cette vérité de base et nous commençons à vouloir et à pouvoir tout seuls, sans Lui. Combien de fois d’ailleurs nous voudrions et nous ne pouvons pas, ou bien nous pouvons et nous ne voulons pas, car nous ne vivons pas de cette unité en Dieu du « vouloir » et du « pouvoir » et nous les détournons pour nos propres intérêts.

    Remettons-nous alors bien simplement dans l’humble attitude du lépreux, en ayant  conscience que notre intérêt c’est de laisser Dieu justement vouloir et pouvoir en nous et pour nous. Et tout se fera ensuite comme par simple conséquence logique. Nous avons besoin d’être purifiés, ou peut-être consolés, encouragés, éclairés, guidés. Quel que soit notre besoin, Dieu pourra toujours y répondre, s’il pense bien sûr que c’est pour notre bien. Il suffit de mettre notre « volonté » et notre « pouvoir » à l’unisson avec sa volonté et son pouvoir à Lui et tout ira mieux. C’est bien sûr plus facile à dire qu’à faire, mais nous avons toute la vie pour nous exercer et chaque instant pour recommencer.

    « Pourquoi avoir peur ? Comment se fait-il que vous n’ayez pas de foi ? » (4,40) [cf. Mt 8,26]

    Après tous ces commentaires, il ne reste plus grand chose à ajouter. Ce chapitre est véritablement une leçon merveilleuse de foi et de confiance. Et, encore une fois, Jésus ne fait pas cette remontrance aux apôtres pour les juger ou les condamner, sinon il aurait cessé tout à coup son travail, comme on fait lorsqu’on se décourage. Non, Jésus va continuer jusqu’au bout, il va tout donner jusqu’à la fin. S’il nous secoue de temps en temps au passage, ce n’est surtout pas pour nous faire perdre courage, mais simplement pour nous réveiller un peu, se moquer de nous gentiment, comme on le fait pour quelqu’un qu’on aime de tout notre cœur. L’amour doit être fort parfois, la lumière finale qui nous attend en vaut la peine. Et même la lumière provisoire que nous pouvons accumuler sur notre chemin. Jésus nous conseille seulement d’être attentifs, de continuer le plus possible à ouvrir nos yeux, nos oreilles, notre esprit et notre cœur pour ne pas rater les occasions qui s’offrent à nous de faire fructifier la Parole.

    « Un homme possédé d’un esprit mauvais sortit du cimetière à sa rencontre. » (5,2) [cf. Mt 8,28 : à noter que Marc parle d’un possédé alors que Matthieu nous décrit deux possédés à la fois]

    Rien de plus simple et de plus beau que ces deux verbes mis ensemble : sortir et rencontrer ! La réputation de Jésus s’est vite répandue dans tout le pays et tout le monde veut le rencontrer. Mais pour le rencontrer il faut sortir. Sortir de sa maison, de son milieu, de sa routine quotidienne. Sortir de soi-même surtout, de ses habitudes, de ses préjugés, de son égoïsme. Il faut, au moins pour un moment, tout quitter pour accueillir Jésus de tout son cœur et de tout son esprit. Alors aura lieu la rencontre et ce sera une véritable rencontre, celle de la réciprocité entre deux êtres qui s’aiment et se donnent l’un à l’autre totalement.

    Cela ne devrait pas être si difficile, surtout si on pense que c’est Jésus qui a déjà fait le premier pas. C’est lui qui est sorti le premier de son ciel pour venir à notre rencontre. Mais il veut que nous fassions nous aussi notre « premier pas », pour que la rencontre soit, en quelque sorte, entre deux personnes qui se traitent d’égal à égal. Ce n’est pas tout à fait vrai puisque nous ne sommes que de pauvres créatures bien limitées, et c’est pourtant vrai car Jésus le veut : il fait comme si nous étions comme lui, il fait confiance à la partie divine qu’il a mise en nous quand il nous a créés.

    Et, une fois faite notre part, une fois que nous sommes sortis de nous-mêmes, il n’y a pas trop à se préoccuper : c’est lui qui va organiser la rencontre, qui va prendre l’initiative, qui va engager avec nous le dialogue qui va transformer notre vie. C’est lui qui va nous guérir, nous apaiser, nous encourager, nous donner la force de continuer. Tout ne va pas être résolu en une rencontre, mais, si nous le voulons, cette rencontre peut se répéter, une fois, deux fois, chaque jour, chaque instant même, si nous sommes vigilants, et alors vraiment la vie s’illuminera au-delà de tout ce que nous aurions pu imaginer.

    Et quand nous découvrons enfin que ce Jésus qui nous attend, qui désire tellement nous rencontrer, se trouve aussi en chacun de nos frères et de nos sœurs, quelle aventure se présente devant nous, à nous couper le souffle ! Il suffit d’un petit effort : sortir un peu plus chaque jour... jusqu’au jour où nous sortirons pour de bon de cette vie d’ici-bas pour rencontrer Dieu face à face et tous ceux que nous aurons aimés sur cette terre. Le passage sera sans doute difficile, mais si nous nous sommes entraînés toute la vie à sortir, ce sera seulement un acte de foi et d’amour en plus, avec une joie immense à partager ensuite pour toujours !

     


    votre commentaire
  • Après la lumière extraordinaire du discours sur la montagne qui nous a bouleversés tout au long des chapitres 5 à 7 de l’Evangile de Matthieu, j’avais franchement l’impression que le chapitre suivant allait être un simple moment de transition, le retour ordinaire à la vie publique de Jésus avec plusieurs épisodes qui sont déjà tellement connus et que nous avons pu contempler auparavant à la lecture de Marc (la guérison du lépreux, celle de la belle-mère de Pierre, la tempête apaisée ou l’épisode des esprits mauvais qui entrent dans un troupeau de porcs qui se jettent dans le lac) ou que nous retrouverons plus tard en Luc (ces mêmes épisodes et celui du centurion romain).

    Mais la Parole de Dieu est toujours la Parole de Dieu ! Commençons par nous laisser surprendre par ces nouveaux passages que l’on ne trouvait pas chez Marc. Et tout d’abord l’histoire étonnante de ce centurion romain qui vient à la rencontre de Jésus : « Jésus était entré à Capharnaüm ; un centurion de l’armée romaine vint à lui et le supplia : ‘Seigneur, mon serviteur est au lit, chez moi, paralysé, et il souffre terriblement.’ Jésus lui dit : ‘Je vais aller le guérir.’ Le centurion reprit : ‘Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. Ainsi, moi qui suis soumis à une autorité, j’ai des soldats sous mes ordres ; je dis à l’un : ‘Va’, et il va, à un autre : ‘Viens’, et il vient, et à mon esclave : ‘Fais ceci’, et il le fait.’ A ces mots, Jésus fut dans l’admiration et dit à ceux qui le suivaient : ‘Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi. Aussi je vous le dis : beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du Royaume des cieux, et les héritiers du Royaume seront jetés dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents.’ Et Jésus dit au centurion : ‘Rentre chez toi, que tout se passe selon ta foi.’ Et le serviteur fut guéri à cette heure même. »

    On trouve encore un deuxième passage original, par rapport à Marc, avec en particulier le verset 17 : « Ainsi devait s’accomplir la parole prononcée par le prophète Isaïe : ‘Il a pris nos souffrances, il a porté nos maladies.’ » Une belle synthèse de la mission de Jésus.

    Mais un paragraphe très intéressant, qu’on trouvera aussi chez Luc, est celui des versets 19 à 22 : « Un scribe s’approcha et lui dit : ‘Maître, je te suivrai partout où tu iras.’ Mais Jésus lui déclara : ‘Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer sa tête.’ Un autre de ses disciples lui dit : ‘Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père.’ Jésus lui dit : ‘Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts.’ » Ce sont vraiment des phrases étonnantes…

    On lit et on relit ce chapitre tout entier que l’on croit connaître presque par cœur, et voilà soudain que se fait une grande lumière que je voudrais partager avec vous. Ce petit chapitre rapide, de transition, peut devenir en réalité une révolution totale de notre vie. D’abord parce qu’il va changer complètement notre relation à la foi, et partant de là, notre relation à Dieu lui-même.

    Qu’on le veuille ou non, l’homme se cherche toujours des assurances, des certitudes sur lesquelles baser sa vie. Cela ne part pas d’une mauvaise intention. Je dois bien savoir qui je suis, qui est Dieu, dans quelle direction progresser. Tout cela n’est pas faux. Mais est-ce que ces assurances peuvent vraiment suffire quand on marche à la suite de Dieu ?

    On voit tout de suite, évidemment, que les intérêts matériels, purement terre à terre, qui nous préoccupent le plus souvent, sont un obstacle terrible qui nous empêche d’accueillir le Christ dans notre vie. C’est ce qui arrive aux habitants du village dont viennent les porcs qui se sont jetés dans le lac avec les esprits mauvais. Ils n’ont même remarqué que les deux possédés (qui sont certainement les parents de l’un ou l’autre des ces villageois) avaient été guéris, ils n’ont même pas remercié Jésus pour ce miracle. Ce qui les préoccupe seulement c’est la perte matérielle que Jésus leur a ainsi occasionnée. « Voilà que toute la ville sortit à la rencontre de Jésus ; et lorsqu’ils le virent, les gens le supplièrent de partir de leur région. » C’est une image du monde qui ne pense qu’à soi et à ses possessions et qui ne sera jamais capable d’ouvrir son cœur  sur l’amour de Dieu qui les attend.

    Mais est-ce que les disciples de Jésus font tellement mieux ? Eux qui auraient dû commencer à comprendre que Jésus était vraiment l’envoyé de Dieu, sinon encore le Fils même de Dieu, eux qui devraient être pleins de confiance en lui et en sa protection, voilà qu’ils prennent peur à la première occasion et qu’ils le secouent dans son sommeil, comme si tout à coup sa présence était devenue inutile : « Ses compagnons s’approchèrent et le réveillèrent en disant : ‘Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus !’ Mais il leur dit : ‘Pourquoi avoir peur, hommes de peu de foi ?’ »

    Il est tout de même étonnant que l’exemple que l’Evangile nous donne à suivre, n’est pas celui des disciples qui devraient être si proches de lui, mais de ce pauvre lépreux rejeté par la société et de ce centurion qui n’est même pas de la religion de Jésus. Ce qui distingue ces deux figures exceptionnelles des autres, c’est leur confiance absolue en Jésus. Une confiance pleine d’amour qui ne raisonne pas, mais qui se jette en Jésus du plus profond du cœur. « Un lépreux s’approcha, se prosterna devant lui et dit : ‘Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier.’ » Et devant le centurion, voilà que Jésus nous dit justement : « Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi. »

    Il y a ici, entre les lignes une leçon de foi et d’amour qui est du même niveau que la révolution des béatitudes. Il ne sert à rien d’être disciple de Jésus si on n’est pas capable de se jeter en Lui dans l’instant présent. Ce qui veut dire que la foi ne sera jamais une acquisition, une certitude que l’on « possède », une garantie qui nous rend forts ou meilleurs que les autres, une supériorité sur ceux qui ne connaissent pas Jésus. Non, la foi n’est pas une doctrine apprise à l’école, une information sur la divinité du Christ et sa toute-puissance. Sinon les premiers à avoir la foi devraient être le diable et les esprits mauvais, car ils savent bien qui est Jésus et qui est Dieu, mais cela ne leur sert à rien, car ils n’aiment pas.

    La foi que demande Jésus est simplement l’amour confiant d’un fils qui se jette dans les bras de son père aimant, sans condition, sans hésitation, sans peur, quelles que soient les apparences. Autrement dit la foi à laquelle Dieu nous invite ne regarde que très peu le passé, les belles découvertes que nous avons faites hier sur la puissance de Dieu, mais la foi est toujours tournée vers cet instant présent où je dois aimer et cet avenir à construire selon la loi de Dieu. Il ne sert donc à rien de proclamer le jour de Pâques : « Jésus est ressuscité », si l’instant d’après nous nous plaignons de la première personne qui nous dérange, si nous n’arrivons pas à ressusciter concrètement avec Jésus au milieu des mille problèmes de la vie de tous les jours. La foi véritable en la résurrection est celle du disciple qui laisse Jésus ressusciter aujourd’hui au milieu de l’humanité malade et souffrante et qui sait passer, en aimant, de la mort à la vie, de la croix de chaque jour à la résurrection. Tout le reste ne nous sert à rien au moment de l’épreuve.

    Et c’est aussi pour cela que Jésus déclare à qui veut le suivre : « Le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer sa tête. » Nous revoilà encore dans la logique des béatitudes, de cet amour pauvre qui refuse de posséder, car posséder voudrait dire s’arrêter sur soi-même au lieu de sortir de soi à chaque instant pour se donner à Dieu et aux autres. Si nous voulons vraiment suivre le Christ, nous n’avons pas à chercher en Lui un refuge tranquille qui nous protège contre les problèmes de ce monde, nous avons seulement à nous laisser porter par la vague de son amour infini qui se repose dans son mouvement même de donation qui ne s’arrête jamais car l’amour se recrée et se renforce par la dynamique même qu’il porte en lui dans la réciprocité des Trois Personnes de la Trinité que nous avons commencé à connaître…

    Cela balaye d’un coup toute cette pauvre supériorité que, nous chrétiens, nous nous sommes créée au cours des siècles.  Chaque fois que nous nous sommes sentis les « fils du Royaume » et que nous avons jugé le monde entier et tous ceux qui « n’avaient pas la foi », du haut de notre pauvre orgueil déplacé. Cette supériorité malheureuse que Dieu lui-même est en train de nous enlever peu à peu, heureusement, pour nous faire découvrir enfin la liberté de n’avoir rien d’autre à faire que de nous donner entièrement à Lui et à nos frères et sœurs en humanité tout au long de notre vie. Car c’est là et là seulement que la foi véritable de Dieu peut pénétrer en nous, nous transformer en son amour et nous faire participer « au festin du Royaume des cieux » dès ici-bas sans attendre…


    1 commentaire
  • « Tout homme qui écoute ce que je vous dis là et le met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a bâti sa maison sur le roc. » (Mt 7,24)

    Comme c’est facile, au fond, de vivre l’Evangile ! il suffit d’ « écouter » la Parole de Dieu et de la « mettre en pratique ». Et « écouter » c’est déjà « mettre en pratique », parce qu’on ne va évidemment pas écouter cette Parole pour faire ensuite exactement le contraire de ce qu’elle nous demande.

    Il suffirait donc là aussi de se lever chaque matin en dirigeant l’oreille de notre cœur et de notre esprit vers la Parole de Dieu, celle qui est écrite déjà dans l’Evangile et celle que l’Esprit Saint nous suggère à chaque instant au fond de notre conscience, ou indirectement par la voix des personnes que Dieu met sur notre chemin, tout au long de la journée.

    Il faut évidemment écouter avec un cœur tellement pur et libéré que l’on comprend bien clairement le message que Dieu nous adresse, car ce serait terrible de penser écouter et de comprendre finalement le contraire de ce que Dieu veut nous dire. Cela demande beaucoup d’exercices de chaque jour, pour ne pas confondre les niveaux ou les contextes ou les conseils de toutes sortes.

    Puis rappelons-nous toujours aussi que la présence de Jésus au milieu de frères et sœurs qui s’aiment, unis en son nom, est comme le haut-parleur de la voix de l’Esprit en nous, qui nous aide à bien distinguer la voix de Dieu de toute la confusion qui nous arrive à chaque instant des sollicitations du monde qui nous entoure. Sans non plus nous méfier de ce monde autour de nous qui est souvent porteur de messages de Dieu pour nous, parfois à travers les plus pauvres ou ceux qui souffrent. Quand on apprend à « écouter », on finit par trouver la voix de Dieu partout et le chemin devient tellement plus beau et attirant… à condition justement de commencer par écouter avant de vouloir agir ou parler nous-mêmes en premier…

     


    votre commentaire
  • « Il ne suffit pas de me dire : ‘Seigneur, Seigneur !’ pour entrer dans le Royaume des cieux ; mais il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux. » (Mt 7,21)

    Encore une petite phrase apparemment si simple et que nous connaissons par cœur… sans peut-être avoir jamais découvert son mystère ! Alors arrêtons-nous aujourd’hui pour essayer de comprendre…

    La plupart de nos prières portent souvent des fruits décevants. Nous passons notre temps à demander à ce Dieu qui devrait nous aimer de nous combler de cadeaux, de bonheur, de solutions à nos problèmes, d’assurances pour le futur, de garanties pour notre santé, notre famille, notre travail ou même de véritables miracles qui vont changer toute notre vie… et bien peu de choses se passent comme nous l’aurions souhaité, il faut bien l’avouer.

    Est-ce par ce que nous ne savons pas prier ? Est-ce parce que nous ne sommes pas cohérents, que nous prions, mais que nous ne faisons pas cette volonté de Dieu qui nous attend ? Il doit bien y avoir une erreur, une faute dans notre parcours.

    Tout le discours sur la montagne, que nous venons de contempler et de méditer en détails depuis quelques temps, est là pour nous rappeler certainement l’essentiel de cette « volonté de Dieu », et nous pourrions y revenir pas à pas, depuis les béatitudes jusqu’à la prière du Notre Père et tous les conseils merveilleux que Jésus nous a donnés…

    Mais il est un mot, si petit, si apparemment ordinaire, qui va peut-être à lui tout seul nous faire pénétrer dans le secret de Dieu : c’est ce verbe « entrer ». Dieu n’est pas là d’abord pour nous « donner » je ne sais quel bienfait qui nous manquerait et pour satisfaire notre désir illusoire de « posséder » enfin le bonheur. Non, Dieu veut que nous marchions tout à coup vers Lui, que nous sortions de nous-mêmes et que nous « entrions » dans son paradis. Car le Paradis de Dieu, la vie de la Trinité qui est aux cieux, n’est pas une réalité que nous pouvons contenir ou enfermer dans nos possessions, mais un courant d’amour dans lequel Dieu nous invite à nous jeter en toute confiance, sans plus regarder en arrière.

    Et comme nous avons compris en même temps que le cœur du frère ou de la sœur qu’il place sur notre chemin est aussi une « porte étroite » privilégiée pour nous faire pénétrer dans le Royaume, tout est prêt maintenant pour notre « saint voyage » vers le paradis. Nous n’avons plus qu’à nous lever chaque matin en nous demandant par quelle porte Jésus veut aujourd’hui nous faire entrer chez Lui et chez le Père avec Lui dans l’Esprit. La vie devient tout à coup tellement plus simple et notre prière avec elle tellement plus essentielle et efficace. A essayer pour voir…


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique