• Le boomerang de l'Amour

    « Qui veut garder sa vie pour soi la perdra ; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera. » (Mt 10,39)

    Ce n’est pas croyable le nombre de phrases qui peuvent nous faire peur dans ce chapitre, si on les comprend de travers. Mais alors que nous veut ce Dieu ? Est-ce un dictateur ou un tyran qui joue avec nos vies et qui nous oblige à nous sacrifier pour lui si nous ne voulons pas risquer de terribles punitions ? Mais tout l’Evangile, cet Evangile des Béatitudes et du Notre Père, nous a prouvé jusqu’ici tellement le contraire ! Alors reprenons nos esprits un instant et essayons d’écouter ce que Jésus veut vraiment nous dire.

    Je crois que le Dieu des Béatitudes devrait déjà nous avoir guéri du désir de posséder. Nous avons compris que Dieu n’est même pas capable de posséder, ni de se posséder lui-même, ni de posséder la création et l’humanité et donc de posséder la vie. Dieu est seulement capable de « donner » la vie, car c’est en la donnant qu’il la fait exister. Alors que le mal dans le monde, qui veut justement tout posséder, essaye de nous faire détourner la vie de son but et de son sens même. Vouloir posséder la vie « pour soi », ce serait comme la faire mourir. Car cette vie que Dieu m’a donnée est en moi pour que je la donne à mon tour, pour qu’elle porte du fruit pour moi et pour les autres et non pas pour que je l’enferme dans mon coffre-fort.

    Alors tout devient ici encore très simple. Si je donne ma vie, je peux en effet avoir l’impression de la perdre pour un instant, alors qu’en réalité je la libère, je la laisse voler, je lui donne la possibilité d’être vraiment la vie. Car cette vie en Dieu, entre les trois Personnes de la Trinité qui ne cessent de s’accueillir et de se donner l’un à l’autre dans la réciprocité la plus totale, est descendue parmi nous pour nous entraîner avec elle vers la Lumière et l’Amour. Et nous parviendrons pleinement à cette Lumière et à cet Amour seulement le jour où nous aussi nous donnerons sans relâche notre vie aux autres et pour les autres. Et nous goûterons alors au bonheur infini de nous sentir comme Dieu, de nous sentir Dieu par participation dans la liberté totale d’aider les autres à être eux-mêmes et la récompense suprême de voir les autres avec Dieu nous faire à leur tour exister. Car la vie en Dieu est de ne plus trop nous préoccuper de nous-mêmes, puisque désormais nous pensons aux autres et ce sont les autres qui pensent à nous comme un boomerang infini de l’Amour.


  • Commentaires

    1
    Hayat
    Mercredi 25 Septembre à 15:21
    J'aime particulièrement le boomerang infini de l'Amour...Cependant, il faut accepter que, parfois, le boomerang ne revienne pas tout de suite...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :