• Notre unique valeur

    Encore une phrase qui m’a complètement désorienté. Elle se présente pourtant dans un beau site de citations, « Paroles en or », mais elle est de cette fausse sagesse qui fait beaucoup de mal à notre vie de tous les jours. Ecoutez plutôt !

    « Ne donne jamais à quelqu’un plus que sa valeur, sinon tu perdras la tienne ! » Comment peut-on écrire des phrases pareilles ? Mais d’abord, qui suis-je, moi, pour donner ou ne pas donner la valeur aux gens ? Est-ce que je connais vraiment le mystère de leur valeur de l’intérieur ?

    Nous revoilà dans ce monde du spectacle, des supermarchés et des commérages que je dénonçais il y a quelques jours dans mon article « A bas les étiquettes ! » (dans la rubrique « Interdépendance »). Nous voilà de nouveau dans cet univers de la concurrence superficielle, de la jalousie, de la méfiance, où chacun a peur d’aimer les autres, car on risque de se blesser, et où on passe le plus clair de son temps à juger de loin les personnes qu’on rencontre, à leur mettre des notes, à nous plaindre d’eux, pour nous retrouver finalement bien seuls…

    Je crois que le premier malentendu, c’est qu’on confond souvent les défauts d’une personne avec sa valeur, ou sa non-valeur. Alors que la valeur d’un homme ou d’une femme est d’abord un grand mystère. Chaque personne qui naît est en soi un trésor unique et précieux qui porte en lui une vie merveilleuse qu’il est appelé à faire grandir au fil des jours, des difficultés et des conquêtes.

    Et la première valeur de l’homme, unique en son genre, c’est sa capacité d’entrer en relation avec son frère ou sa sœur dans la réciprocité, de collaborer avec lui et de l’aimer tout simplement. C’est cela qui fait de nous la perle de l’univers.

    Malheureusement, cette perle est bien souvent cachée sous une épaisse couche de poussière, due à tous les obstacles rencontrés en chemin, aux blessures que nous avons reçues ou que nous nous sommes faites nous-mêmes. Et on finit par ne plus se rendre compte de la « valeur » qui est en nous. La personne qui juge les autres et se méfie d’eux est le plus souvent quelqu’un qui a perdu la confiance en elle-même, qui a oublié le trésor qu’elle portait au départ dans son cœur.

    Alors que faire pour ne pas tomber dans ce piège ? D’abord redécouvrir coûte que coûte la valeur qui est en nous. Et comme on la découvre rarement tout seul, se faire aider par des amis, par des gens positifs qui savent ce qu’est le secret de la vie et qui vous tirent vers le haut. Puis, avec ces gens-là, qui sont bien plus nombreux qu’on n’imagine, partir à l’attaque dans la société qui nous entoure. Distribuer l’espoir et la confiance autour de nous, aider chacun à redécouvrir la beauté de la valeur qu’il porte en lui.

    Il ne s’agit donc pas de donner plus ou moins de valeur aux gens en les observant de l’extérieur, mais d’aider ces gens à découvrir comme ils sont beaux et uniques. Et quand je passe mon temps du matin au soir avec cette passion de mettre en valeur la valeur de l’autre, voilà que l’autre, d’abord tout étonné, vient bien vite me remercier. Et commence avec lui une amitié vraie, un amour sincère qui ne vont plus jamais s’éteindre, car ils ne seront pas limités à un petit égoïsme de groupe, mais ils continueront à faire tache d’huile autour de nous. Et j’aurai en plus la surprise de découvrir en moi des valeurs dont je n’avais même pas conscience. Le courant de la réciprocité est en marche, mais il faut l’essayer pour y croire. Notre blog est né pour ça et je crois que les lecteurs l’ont bien compris…

     


  • Commentaires

    1
    hayat fallah
    Samedi 4 Janvier à 09:53
    C'est une anticipation, ou un avant-goût du Paradis... Au prix, ou plutôt "bonheur", de passer son temps avec cette passion de mettre en valeur la valeur de l'autre... Merci Roland!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :