• Accueil

    Cliquez en haut à droite de l'écran pour ouvrir la rubrique que vous voulez, ou bien regardez le menu à gauche de l'écran, envoyez-nous vos commentaires et vos suggestions: bon voyage! Vous pouvez aussi vous inscrire à la newsletter si vous désirez être informés de la publication de tout nouvel article.

  • Oui, ce n’est pas gentil, mais notre blog va prendre maintenant deux mois de vacances, pour diverses raisons. Mais soyez tranquilles, je n’oublie jamais mes lecteurs et je vais pouvoir mieux me préparer encore pour l’avenir, voir comment faire connaître un peu mieux toutes nos idées positives partout où elles pourraient arriver.

    Comme d’habitude j’aurais vraiment besoin de vous, de vos idées, de vos commentaires, de vos remarques, de vos propositions, car c’est toujours ensemble qu’on peut le mieux progresser. En tous cas, je sens que vous êtes tous une sorte de nouvelle famille pour moi qui me donne bien du courage pour aller de l’avant.

    [Deux échos parmi d’autres de ces derniers mois : « J’aime beaucoup, beaucoup tes articles ! Ça éclaire mes journées… mes moments un peu ‘ternes’ ! Merci, merci pour ton ‘souffle’, ta persévérance ! » et : « Tout ce que tu écris touche le cœur ! » Merci vraiment, mais n’hésitez pas non plus à m’envoyer des critiques constructives… A bientôt !]

     

     


    1 commentaire
  • Pour aider mon lecteur, souvent un peu perdu, je vais essayer chaque mois de reprendre les titres des articles récents pour vous inviter à les lire ou à les relire.

    Vous trouverez d’abord deux articles de la rubrique « Perles de la Parole » qui sont les derniers articles sur l’Evangile de Marc : quel souffle et quelle ouverture sur des horizons sans fin : « Le saut dans un inconnu déjà connu. » et « Dieu avec nous. »

    Dans « Interdépendance », vous trouverez : « Désir fou d’indépendance. » C’est un thème d’actualité avec ce qui se passe aux quatre coins du monde en ce moment… sans juger, en essayant de comprendre ce qui est en jeu.

    Dans « Des mots pour de bon », vous pourrez lire ce mois-ci des « Proverbes persans », tellement pleins de sagesse orientale.

    « Au cœur du verbe » vous essayerez de comprendre en deux articles comment vous protéger : « Se protéger de l’intérieur. » (1 et2). C’est la force intérieure partagée qui est finalement la solution à tout.

    Notre rubrique « Batailles » s’en prend à tous ces slogans souvent bien mesquins ou égoïstes qui envahissent de plus en plus nos réseaux. « Pauvre sagesse » (1-2-3) et aussi « Pauvre homme ! » Mais je crois que c’est la vie ensemble qui nous sortira du repliement sur soi, source de toutes les catastrophes.

    Dans « Au bout de soi-même », vous trouverez comment faire grandir en nous l’amour : « J’ai seulement besoin de t’aimer. »

    « Méfiance aveugle ? » est une réaction un peu forte devant le manque de confiance qui envahit de plus en plus la société. (Rubrique : « Désorientés »)

    Et enfin deux articles intitulés « L’enfer, c’est les autres ? » (1 et 2), nous montrent combien nous aurons encore bientôt besoin les uns des autres… (Rubrique « Reflets du paradis »)

     

    Et… bonne lecture !


    votre commentaire
  • Profitez des vacances du blog (du 24 juillet au 15 août) pour relire les vieux articles, c’est toujours intéressant. Aujourd’hui je vous propose :

     

    La parabole de l’arak (du 26/11/2015 dans « Interdépendance »)

    Vous connaissez la parabole de l’arak ? A vrai dire c’est moi qui l’ai inventée. Mais je suis sûr que d’autres ont dû l’inventer avant moi, car elle me paraît tellement évidente.

    Mais j’oubliais : si vous n’êtes jamais venus au Liban, vous ne savez peut-être même pas ce qu’est l’arak. C’est une sorte d’anisette, la boisson nationale des chrétiens libanais qui ne manque jamais d’accompagner tous les repas de fête au long de l’année et qui réchauffe l’atmosphère, s’il en était besoin.

    Une bouteille d’arak transparente semble de loin comme une simple bouteille d’eau. L’arak n’a pas de couleur. Mais si vous le mélangez à de l’eau ou à des glaçons pour l’adoucir un peu (car c’est un alcool assez fort tout de même !) voilà qu’il devient blanc comme par miracle.

    Et ma parabole dans tout cela ? Elle est très simple. Imaginez qu’on vous présente un verre à moitié rempli d’arak. Vous y versez une goutte d’eau, puis une deuxième goutte d’eau, puis une troisième et ainsi de suite. Au début il ne se passe apparemment rien. L’arak est toujours transparent. Mais, à un moment donné, on commence à voir, à la surface de notre boisson et même à l’intérieur, de petits filaments blancs qui dessinent des formes curieuses en train de se balancer. Puis ces filaments s’épaississent et, à un certain moment, voilà que tout le contenu du verre est devenu blanc de manière harmonieuse.

    S’il a fallu 30 gouttes d’eau pour obtenir ce résultat surprenant et si je me mets à observer bêtement sans réfléchir, je vais croire que la goutte numéro 30 a une force extraordinaire puisque c’est à son arrivée que tout est devenu blanc. Les trois premières gouttes étaient au contraire bien faibles puisqu’elles n’ont rien pu faire…

    Mais évidemment un enfant comprendrait que toutes les gouttes étaient de la même force et de la même valeur. Pour que la 30e goutte obtienne un tel résultat il a fallu la patience de toutes les autres, leur travail assidu, silencieux et sans doute méconnu. Mais, à la fin, chacune a joué le même rôle, aucune goutte n’est meilleure ou plus importante que l’autre. Tout ce qui a changé c’est la succession dans ce travail à la chaîne : certaines ont commencé péniblement l’œuvre à accomplir et d’autres l’ont achevée dans la gloire.

    Combien cette petite expérience se répète-t-elle souvent dans notre vie de tous les jours. Combien de fois nous tombons nous-mêmes dans ce piège de croire que telle ou telle personne est extraordinaire parce qu’elle a tout changé, ou de croire que moi-même je suis meilleur que les autres car j’ai obtenu un résultat formidable. Et nous oublions simplement de penser humblement que nous sommes seulement un maillon de cette chaîne merveilleuse qu’est toute l’humanité. Et si j’ai pu parfois ouvrir une nouvelle route, apporter un peu de lumière à mes compagnons de voyage, j’en ai sans doute un certain mérite, mais je n’aurais jamais rien pu faire d’aussi positif si des milliers et des millions de personnes n’avaient ouvert de nouvelles routes ou éclairé un peu plus notre chemin avant moi.

    Alors, c’est bien d’être fier parfois de ce qu’on a pu réaliser. Mais pas besoin d’être tellement orgueilleux, car si nous devons être fiers c’est surtout de faire partie de cette humanité, bien souvent fatiguée et malade, mais qui reste tout de même un véritable miracle dans l’univers, un miracle où chacun de nous est important parce que nous sommes tous interdépendants de toute éternité et pour toujours.

     

     

     


    3 commentaires
  • Profitez des vacances du blog (du 24 juillet au 15 août) pour relire les vieux articles, c’est toujours intéressant. Aujourd’hui je vous propose :

    L’autre attend (du 18/9/15 dans « Découvertes »)

    Alors, où en sommes-nous de nos découvertes ? C’est beau de découvrir, mais ce n’est pas facile. On peut chercher longtemps, on peut chercher partout en ayant l’impression de n’avoir rien trouvé, rien découvert. On sait bien qu’il y a de l’or caché dans le monde, des diamants, des perles précieuses de toutes sortes. D’abord une grande partie des mines et des gisements ont déjà été mis à jour et épuisés. Et puis nous sommes de plus en plus nombreux sur cette terre à nous faire la concurrence dans cette recherche sans fin et il n’y a plus beaucoup de possibilités personnelles de découvrir encore quelque chose qui aurait échappé au regard des autres. Il y a sans doute bien des motifs pour être pessimistes.

    Mais laissons là notre découragement et nos pierres précieuses, et revenons-en à la recherche principale qui est le but de notre blog, la recherche et la découverte de soi-même et de l’autre. Il y a une belle différence entre rechercher de l’or et des diamants endormis sous la terre et qui ne vous parlent pas (même si certaines technologies parviennent parfois à les faire parler malgré eux), et la recherche du cœur de nos frères.

    C’est sûr que la bonne volonté des gens que nous côtoyons chaque jour dans la rue, dans les magasins, au travail, partout où nous nous retrouvons avec nos semblables, cette bonne volonté semble bien souvent enfouie sous d’épaisses couches de poussières qui s’appellent peur, indifférence, haine, rancœur et tout ce qu’on peut imaginer de négatif au cœur de l’homme. Ce serait donc pire que les pierres précieuses qui ne parlent pas, mais qui au moins n’inventent pas des obstacles supplémentaires à notre recherche.

    Mais il y a là, dans une telle vision, une immense erreur de base, un manque inouï de confiance en l’autre. Au fond de nous, nous savons que nous sommes nous-mêmes en train de chercher. Combien de fois avons-nous voulu créer des ponts avec les autres et cela n’a pas marché. Mais est-ce que nous pensons parfois que l’autre est dans la même situation, en train de nous regarder de travers et de se dire : « J’ai tout essayé avec lui, pourquoi ne répond-il pas ? »

    Nous sommes souvent comme quelqu’un qui devrait creuser un profond tunnel au milieu d’une grande montagne et qui est découragé à l’avance parce qu’il pense qu’il va être tout seul à creuser. Mais ne voit-il pas que d’autres, des dizaines d’autres, des centaines ou des milliers ont commencé aussi à creuser et que nous devrions nécessairement nous retrouver un jour ou l’autre ? Bien sûr, il faut se mettre d’accord, il faut essayer d’écouter vraiment l’autre pour savoir où il va passer et pour ne pas me retrouver stupidement à quelques mètres de lui sans le rencontrer. Mais nous sommes là à nous plaindre chacun de notre côté parce que nous attendons l’autre et qu’il ne vient pas et nous ne voyons pas que l’autre aussi est en train d’attendre et de se décourager ? Mais pourquoi ne faisons-nous pas un petit effort, juste pour ajuster la direction de notre recherche ? L’autre attend, il est là tout près de moi, à quelques mètres peut-être, et je vais encore le rater ?

     

     

     


    votre commentaire
  • Profitez des vacances du blog (du 24 juillet au 15 août) pour relire les vieux articles, c’est toujours intéressant. Aujourd’hui je vous propose :

     

    Construire sa personnalité. (du 6/12/2015 dans « Au bout de soi-même »)

    Le rêve de tout homme et de toute femme en ce monde est sans aucun doute de parvenir à se construire une personnalité qui soit respectée, reconnue, et aimée si possible, par la société dans laquelle il ou elle se trouve. Facile à dire. Difficile à réaliser. C’est pour cela qu’on se cherche parfois désespérément un cercle d’intimes en famille ou avec quelques amis, où l’on se sente au moins en sécurité, en confiance, où l’on n’ait pas besoin de lutter à chaque instant pour se faire reconnaître une place au soleil.

    Mais je crois que, malheureusement, cette recherche de la personnalité est trop souvent un piège équivoque. Cela vient de notre formation en famille, à l’école, à l’université, dans nos lieux de travail et dans les réseaux sociaux. Trop souvent avoir de la personnalité veut dire savoir s’imposer aux autres, ne pas se laisser faire, comme si, pour obtenir cette place au soleil, il fallait mener une véritable lutte qui ferait plus penser à la loi de la jungle qu’à une vie sociale harmonieuse.

    Et comme les expériences difficiles ou négatives n’épargnent personne, dès notre plus tendre enfance, la peur devient souvent un élément de base qui conditionne cette recherche de notre personnalité. Peur d’être rejeté, mis de côté, traité injustement. On finit par penser que la méfiance est importante pour s’en sortir. On considère l’autre comme un adversaire plutôt qu’un frère ou une sœur, un adversaire contre lequel on doit être prêt à chaque instant à se défendre.

    Mais si on se laisse gagner par cette peur, consciente ou inconsciente, que va-t-il se passer ? Nous allons peu à peu construire notre personnalité comme une tour, la plus haute possible, qui nous protège des attaques de l’autre. Imaginons par exemple que, dans une discussion politique devant tout le monde, mon adversaire m’ait tourné en ridicule sans que j’aie su répondre. Je vais être fâché envers moi plus qu’envers mon adversaire du moment. Je vais tout faire pour qu’une telle situation ne se reproduise plus. Je vais ruminer dans ma tête un tas de pensées et de raisonnements que je pourrai jeter la prochaine fois à la tête de l’autre et ce sera lui qui deviendra, à son tour, ridicule : belle vengeance assurément !

    Le résultat de tout cela, c’est que la carapace étanche qui m’enveloppe deviendra chaque jour un peu plus épaisse. Personne n’osera plus m’attaquer, mais au-dedans de mes murailles je continuerai à me dessécher. Je serai peu à peu incapable de comprendre l’autre différent, d’accepter, d’écouter une expérience nouvelle qui pourrait m’enrichir. Pauvre personnalité qui restera pour toujours coincée dans la prison que je me serai moi-même procurée. Tout cela est la caricature d’un blog, évidemment, mais c’est pour me faire comprendre.

    Si l’on poursuit notre caricature dans le sens opposé, je peux décider un jour ou l’autre de casser ces murailles qui m’empêchent de m’approcher de l’autre et chercher avec chacun l’amitié, la compréhension, le partage. Je n’aurai plus peur, parce que ce sera mon cercle d’amis ou de famille qui me protégera, car je serai aimé et respecté de tout le monde. Je ne serai pas préoccupé d’être reconnu, parce que tout mon temps sera occupé à reconnaître les autres, à les aider eux aussi à être eux-mêmes, comme moi j’ai eu la chance de rencontrer des gens qui m’ont aidé à être moi-même.

    Les deux visions extrêmes ne sont pas vraiment réelles, direz-vous. La vérité est probablement dans un équilibre entre les deux ? Oui, d’une certaine manière. Mais je crois qu’il faut lutter toute sa vie de toutes ses forces pour ne pas tomber dans le piège d’avoir quelque chose à défendre. Je n’ai ni à me défendre, ni à me justifier de ce que je fais et de ce que je suis. Je suis, comme tout être humain, à la recherche de relations harmonieuses avec mes compagnons de voyage sur cette terre. La vie est brève. Si avec certaines personnes la relation est vraiment trop difficile, commençons par ceux avec qui je peux me comprendre plus facilement, mais pas pour en rester là dans un pauvre petit cercle fermé. Au contraire pour élargir peu à peu mon et notre cercle sur tous ceux que je rencontrerai en chemin et qui sont avides comme moi de trouver un monde où se rencontrer veut dire s’ouvrir, se faire respirer chaque jour un peu plus les uns les autres, avec un regard sur des horizons toujours plus larges, qui vaillent vraiment la peine de vivre. Alors sortons ensemble et nous ne serons pas déçus !

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique