• Perles de la Parole

    Ta parole, ma parole...sa parole contre la mienne. Les paroles souvent nous divisent et nous servent à critiquer ou condamner. Mais avons-nous vraiment essayé d'écouter ces Paroles de vie auxquelles nous pouvons nous abreuver chaque jour et qui sont capables de tout transformer sur leur passage?

  • « Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et la rouille les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. » (Mt 6, 19-21)

    « Trésors… trésors… trésor… cœur » L’Evangile est une véritable chasse au trésor, si on se laisse faire, un grand jeu d’amour pour remplir notre cœur de joie ! Eh oui, Jésus pense tout le temps à notre cœur, car lui aussi s’est fait homme avec un cœur divin et humain à la fois qui bat et palpite comme le nôtre, un cœur qui sait se pencher sur ceux qui souffrent, qui sait aimer jusqu’à la folie et donner sa vie jusqu’à son dernier battement.

    Mais ce qui est intéressant ici, c’est que Jésus nous parle de trésors que nous-mêmes allons nous créer sur la terre pour le ciel. Il sait bien que le premier trésor que nous avons reçu, c’est la vie même de Dieu en nous, c’est notre propre vie, qui est une goutte de divin descendue sur la terre. Mais il nous demande d’inventer nous-mêmes nos propres trésors et les trésors que nous pouvons nous offrir les uns les autres en vivant l’amour réciproque. Car il ne veut pas être lui tout seul la source de notre bonheur, il veut que nous participions pleinement au développement même de la création qui passe à travers nous : quelle confiance incroyable en cette humanité qu’il sait pourtant si faible et si fragile ! On n’en finit pas de s’émerveiller !

    Et ces trésors que nous nous construisons dès ici-bas dans le ciel, ce n’est pas autre chose que la vie de Dieu en nous que nous avons accueillie de tout notre cœur et que nous avons laissée se développer en nous et déborder sur les autres. C’est notre pain de ce jour que nous avons partagé avec nos frères. C’est ce pardon que nous avons libéré en nous pour aimer les autres comme Dieu les aime. C’est la vie des béatitudes que nous avons laissée devenir peu à peu notre propre respiration : la paix, la justice, la miséricorde, la pureté, l’esprit de pauvreté, tous ces trésors qui ne meurent jamais car personne ne peut les détruire ou nous les voler. Quelle chance pour nous d’avoir découvert ce Dieu qui est inattaquable, contre lequel le mal ne peut rien car il ne possède rien qui puisse lui être dérobé, il est seulement un grand courant d’amour réciproque et infini qui ne sait pas s’arrêter ! Vivre l’Evangile, c’est se brancher chaque jour et pour toujours à la source de cette eau bienfaisante qui jamais ne s’épuisera !

     


    votre commentaire
  • « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés… Car si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes. » (Mt 6,12.14-15)

    Encore la prière du « Notre Père », cette communication directe avec le paradis, comme si de rien n’était. Mais cette fois-ci, il y a une explication et je vous avoue que je n’aime pas beaucoup l’explication. En fait, si on regarde un peu superficiellement les deux dernières phrases, on pourrait y voir une sorte de chantage de la part de Jésus et du Père : « Si vous êtes gentils avec les autres, nous serons gentils, nous aussi, avec vous… sinon… ! » Vous imaginez le Père nous menacer ? Je crois plutôt que c’est simplement une manière pédagogique de pousser l’homme sur le bon chemin en l’effrayant un peu, comme on le fait avec un enfant qui n’a pas toute la maturité pour comprendre la portée de ses actes.

    Mais quand on est entré dans le « secret du Père », comme nous en avons déjà longuement parlé, la vérité saute aux yeux du cœur et de l’âme, tellement plus simple. D’abord ce rappel que nous ne prions jamais Dieu pour nous seuls, chacun dans son coin. Nous sommes toujours en cordée avec nos frères et sœurs en humanité et avec Jésus lui-même pour pouvoir monter vers le Père et parler avec Lui, comme si nous étions face à face.

    Mais c’est là que se pose le problème principal : il y a des conflits entre les hommes qui dégénèrent en jugements réciproques, puis peu à peu en actes hostiles ou violents, en haine et en guerres de toutes sortes. La montée vers le Père va-t-elle donc devenir impossible, puisqu’une partie de la cordée refuse d’avancer ? Et souvent nous-mêmes faisons partie de ce groupe qui a décidé de se bloquer là, si les autres ne font pas comme nous voulions. Alors que faire ?

    Encore une fois, c’est à la fois terriblement simple et terriblement difficile. Mais c’est pour cela que Jésus est descendu sur terre, pour nous montrer la route à suivre. Nous devons comprendre une fois pour toutes que ce Dieu qu’on appelle « tout puissant » est « incapable » de faire certaines choses. Mais oui, il est incapable de haïr, de se venger, de porter de la rancune ou simplement de se fâcher. Dieu est et restera toujours fidèle, quelle que soit notre attitude. Il souffrira de nous voir avec le cœur si dur, mais Lui ne changera jamais rien à son amour éternel. Car Lui est Amour, et s’il s’arrêtait d’aimer, c’est comme s’il cessait d’être Dieu.

    Alors la leçon est ici bien claire. Jésus et le Père ne nous demandent pas tellement de regarder en face ceux qui nous font du mal et de sentir tout à coup que nous les aimons de tout notre cœur, ce serait un acte faussement héroïque, contre nature. Ils nous demandent de nous concentrer sur cette vie divine que Dieu a semée en nous et de la laisser se développer malgré les obstacles et peut-être même grâce à ces obstacles. Car la première fois qu’on parvient à pardonner sincèrement à ceux qui nous ont fait du mal, on sent une véritable libération. On échouera bien des fois avant que la nature divine l’emporte en nous et on recommencera. On ne devient pas saint du jour au lendemain, mais chaque fois que nous laisserons Dieu pardonner en nous, nous nous sentirons tellement légers que peu à peu nous serons gagnés par cette nouvelle respiration divine qui nous transformera de fond en comble. Et la plus belle surprise sera de découvrir que nous aussi nous avons déjà été bien souvent pardonnés, sans même nous en être rendu compte. Et le pardon réciproque sera le début d’une amitié et d’une unité spirituelles qui feront justement de nous cette cordée qui va commencer à monter vers le Père, en montrant en même temps le chemin à tous ceux qui ont encore peur de faire le premier pas, mais qui seront un jour ou l’autre gagnés par l’amour… si nous ne nous arrêtons pas en chemin.

     


    1 commentaire
  • « Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. » (Mt 6,11)

    Ici encore, on pourrait s’étonner de cette invitation de Jésus à demander au Père « notre pain de ce jour », notre pain de chaque jour. Lui-même ne nous dira-t-il pas un peu plus loin que le Père sait bien de quoi nous avons besoin, et que par conséquent nous ne devons pas nous préoccuper de savoir ce que nous allons manger ou boire demain, ou de quoi nous allons nous habiller ?

    Il est évident que le Père, qui nous a déjà tout donné en nous créant et qui continue à nous soutenir, à nous aider, à nous fortifier tout au long de notre vie, sera toujours là avec sa providence…

    Mais c’est toujours la même logique : la requête que nous adressons maintenant au Père est surtout une excuse. Car le but de Jésus n’est pas seulement de nous combler des dons du ciel, mais de nous faire entrer encore une fois dans la dynamique de l’accueil et du don qui est la respiration de la Trinité. Au-delà du « pain » que le Père va nous donner, c’est cette relation d’amour entre le Père et nous qui va changer complètement notre vie, si nous nous prêtons à ce jeu-là.

    Car le Père a besoin de notre accueil conscient pour nous « donner » vraiment. Sinon nous avancerons comme des aveugles qui ne se rendent même pas compte de toute la richesse dont Dieu est en train de nous combler à chaque instant.

    Chaque mot est donc tellement important dans cette petite prière ! « Donne-nous » : c’est d’abord ce don gratuit de Dieu qui ne demande rien en échange : il veut seulement que nous entrions sous son regard et que notre regard croise le sien. Et ce « nous » qui se répète dans le « notre Père », est encore la garantie que nous allions toujours à lui tous ensemble, car nous ne pourrons jamais entrer chacun tout seul dans ce paradis des relations divines qui a commencé à nous envahir avec Jésus.

    Puis le « pain » est évidemment tellement important. Car le « pain » est le symbole de ce qui est nécessaire pour vivre. Sans nourriture, la vie va très vite s’arrêter. La vie est faite de telle sorte qu’elle doit se recréer chaque jour et c’est cela qui fait à la fois sa beauté et sa difficulté. Alors, tout ce dont nous avons besoin va entrer maintenant dans notre prière, des choses matérielles dont notre corps a besoin, en particulier pour notre santé, jusqu’à ce qui va combler notre esprit, notre cœur et notre âme. Car chaque jour nous avons besoin de paix, de bonheur, de lumière et d’amour, sinon la vie perdrait tout son sens.

    Et puisque le cœur de notre vie, ce sont finalement nos relations avec les autres, qui nous font être à l’image de Dieu qui est lui-même relation éternelle, nous allons demander chaque jour au Père de nous donner nos relations de ce jour. Nous allons lui demander de voir nos frères et nos sœurs en humanité avec un regard toujours nouveau. Et cette dynamique va tout changer, car les personnes que nous avons aimées hier, ou celles avec lesquelles le rapport a été difficile, vont nous arriver aujourd’hui toutes nouvelles, comme le cadeau de ce jour. « Notre Père », donne-nous aujourd’hui notre famille de ce jour, nos amis et nos amies de ce jour, nos frères et sœurs, parents et enfants, compagnons de voyage de ce jour. La vie va devenir alors une aventure merveilleuse que nous allons consciemment recevoir et accueillir de la main du Père comme la plus belle des surprises, même si parfois les surprises du Père sont difficiles à porter, mais c’est là que nous allons revivre en nous la mission de Jésus que le Père a envoyé sur terre pour donner au monde la vie qui lui manquait. Et à ce moment-là les croix et les difficultés de chaque jour vont, elles aussi, prendre tout leur sens et nous allons entrer encore plus dans le secret du cœur de Dieu !

     


    1 commentaire
  • « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. » (Mt 6,10b)

    Cette fois-ci la phrase est un peu plus simple à comprendre. Certains peuvent être gênés par ce fait de vouloir faire la « volonté » de Dieu, parce que dans notre monde moderne, on est de plus en plus en plus allergique à l’idée de devoir obéir à la volonté d’un autre…

    Mais d’abord Dieu n’est pas un « autre » comme les autres. Il est la source de notre vie, il est plus intime à notre âme que nous ne le sommes nous-mêmes. Et sa volonté est complètement désintéressée, ou plutôt intéressée uniquement et totalement à notre bien, qui est celui de recevoir le plus possible son amour…

    Alors, quand tout cela est bien clair, je crois qu’il n’y a plus qu’à se laisser bercer par cette prière, comme on se laisse bercer par les paroles d’amour qui sortent de notre cœur pour une personne bien aimée. Demander au Père que sa volonté « soit faite sur la terre comme au ciel », c’est comme entrer dans un rêve, un rêve inouï, impossible, et demander à Dieu tout simplement de le réaliser.

    Jésus nous propose, comme si c’était la chose la plus normale de ce monde, de demander au Père de déverser sur nous, comme si de rien n’était, tout le paradis qu’il vit avec le Père et l’Esprit de toute éternité au cœur de la Trinité !

    C’est comme si on se rappelait tout à coup, tous ensemble, les plus grands moments de bonheur de notre vie, la plus grande joie que nous ayons jamais connue, le plus grand moment d’amour, la plus grande amitié, le plus grand instant de contemplation ou d’harmonie… Comme si nous revivions en souvenir le plus beau voyage jamais entrepris dans notre vie, ou si nous nous rappelions le plus beau paysage, la plus belle émotion artistique… Et puis en mettant tout cela ensemble, dans une synthèse impossible, voilà que nous essayons d’imaginer que le paradis doit être encore mille fois plus beau que tout ce bonheur condensé… et nous demandons à Dieu, comme la requête la plus simple de ce monde : « Commence à nous faire entrer dans tout ce paradis, dès ici-bas, sur cette terre, emmène-nous avec toi dans ta Trinité, inonde-nous de ton amour sans fin… »

    Nous ne savons même pas ce que nous demandons, c’est tellement miraculeux, et pourtant c’est bien ce que Jésus nous pousse à demander, car c’est pour cela que lui-même est descendu sur la terre et qu’il nous a donné sa vie, tout entière. Ce n’est pas pour rien qu’un Dieu décide tout à coup de se déplacer et de se donner tout entier… Quand on commence à imaginer un tout petit peu cet amour tellement infini, on a le vertige, on se dit que probablement il s’agit d’un rêve qui ne se réalisera jamais. Mais ce n’est pas un rêve : comme les apôtres ont bien vu et touché un Dieu en chair et en os, voilà que Dieu nous invite à toucher de la main et du cœur son paradis et à le laisser vivre en nous et au milieu de nous. Combien les circonstances extérieures de notre vie deviennent soudain relatives et secondaires… et nous n’avons plus de temps à perdre, car chaque seconde de notre vie sur cette terre peut être désormais un moment de paradis à partager avec tous ceux qui nous entourent et la vie devient alors une aventure inimaginable. C’est tout cela que Jésus a voulu nous dire, même s’il sait bien que nous allons souvent tout gâcher, mais il nous donnera en même temps à chaque fois la force de nous remettre debout et de demander encore, et de vivre sans fin ce trésor qui a commencé à bouleverser notre existence ! 


    1 commentaire
  • « Que ton règne vienne. » (Mt 6, 10a)

    Ici encore une phrase incroyable de seulement quatre mots, qui peut changer toute notre vie…

    On doit évidemment dépasser le malaise que représente aujourd’hui le mot « règne » ou « royaume » qui n’est plus tellement à la mode, à l’époque de la démocratie. Mais on peut comprendre que le règne de Dieu que Jésus nous présente veut simplement dire une famille qui vit en harmonie, sans division, sans conflit, dans une paix totale où les différences sont seulement là pour souligner encore plus la beauté de la réciprocité : c’est la famille de la Trinité, la source de vie de toute la création, qui nous invite avec Jésus à entrer en elle et à vivre pleinement de l’accueil et du don réciproques des trois Personnes divines qui se répondent à l’infini entre eux et entre nous, comme la respiration de l’univers.

    Et voilà que cette vie d’amour infini est descendue sur terre en Jésus, elle est maintenant à portée de main, elle est notre cadeau de mariage avec la Trinité, mais c’est en même temps un cadeau que Dieu ne veut pas nous offrir de force, contre notre liberté. Et Jésus nous propose alors d’inviter le Père à « venir », à entrer chez nous tout simplement, comme le plus beau des amis que nous avons seulement à accueillir, en lui laissant toute la place qu’il lui faut pour qu’il se sente à l’aise, pour qu’il puisse partager les cadeaux qu’il a préparés pour nous… On croirait rêver !

    Le Père, le Dieu tout puissant, le créateur de l’univers, la source de l’humanité, s’est arrêté au seuil de notre cœur et de notre demeure et il attend un signe de nous pour entrer, pour nous inonder de son bonheur et de ses béatitudes ! Quel amour et quelle délicatesse en même temps ! Et Jésus nous invite ainsi à prier le Père de « venir » et en même temps il nous donne le secret de ce qui peut attirer réellement le Père à venir habiter parmi nous : vivre déjà avec Jésus selon la loi du ciel. Car si le Père décide vraiment de descendre lui aussi parmi nous avec le Fils et l’Esprit, il ne nous abandonnera plus jamais, son alliance nouvelle va être définitive. Et elle est en fait définitive depuis la résurrection de Jésus après l’épreuve de la mort sur la croix. Le Père est venu pour toujours parmi nous et nous n’avons plus qu’à le laisser vivre en nous, nous aussi pour toujours…

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique